Voyage à Córdoba, Argentine

Information voyage sur la région et les sierras de Córdoba, au centre de l’Argentine.

Situation géographique

La ville de Córdoba est considérée comme le centre géographique de l’Argentine, entre Buenos Aires (705 km) et Mendoza (627 km). La région jouit d’un climat agréable et les sierras de Córdoba sont réputées pour leur bon air. Un asthmatique qui allait devenir célèbre y a longtemps fait des cures : le Che Guevara. La province est un lieu d’élection pour les touristes argentins, notamment la région des sierras. Voir notre fiche : Quand partir en Argentine.

Histoire

Avant l’arrivée des conquistadores, la région de Córdoba est habitée par les indiens Comechigones. Ils vivent de la chasse, cueillette et agriculture. Leurs maisons sont à moitié souterraines : la base est creusée en une sorte de puit. Les Espagnols découvrent la région en 1556. À la recherche d’une étape entre le Haut Pérou et l’Atlantique, ils choisissent ce site pour fonder la ville de Córdoba de la Nueva Andalucía en 1573, avant Buenos Aires. Le roi attribue un terrain aux ordres religieux qui souhaitent participer à la fondation des nouvelles villes. Les Jésuites font de Córdoba la capitale de la future province jésuite du Paraguay, où seront installées les Missions.

En 1613, ils créent le Colegio Máximo de Córdoba. Autorisé comme université en 1621 par le pape, c’est la première d’Argentine, la deuxième d’Amérique latine et la quatrième d’Amérique. Les jésuites souhaitan travailler dans les Missions étudient dans cette Université, qui accueille des candidats de toute l’Amérique et d’Europe. Rapidement, l’ordre crée un noviciat pour les recevoir et les séparer des autres étudiants, les hidalgos (« hijos de algo », c’est-à-dire ceux qui n’ont pas de sang juif, ni maure, ni indien, ni noir). Pour financer tout cela et nourrir les étudiants, l’ordre doit trouver des fonds. Il décide alors de construire des estancias, des fermes à quelques dizaines de kilomètres de Córdoba. Il y en avait six, et on peut en visiter cinq aujourd’hui, celle de San Ignacio ayant disparu.

Lorsque les jésuites sont expulsés en 1767, leurs biens sont saisis, repris en main par le royaume ou confiés à d’autres ordres. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le colegio et l’université de Córdoba ont été nationalisés. Pendant les guerres d’indépendance, Córdoba joue un rôle important dans la bataille entre fédéraux et unitaires. Au XXe siècle, elle devient une ville industrielle avec des usines de construction d’avions, de matériel aérospatial et de transport. Elle a été pionnière en matière d’observation astrale. Mai 1968 a eu son écho dans cette ville avec un grand mouvement social en mai 1969, appelé le Cordobazo. Avec 1,5 million d’habitants, Córdoba est devenue la deuxième ville d’Argentine et l’un de ses premiers pôles universitaires.

Monuments

Circuit Iguaçu Manzana Jesuítica : joyau colonial classé Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2000, la Manzana Jesuítica constitue le centre historique de Córdoba, au cœur d’un quartier bourré de charme. Les jésuites avaient d’abord lancé la construction du Colegio Máximo, aujourd’hui Université nationale de Córdoba, qui en a conservé toute la splendeur: cloîtres, bibliothèque exceptionnelle, le Salón de Grados (salle des diplômés), ancienne chapelle à la riche décoration baroque… L’église a été construite un peu plus tard, à partir de 1640. La façade étonnamment austère serait en fait inachevée. Les historiens supposent que les trous autour des portes avaient été prévus pour ajouter une sculpture baroque. L’architecte, le Père belge Philippe Lemaire, ancien constructeur de navires, a fait réaliser un plafond en bois en forme de coque de bateau renversée. Il est construit en cèdre des Missions, comme l’autel. La porte et plusieurs éléments du retable ne sont pas d’origine: au moment de l’expulsion des jésuites, leurs bâtiments ont été pillés pour décorer d’autres édifices.

Circuit Iguaçu Eglise Cathédrale de Cordoba: monument historique national il s’agit du plus ancien bâtiment colonial d’Argentine conservé en l’état et entièrement fonctionnel. A la fin du 16ème siècle, le conseil municipal de Cordoba prend la décision de construire une nouvelle église en lieu et place de la modeste chapelle d’adobe dont la ville dispose. Cent ans plus tard, en 1782, après d’imposants travaux dirigés entre autre par l’architecte jésuite Andrea Bianchi, Nuestra Señora de la Asunción est consacrée. D’un point de vue architectural cette oeuvre monumentale est une mélange d’éléments de la renaissance, néoclassiques et baroques. Elle se distingue grâce à la statue du christ rédempteur forgée en France et placée au sommet de la façade principale en 1901.

