Guide de voyage Cuyo : Mendoza, San Juan, La Rioja, San Luis

Découvrez avec les informations voyage de notre agence locale, la région du Cuyo argentin et Mendoza.

MENDOZA - PROVINCE ET VILLE

À 1.050 km à l’ouest de Buenos Aires et à 824 m d’altitude, la province de Mendoza a gagné sa devise : terre du soleil et du bon vin. La ville fondée en 1561 fut détruite par un tremblement de terre en 1861 et reconstruite par le français Ballofet avec beaucoup de maisons à un seul étage, en prévision d’un nouveau séisme. Le centre commercial se concentre sur les avenues San Martín et Las Heras. Ne pas manquer le parc San Martín (400 hectares) et la vue depuis le Cerro de la Gloria. Si l’on est intéressé par les espèces des rivières des Andes, l’aquarium municipal est enrichissant. La province de Mendoza produit environ 75% des vins argentins. Elle fut sélectionnée récemment par la Great Wine Capitals Global Network comme une des principales régions mondiales de production vinicole. Pour en savoir plus, lisez notre chapitre du Guide Argentine sur le vin argentin.

SAN JUAN - PROVINCE ET VILLE

Située au pied de la Cordillère à une altitude de 650 m et à 166 km au nord de Mendoza, la ville de San Juan est un centre agricole important, principalement en production viticole. Vers l’ouest, on trouve le bassin d’Ullum, la Quebrada de Zonda et le Parc Faunístico de Rivadavia, puis la Cordillère principale avec des sites comme le Parc national du Leoncito et la Réserve de biosphère San Guillermo. Vers l’est, sur le versant oriental des Sierras Pampeanas, se trouve la Vallée Fértil. C’est là que se situe la Vallée de la Lune (Parc Provincial d’Ischigualasto), à 330 km de la capitale. La ville de San Juan a été entièrement détruite par un tremblement de terre en 1944.

LA RIOJA - PROVINCE ET VILLE

Située à 498 m d’altitude, la ville de La Rioja est un centre d’activités principalement agricoles avec la vigne, suivie par les noix et les olives. On y plante aussi du coton. A l’ouest, on trouve la Cordillère des Andes, dont les plus hauts sommets sont le volcan Bonete Chico (6.759 m) et le Veladero (6.536 m). À l’est de la province se dressent des chaînes de montagne dites « mineures » mais parfois impressionnantes, comme celles de Famatina (6.097 m). Pour le reste, citons la localité de Villa Unión, accès au Parc national Talampaya et à la Réserve provinciale Laguna Brava. Et aussi Chilecito, étape obligatoire de la route des vins. Quoique encore peu développé, le tourisme a incontestablement de beaux jours devant lui, tant les beautés naturelles de la province constituent une invitation au voyage.

TÉLÉPHÉRIQUE LA MEXICAINE

Témoin de l’apogée minière des régions de Chilecito et Famatina dans la province de la Rioja, ce téléphérique, ouvrage anglais d’avant-garde pour l’époque, a fonctionné entre 1904 et 1929. Découvrir l’installation c’est véritablement se plonger dans le passé économique de la ville, qui rappelle l’importance de l’exploitation minière dans la région. Il a permis d’optimiser le travail des mines d’or, d’argent, de fer, de cuivre et de plomb en remplaçant le transport à dos de mule. 9 stations se succèdent, sur une longueur de 34 km et jusqu’à une altitude de 4.600 m. Il est possible de monter jusqu’à la dernière station par l’ancien chemin minier, uniquement en 4×4.

CAÑON DEL OCRE

Situé au cœur de la province de La Rioja, près du village de Chilecito, se trouve le merveilleux Cañon del Ocre. À 2.900 m d’altitude, le site est loti au centre d’un bassin minéral dont la couleur ocre flamboyante crée un décor splendide et particulièrement épatant. On extrait de ces formidables roches le pigment qui sert à produire la peinture de cette couleur. Le Río Amarillo, qui coule sinueusement au creux du canyon et naît dans les environs de la grotte de Pérez, illumine encore un peu plus l’endroit de son jaune brillant et éclatant. Le panorama, comme inondé d’or, est magnifique et insolite