Circuit Iguaçu Eglise de la Compagnie de Jésus: l’église de la Compagnie de Jésus est la plus ancienne église jésuite d’Argentine et le point de départ de la cité jésuite de Cordoba. Sa construction débute en 1640 et se termine en 1668. Comme le veut l’époque elle est érigée sous la forme d’une croix latine, avec une chapelle de chaque côté. Elle se distingue par sa voûte semblable à une coque de bateau inversée, une particularité due au manque de matériau dans la région. A défaut de bois, le toit est réalisé à partir de cannes de bambou recouvertes de cuir de vache. L’austérité de la façade contraste avec l’intérieur, richement décoré. Pièce notoire: le retable, œuvre de l’architecte italien Brassanelli, arbore le travail remarquable d’artistes indigènes.

Circuit Iguaçu Monastère carmélites Descalzadas de San Jose Las Teresas: ce monastère est fondé en 1628 par Don Tejeda, dans la maison familiale, suite à la miraculeuse rémission de l’une de ses filles souffrant d’une grave maladie. Les toutes premières religieuses sont sa veuve, Dona Ana Maria de Guzman, ainsi que ses filles. Le couvent comprend sept patios, l’ancienne chapelle, les cloîtres, le cimetière et l’église Santa Teresa construite entre 1753 et 1758 afin de compléter l’ensemble monastique. La façade de cette dernière se caractérise par son style colonial unique à la structure imposante et aux couleurs attrayantes. Dans la nef composée de trois chœurs trône une belle sculpture baroque de Santa Teresa, ramenée d’Espagne.

Circuit Iguaçu Eglise Santo Domingo: la Basilique Santo Domingo appartient à l’Ordre Dominicain, installé à Córdoba depuis plus de 400 ans et dont les premières constructions datent du 17e siècle. C’est en 1857, à l’initiative du Frère Olegario Correa que commence la construction de ce temple. Malheureusement, la première église est détruite par les inondations c’est pourquoi la structure actuelle date de 1861. Récemment restaurée sa façade de style italien arbore les couleurs d’origine. Les dômes et coupoles sont recouverts de mosaïques provenant du Pas de Calais et de Catalogne. La Basilique de Santo Domingo se distingue grâce à figure de la Vierge del Rosario del Milagro, déclarée sainte patronne de la ville par l’archidiocèse de Córdoba en 1937. A l’intérieur sont conservées des reliques historiques datant de l’indépendance.

Circuit Iguaçu Eglise Nuestra Señora de La Merced: elle est déclarée basilique en 1926 en vertue de la sainte patronne Nuestra Señora de la Merced, couronnée générale de l’armée argentine par le Manuel Belgrano. La structure actuelle construite en 1869 tient compte du précédent lieu de culte qui existait en ce même endroit depuis 1697. La façade principale est l’oeuvre des architectes Bettoli y Kánepa. Elle arbore un style italien classique et on y retrouve quelques caractéristiques notoires des basiliques romaines ainsi que certaines influences éclectiques. La nouvelle structure conserve notamment l’ancienne chaire baroque datant de 1776 d’une valeur artistique inestimable et la porte principale en bois de cèdre paraguayen qui constitue également une œuvre d’art.

Circuit Iguaçu Eglise del Sagrado Corazon de Jesus: les premiers missionnaires capucins s’installent à Cordoba en 1911. En 1926 débutent les travaux de l’Eglise del Sagrado Corazon sous la direction de l’architecte Augusto Ferrari. Cet immense bâtiment d’inspiration gothique est un véritable chef d’oeuvre. Son ensemble constitue une grande métaphore en référence à l’existence humaine et à sa relation avec la religion, chaque élément de la façade principale ayant une signification particulière. On peut observer les aiguilles représentent l’âme de l’homme en ascension vers les cieux. Au fur et à mesure que la construction gagne de la hauteur les personnages s’élèvent symboliquement au plus près du créateur. A l’intérieur, le ciel représenté sur sa voûte créé un sentiment d’immensité tandis que d’autres représentations retracent la vie de Saint François d’Assise.