LOS PESEBRES

Proche du Cañon del Ocre se trouvent Los Pesebres, un ensemble de parois rocheuses aux formes improbables et aux couleurs radieuses. C’est la géologie du lieu et son processus chimique qui ont crée le relief et les teintes de cet espace féerique. En effet, l’oxydation de certains sulfates et minéraux a paré l’environnement de couleurs chatoyantes : le rouge vif se mêle magnifiquement au gris foncé, au vert ou encore au blanc des roches. Cendres volcaniques, oxyde de fer, sulfate de cuivre, soufre, sont autant d’éléments qui sont visibles sur le site, à 2.670 m d’altitude.

CUESTA DE MIRANDA

Au centre de la province de La Rioja, sur la route reliant Villa Unión et Chilecito, à 2.020 m, un spectaculaire chemin longe une corniche flanquée de profondes vallées aux couleurs rouge vif sur près de 10 km. Contraste entre le vert des montagnes parsemées de bosquets, le bleu du firmament et le rouge écarlate de la roche.

TALAMPAYA - PARC NATIONAL

Situé dans la province de La Rioja, le parc Talampaya est une aire protégée de 215.000 hectares, avec des roches rougeâtres sédimentaires représentant l’un des chapitres les plus intéressants de l’évolution des vertébrés : la période Trias (245 à 208 millions d’années). Les spectaculaires formations géologiques travaillées par les rares pluies et le vent portent des noms évocateurs : le Moine, la Cathédrale, les Aiguilles, le Roi mage, le Panneau d’échecs, le Râtelier, la Cheminée… Le canyon de Talampaya s’étire sur 12 km avec des murs d’une hauteur d’environ 160 m. Talampaya est remarquable pour la richesse de ses fossiles, l’art rupestre et les vestiges archéologiques des cultures précolombiennes (gravures d’animaux et de formes géométriques) vieux de 2.500 ans.

ISCHIGUALASTO - VALLÉE DE LA LUNE - PARC PROVINCIAL

Le parc provincial d’Ischigualasto (San Juan) s’étend sur 63.000 hectares à une altitude moyenne de 1.200 m. Il est connu sous le nom de Vallée de la Lune en raison de l’absence de végétation, de son relief et de la couleur grise du sol. Il abrite également d’étranges silhouettes minérales datant de 180 à 230 millions d’années : le Perroquet, la Vallée peinte, le Champignon, la Lampe d’Aladin… Ischigualasto est le seul endroit au monde où l’on peut voir de manière parfaitement différenciée toute la période triasique (245 à 208 millions d’années) et ce de manière complète et ordonnée (fossiles de sauriens, plantes…). Comme Talampaya, Ischigualastofut inscrit au patrimoine naturel de l’humanité par l’Unesco en 2000.

LAGUNA BRAVA - RÉSERVE PROVINCIALE

La réserve provinciale Laguna Brava (La Rioja) protège la flore et la faune sur 4.050 km² à une altitude variant de 2.500 à 4.500 m. La route est spectaculaire en raison des curieuses formes pyramidales de la Quebrada de la Troya, puis de la palette des couleurs de la Quebrada del Peñón. À 4.350 m, on découvre le paysage lumineux de la lagune, un grand miroir d’eau de 20 km de long, des flamants roses et les volcans Bonete Chico et Veladero. Près du refuge repose le squelette d’un homme chilien, « el destapado », mort de froid en 1964 et qui porte toujours ses chaussures! Sur la côte ouest de la lagune se trouvent les restes du fuselage d’un avion de transport qui a réalisé un atterrissage d’urgence en 1963 (depuis Villa Unión : 400 km aller-retour).

QUEBRADA DE LA TROYA

Le ravin de la Troya (La Rioja) est un véritable labyrinthe en pleine montagne. Pour y accéder en voiture, il n’existe qu’un chemin de terre de près de 7 km, qui s’enfonce progressivement au creux de montagnes imposantes dont les flancs sont parsemés de gros rochers argileux. Plus l’on progresse vers les hauteurs, plus les couleurs du ciel et des montagnes contrastent. À la sortie d’un virage apparaît une pyramide, en pente, formation étrange taillée par la pluie et le vent.

QUEBRADA DEL PEÑON

Au sud de la province de La Rioja se trouve la Quebrada del Peñón. Il faut emprunter un chemin sur une dizaine de kilomètres pour accéder au point d’observation le plus spectaculaire de la corniche, à 2.020 m d’altitude. Le chemin est très agréable, sinuant au milieu de profondes vallées bordées d’arbres (peupliers, saules, noyers) et d’une rivière. Spectacle étonnant d’une véritable palette de couleurs, entre la végétation environnante et le rouge vif de l’argile et de la roche.

CRATÈRE COURONNE DE L'INCA

Corona del Inca (La Rioja) est un cratère volcanique de 5 km de diamètre qui abrite le plus haut lac du monde, à 5.400 m d’altitude. Le cratère est entouré par plusieurs sommets : Pissis (6.882 m), Veladero et Bonnet carré. La période pour s’y rendre va de Novembre à Avril.

CUESTA DEL VIENTO - DIQUE Y EMBALSE

Ce grand lac du nord de la province de San Juan a été créé par la main de l’homme. Fortement balayé par un vent puissant soufflant en direction du nord, il est idéal pour les amoureux de planche à voile et de kite-surf. Un site impressionnant, longé par la route 150 allant de Rodeo à San José de Jachal en direction de Villa Unión.

LEONCITO - PARC NATIONAL

À 20 km de Barreal, dans la province de San Juan, se trouve une piste naturelle en sable de plus de 10 km de longueur et 1 km de largeur, d’où une vue spectaculaire sur la Cordillère des Andes. À quelques kilomètres et à 2.552 m d’altitude se situe l’Observatoire astronomique du Leoncito, plus grand observatoire de l’Argentine ouvert aux visites (télescope de 215 cm de diamètre). Le Complexe astronomique est entouré par le parc national Leoncito, une réserve écologique de 76.000 hectares.

CERRO SIETE COLORES

Dans la province de Mendoza, à 9 km de la ville d’Uspallata, se trouve le « Cerro Siete Colores ». Mont insolite dont la géologie a fait des merveilles, il n’a presque rien à envier à sa consœur de la province de Jujuy au Nord-ouest la « Montagne aux 7 Couleurs » de Purmamarca. En effet, la nature ici a usé de sa magie pour rendre le paysage très jolie et peu commun : le Cerro Siete Colores expose ses belles couleurs pastel, pour le plus grand plaisir des yeux. Le rose, le vert, le beige, le mauve, contrastent magnifiquement avec la dureté de certaines teintes, plus foncées. Une opportunité en or de faire de beaux clichés !

PONT DE L'INCA

À 175 km de Mendoza et à 2.720 m d’altitude sur la route nationale 7, se trouve une curiosité semi-naturelle : le pont de l’Inca, pont en roche qui a été creusé par les eaux chaudes à haute teneur en souffre. Il servait à l’époque précolombienne de pont pour traverser le río Mendoza. Semi-naturel car les incas, ayant compris l’effet sédimentaire du cours d’eau, le détournèrent pour consolider cette arche. Les sources d’eaux thermales à 35ºC ont des propriétés curatives contre les maladies infectieuses de la peau. Les ruines d’à côté sont celles d’un établissement thermal emporté par une avalanche.

ACONCAGUA - PARC PROVINCIAL

La route 7 qui relie Mendoza et la ville de Santiago du Chili passe par l’extrémité du parc Aconcagua, où se trouve le sommet Aconcagua, point culminant du continent américain avec ses 6.961 m et plus haut sommet en dehors de l’Asie. Créé en 1990, le parc fait 71.000 hectares. La saison des trekkings et ascensions va du 15 Novembre au 15 Mars. La rareté des précipitations et la violence des vents (jusqu’à 250 km/h) explique la faible quantité de neiges éternelles qui couvrent le sommet. La première ascension réussie par le versant nord a été réalisée par le suisse Matthias Zurbriggen, qui arriva seul au sommet le 14 Janvier 1897. La première de la très difficile face sud ne fut réalisée qu’en 1953 par une équipe de jeunes français, dont deux devaient devenir célèbres : Robert Paragot et Lucien Bérardini. Techniquement parlant, l’Aconcagua est une montagne relativement facile à escalader si l’approche se fait par le nord, par la « route normale », bien que les effets de l’altitude soient importants (la pression atmosphérique au sommet n’est plus qu’à 40% de la valeur mesurée au niveau de la mer). Pour atteindre le sommet par cette route, il est recommandé de prévoir neuf jours.