Circuit Iguaçu Place San Martin: située dans le centre historique de Cordoba c’est le lieutenant gouverneur Lorenzo Suarez de Figueroa qui ordonne sa crátion en 1577, au moment de la construction de la ville. En 1901 l’aménagement de la place est confié au paysagiste Carlos Thays qui lui donne son aspect actuel. Depuis 1916 elle arbore en son centre une statue de bronze du général San Martin, en hommage au libérateur de l’Amérique du Sud et à la guerre d’indépendance. Sous ses arbres centenaires, c’est le rendez-vous des cordobeses et le point de départ de jolies balades à travers les rues piétonnes. Le cabildo colonial avec ses arcades blanches couvre tout un côté de la place. Il accueille l’office du tourisme et des expositions. La cathédrale a dû être reconstruite deux fois pour être finalement achevée au XVIIIe siècle dans un style baroque et néoclassique.

Circuit Iguaçu Faculté de Droit et Sciences Sociales de Cordoba: il s’agit de la plus ancienne d’Argentine. Elle fait partie des douze facultés qui constituent actuellement l’Université nationale de Cordoba et se divise en trois enseignements: droit, sciences de l’information et sciences sociales. Les origines de la faculté de droit de Cordoba remontent à 1791 avec la création par les franciscains de la première chaire universitaire, qui donne lieu ensuite à la création la Faculté de Jurisprudence de l’Université Royale. En 1807 après une série de réformes mettant fin à l’étape franciscaine l’Université Royale devient l’Université de San Carlos, et est reconnue au même titre que l’Université Majeure de Salamanque. En 1854 l’Université de Cordoba est nationalisée.

Circuit Iguaçu Quartier Güemes: ce quartier bohème qui jouit d’une vie culturelle animée se situe à quelques centaines de mètres du centre de Cordoba. Le long de la rue Belgrano les anciennes maisons rénovées côtoient les nouvelles constructions au design moderne et les galeries d’art. L’attraction principale du quartier est le Paseo de Las Artes, un espace créatif abritant un musée et un marché artisanal. À l’heure de se restaurer les propositions se multiplient: salon de thé, restaurant mexicain, parilla, bar à cocktails…chacun y trouve son compte.

Circuit Iguaçu Parc Sarmiento: construit en 1889 il s’agit de la toute première oeuvre de l’architecte paysagiste Carlos Thays et de l’un des plus grands espaces verts d’Amérique du Sud avec pas moins de 100 hectares. Il arbore un agencement typique de la belle époque avec notamment sa roseraie: un jardin délicatement aménagé, agrémenté de fontaines et de statues qui en font un véritable musée en plein air. L’artère principale arbore d’ailleurs une statue de “La divine comédie”, oeuvre maîtresse du dramaturge Dante Alighieri. Dans le secteur Nord on trouve un jardin zoologique ainsi que le musée de Science Naturelle. Il dispose également d’un lac intérieur offrant la possibilité de belles balades au fil de l’eau, et d’un amphithéâtre grec dans lequel se déroulent des spectacles à l’air libre. Distribués à des endroits stratégiques, de nombreux points de vue permettent d’apprécier la ville de Cordoba.

Circuit Iguaçu Théâtre del Libertador San Martin: les travaux de ce prestigieux théâtre commencent en 1887 sur les plans de l’architecte de renom Francisco Tamburini. Ce dernier est connu notamment pour sa participation à la construction du Teatro Colón et de la Casa Rosada, à Buenos Aires. On retrouve dans cette construction l’influence italienne, mouvement artistique en vogue à l’époque. Il est finalement inauguré le 26 Avril 1891. Conçue pour les représentations lyriques il dispose d’une acoustique exceptionnelle et peut accueillir jusqu’à 1077 personnes. Le théâtre dispose de 3 salles: Francisco Tamburini, Luis de Tejeda, Rafael Grisolía. Il abrite également le Musée du Théâtre et de la Musique de Cordoba inauguré en 1970.

Circuit Iguaçu Patio Olmos: d’un point de vue architectural il s’agit de l’un des bâtiments les plus importants de la ville de Cordoba. Cette ancienne école dont l’entrée principale se trouve à l’angle de l’Avenida Velez Sarsfield et du Boulevard San Juan et aujourd’hui une galerie commerciale. Inauguré en mai 1995, c’est le plus grand centre commercial de Cordoba, avec plus de 150 magasins et un cinéma répartis sur 45 000 m².

Circuit Iguaçu Paseo del Buen Pastor: résultat d’un projet urbain et architectural ambitieux situé au coeur du quartier Nueva Cordoba, ce lieu fonctionna durant près de cent ans comme asile et prison pour femmes. En 2004 commencent les travaux de rénovation afin de récupérer et mettre en valeur ce bâtiment emblématique, à la structure architecturale exceptionnelle. La chapelle et les cloîtres ont été restaurés tandis que de nouveaux espaces ont été créés. Aujourd’hui ce complexe culturel et touristique propose diverses activités: concerts, expositions, spectacles de danse, présentations de livres et pièces de théâtre.

Circuit Iguaçu Place de l’Intendance, Tribunal de Cordoba: elle se situe dans le centre de la ville de Cordoba, entre les rues Caseros, Marcelo T. de Alvear, Duarte Quirós et Bolivar. Des maisons qui ont été expropriées afin de permettre son aménagement la place conserve uniquement les arbres. Elle est bordée par le fleuve la Cañada, la municipalité et les tribunaux, en face desquels se trouve une sculpture de Marcelo Hepp représentant la guerre des Malouines.

Circuit Iguaçu Place Velez Sarsfield: à l’origine la Place Velez Sarsfield était située à l’intersection du boulevard San Juan et de l’avenue Velez Sarsfield. Au centre de cette place circulaire trônait une statue de bronze en hommage au Dr Dalmacio Vélez Sársfield, réalisée par l’artiste italien Tadolini à Rome puis transportée en Argentine en 1870. Durant les années 1950 la place fût un point important de rassemblement social et politique. En 1969, devant la nécessité d’agrandir le boulevard San Juan, la statue est transposée à l’angle de l’Avenue Velez Sarsfield et Hipolito Yrigoyen.

Musées

Circuit Iguaçu Le Museo histórico de la ciudad, qui présente cette riche histoire, permet d’accéder à ce patrimoine. Il abrite aussi une exceptionnelle bibliothèque, les jésuites ayant fait venir des ouvrages d’Europe sur l’histoire, la botanique, la médecine, la théologie bien sûr. Après leur expulsion, ce fonds, estimé à 12.000 documents, a été dispersé, notamment au profit de la Bibliothèque nationale de Buenos Aires qui les a restitués en 2000. Parmi les pièces rares, une bible de 1645 en dix énormes volumes et écrite en sept langues, dont le chaldéen, le syriaque… Autre curiosité, l’ancienne crypte jésuite, un peu plus loin sur Rivera Indarte, restaurée.

Circuit Iguaçu Musée historique Marqués de Sobremonte : une belle collection dans une demeure coloniale très bien préservée. La maison date du XVIIIe siècle et appartenait au marquis de Sobremonte, l’un des derniers vice-rois du Río de la Plata. Sept patios et un splendide balcon en fer forgé.

Circuit Iguaçu Musée d’art religieux Juan de Tejeda : l’un des plus beaux du genre. Dans le couvent des carmélites.

Circuit Iguaçu Nueva Córdoba: l’ancien quartier chic devenu le quartier étudiant et l’épicentre de la vie nocturne, entre l’avenue Irigoyen, le boulevard San Juan et le Parque Sarmiento, un grand parc avec un zoo. C’est également dans ce quartier que les amateurs d’art contemporain iront visiter le musée Emilio Caraffa.

Traditions culturelles

Circuit Iguaçu Festival de folklore de Cosquín : cette petite ville de la vallée de Punilla fait le plein en Janvier pendant les neuf jours du Festival national de folklore. Circuit Iguaçu Le cuarteto : Córdoba a donné naissance à un style de musique, le cuarteto. À ses débuts, dans les années 1940, il a pris ce nom parce qu’il comportait quatre instruments : piano, violon, accordéon et contrebasse. C’était un genre populaire et très rythmé, méprisé de la bonne société. À partir des années 1980, le cuarteto conquiert le pays grâce à La Mona Jiménez (chanteur), qui renouvelle le genre en lui ajoutant des percussions, puis à Rodrigo, mort dans un accident de voiture en 2000. À Córdoba, cette musique tropicale attire de nombreux fans, qui vont écouter et danser dans des lieux comme Sargento Cabral, le Complejo Forja ou la Vieja Usina.

Circuit Iguaçu Traditions des gauchos : Córdoba est l’une des principales provinces d’élevage et de culture (maïs, soja). Dans ce pays de gauchos, les fêtes patronales comme les festivals de folklore laissent toute la place à leurs jeux traditionnels et leur habileté à cheval.

Circuit Iguaçu Oktoberfest de Villa General Belgranofondée par des immigrants d’Europe centrale, puis développée par des survivants du Graf Spee, un cuirassé allemand qui se saborda près de Montevideo au début de la seconde guerre mondiale, Villa General Belgrano entretient la culture de ses origines. Fête de la bière en octobre dans la plus pure tradition munichoise, Fête du chocolat alpin et Fête du gâteau viennois !