CRISTO REDENTOR

Après le pont de l’Inca, la route continue vers le poste frontière avec le Chili, Las Cuevas, situé à 3.100 m. Le chemin du Christ Rédempteur conduit à une statue de bronze de 7 m de haut et de 4 tonnes, à 4.200 m d’altitude, qui témoigne depuis 1904 du premier passage à cet endroit de l’Armée des Andes, sous le commandement du général Las Heras.

TUNNEL DU CRISTO REDENTOR

Construit à une altitude de 3.175 m, long de 3.080 m, ce tunnel qui relie l’Argentine et le Chili a été ouvert à la circulation en 1960 et se trouve non loin d’un tunnel semblable construit au début du XXe siècle pour le chemin de fer transandin. En raison des conditions climatiques à pareille altitude, le transit par le tunnel est souvent difficile pendant les mois d’hiver. Avec l’objectif de mettre fin à cette dépendance, deux projets de tunnels situés plus bas ont été étudiés. L’un d’eux est le tunnel Juan Pablo II, qui serait percé à une altitude comprise entre 2.250 et 2.720 m, et long de 20 km. L’autre projet, nommé Paso Las Leñas, se situerait à 2.000 m et serait long de 13 km. Il semble être la meilleure option, car sa longueur réduite le rend moins coûteux.

LAGUNA DIAMANTE - RÉSERVE PROVINCIALE

La laguna del Diamante se trouve dans le département de San Carlos, province de Mendoza, à quelques kilomètres à peine de la frontière avec le Chili. Ce lac constitue la source du Río Diamante, affluent important du Río Desaguadero. La laguna del Diamante (3.250 m) devrait son nom au dessin rhomboïde du volcan Maipo (5.323 m) qui se reflète dans ses eaux. Le lac est entouré de nombreux débris volcaniques ou scories, qui confèrent au paysage une grande originalité. Le lac a une profondeur qui peut atteindre les 70 m, une longueur supérieure à 7 km, sa largeur moyenne étant d’à peu près 3 km.

L'AVENTURE D'HENRI GUILLAUMET

C’est dans les environs du volcan Maipo, au bord de la Laguna Diamante, que l’avion du pilote français Henri Guillaumet s’écrasa en juin 1930, l’obligeant à passer une semaine à lutter contre les éléments et la solitude, jusqu’à ce qu’il soit sauvé par la rencontre d’un enfant de 14 ans. L’aventure de Guillaumet est relatée par Antoine de Saint-Exupéry dans « Terre des Hommes ». Pour en savoir plus sur l’épopée de Guillaumet, veuillez consulter notre article à ce sujet.

DEPARTEMENT DE MALARGÜE

Au Sud de la province de Mendoza, se trouve le département de Malargüe, à seulement 187 km de la ville de San Rafael. Un peu isolée du reste du Cuyo, cette région est pourtant injustement oubliée. De nombreuses excursions sont possibles pour partir à la rencontre des paysages saisissants de Malargüe. Géologiquement parlant, cette zone appartient à la Patagonie. Vous y découvrirez la plus grande concentration de volcans au monde en visitant la Payunia, avant de vous engouffrer au cœur du volcan Malacara. Partez pour une journée au pied des insolites Castillos de Pincheira, avant de découvrir la splendide lagune de Llancanelo. En hiver, Malargüe est un point de chute idéal pour les amoureux de la neige, à seulement 75 km de la station de ski de Las Leñas.

 

CAÑON DU RÍO ATUEL

A 37 km de San Rafael, le canyon du rio Atuel vous ouvre ses portes. Vous empruntez une superbe route qui vous entraîne au cœur de la vallée, suivant d’abord le Rio Atuel. Les parois se font de plus en plus étroites, et vous arrivez bientôt à Valle Grande, où de multiples activités sont possibles : kayak, rafting, tyrolienne, etc. La route sinueuse vous mène ensuite sur les hauteurs d’un barrage, qui surplombe l’embalse Valle Grande et ses plages. Poursuivez votre route au sud, en empruntant la piste pour atteindre l’embalse El Nihuil. Cette partie de la visite est la plus impressionnante. Depuis El Nihuil, vous pourrez emprunter la route 180 vers le Nord, pour regagner Malargüe ou San Rafael.