Hôtels et estancias

Circuit Iguaçu Estancia El Colibri, Santa Catalina : estancia Relais & Châteaux sur la route des Jésuites, à une soixantaine de kilomètres de Córdoba. Un charme exceptionnel.
Circuit Iguaçu Estancia La Paz, Ascochinga : une demeure historique, de style renaissance italienne, à une cinquantaine de km de Córdoba. Nombreuses activités de plein air.
Circuit Iguaçu Hôtel San Pedro Viejo, San Pedro Norte : ancienne auberge relais du XVIIIe siècle construite sur la route du Haut-Pérou. Haras.

Transports

Circuit Iguaçu Avion : de l’aéroport international Ing. Taravella, plusieurs compagnies assurent des vols quotidiens entre Córdoba et Buenos Aires. La ville est également reliée aux principales capitales régionales du pays (Mendoza, Neuquén, Santa Fe, etc.) ainsi qu’aux pays voisins.

Circuit Iguaçu Bus : nombreux compagnies de bus pour toutes les destinations. Compter 10 bonnes heures pour Buenos Aires.

Environs

Circuit Iguaçu Estancias jésuites : classées Patrimoine mondial de l’humanité avec la Manzana Jesuítica de Córdoba, ces estancias, à quelques dizaines de kilomètres de Córdoba, ont été construites par les jésuites pour financer et alimenter leurs nombreux pensionnaires de l’université. Il y en avait six, et on peut en visiter cinq aujourd’hui, celle de San Ignacio ayant disparu. Fruits, légumes, céréales, vin, viande étaient ainsi produits localement. On y élevait aussi des mules, moyen de transport indispensable dans les échanges du vice-royaume. La première estancia est construite dès 1616 à Caroya, la dernière à La Candelaria en 1687, en pleine montagne. Les propriétés étaient immenses. Elles étaient cultivées par des indiens, logés dans des rancherías aujourd’hui disparues. Les estancias de Jesús María et Alta Gracia ont mis en scène des expositions sur l’histoire coloniale. Dans ces lieux de production, les pères n’oubliaient pas leur mission évangélisatrice. Ils utilisaient des sculptures religieuses très réalistes. Autre curiosité: les toilettes. Caractéristiques des maisons jésuites, ces toilettes ultramodernes pour l’époque utilisaient l’eau courante et une fosse d’évacuation entre deux murs. Santa Catalina est la plus grande des estancias que l’on peut aujourd’hui visiter et c’est aussi la seule qui soit une propriété privée. L’estancia n’est pas toujours ouverte à la visite mais la belle église baroque blanche oui. Ne pas manquer celle d’Alta Gracia : elle est située dans le village homonyme, son musée est particulièrement intéressant, et on en profitera pour voir aussi le musée consacré au Che Guevara qui a séjourné dans ce village pour soigner son asthme.

Circuit Iguaçu Sierras de Córdoba : à l’ouest de la ville de Córdoba, ces montagnes anciennes, antérieures à la chaîne des Andes, se subdivisent en quatre régions. Au nord, la verdoyante vallée de Punilla offre de nombreuses activités de plein air. Le village de La Cumbre attire les amateurs de parapente. Les paysages aux formes étranges de Los Terrones et Ongamira suscitent eux la curiosité des ufologues. En allant vers les Sierras Grandes, au sud-ouest, on traverse le Parc national El Condorito, créé pour protéger le condor des Andes, qui vient nicher et faire ses petits dans cette gorge. En continuant vers le sud, la vallée de Calamuchita est un lieu de choix pour les randonneurs, au pied du Cerro Champaquí, point culminant des Sierras. En été, les Sierras sont jalonnées de stations balnéaires au bord des rivières aux eaux limpides ou des lacs tranquilles : Villa Carlos Paz, Mina Clavero dans la vallée de Traslasierra, etc.

Circuit Iguaçu Mar Chiquita : cet immense lac salé, au nord-est de Córdoba, a été classé Réserve provinciale. C’est un véritable paradis ornithologique avec 350 espèces d’oiseaux, dont les flamants roses, des perroquets et des faucons pèlerins.

Circuits

Argentina Excepción propose plusieurs voyages à la découverte de la région des Pampas et Sierras, les estancias jésuites et la ville de Córdoba. Voici quelques exemples:

Circuit Iguaçu Séjour dans les estancias de Córdoba : 12 jours de rencontres avec la nature et les traditions dans trois estancias de la région. Découverte du travail de grandes fermes d’élevage et culture, rencontres avec les gauchos, balades à pied et à cheval, visite des estancias jésuites, etc.

Circuit Iguaçu Polo à Buenos Aires et Córdoba : 9 jours pour s’initier ou se perfectionner dans deux estancias exceptionnelles.

Circuit Iguaçu Voir tous nos circuits en Patagonie et Argentine