LA PAYUNIA (PAYÚN OU PAYEN) - RÉSERVE PROVINCIALE

Zone protégée située au sud de la province de Mendoza dans le département de Malargüe. Sur 450.000 hectares, la réserve Payunia constitue une des plus importantes aires volcaniques de la planète, avec plus de 800 cônes (10,6 volcans par 100 km²) très différents en taille, en forme, en âge et en structure. Le plus important d’entre eux est le volcan Payún Matrú. Son principal intérêt réside dans les grandes étendues de lave et dans la diversité des couleurs dans un paysage quasi lunaire. La faune autochtone se caractérise par le très grand nombre de guanacos (11.000 individus). La Payunia est une zone d’une beauté étrange donnant la sensation de voir la Terre à ses origines.

LAS LEÑAS - STATION DE SKI

Située dans le sud de Mendoza et ouverte depuis 1983, la station de ski Las est aujourd’hui la plus importante d’Argentine et accueille une clientèle de tous les pays qui arpente ses pistes le jour et fait la fête la nuit. Si elle est plutôt fréquentée par une clientèle huppée, cela n’empêche pas des skieurs au budget moindre de profiter de sa poudreuse exceptionnelle en raison d’un microclimat sec malgré un enneigement généreux. Pour ceux qui apprécient plutôt la montagne en été, la station propose un large choix d’activités allant de la simple randonnée pédestre jusqu’à la promenade à cheval, en passant par le vélo tout terrain.

 

LAGUNA DE LA NIÑA ENCANTADA

La Laguna de la Niña encantada se trouve à 7 km de Los Molles, sur la route de la station de ski las Leñas. Il s’agit d’un petit lac dans un cadre somptueux sculpté par l’activité volcanique des cratères des environs. Une puissante source d’eau souterraine sort d’une coulée de lave de plusieurs kilomètres de long et d’une cinquantaine de mètres d’épaisseur. Le nom mystérieux de « jeune fille enchantée » vient d’une légende traditionnelle ; Elcha, la fille du chef indigène qui vivait aux alentours se serait jetée avec son amant dans la lagune, dans une tentative désespérée d’échapper à son mariage avec un guerrier de la tribu rivale voisine. Elle a donné son nom au pont suspendu qui permet d’accéder à la lagune.

EL POZO DE LAS ANIMAS

Situé en pleine montagne à 6 km de Los Molles, le site est constitué de deux puits circulaires remplis d’une eau au bleu laiteux. Le diamètre du plus grand puits est de 200 m. L’eau se trouve à 80 m avec une profondeur d’environ 21 m. « Puits des âmes » en espagnol, il tire son nom d’une vieille légende indigène qui raconte comment les poursuivants chiliens d’une tribu locale auraient été engloutis dans ce lieu. C’est en réalité une formation géologique appelée une doline, résultat d’un lent processus d’érosion des couches de gypse souterraines par les infiltrations de l’eau de surface et de la nappe phréatique.

VALLE HERMOSO

À 95 km de Malargüe, juste à l’ouest de Los Molles, se trouve cette magnifique vallée pastorale. Pour y accéder, il faut passer d’abord par la station Las Leñas, puis emprunter une piste caillouteuse. Le trajet permet de découvrir les différentes montagnes de la zone. Sur les côtés de la route, vous apercevrez souvent des fossiles marins, preuve qu’à une époque, l’océan recouvrait ces terres aujourd’hui perchées à plus de 3.000 msnm. Arrivés aux portes de la vallée, on y trouve une belle lagune et de nombreux ruisseaux et rivières connus pour la pêche (accès en 4×4). Toute cette région accueille des troupeaux pendant la saison du pâturage en été. En suivant les sentiers qui gravissent les pentes de cette vallée, on découvre une nature quasi sauvage, avec une végétation typique de la cordillère.