Voyage à Córdoba, Argentine

Information voyage sur la région et les sierras de Córdoba, au centre de l’Argentine.

Situation géographique

La ville de Córdoba est considérée comme le centre géographique de l’Argentine, entre Buenos Aires (705 km) et Mendoza (627 km). La région jouit d’un climat agréable et les sierras de Córdoba sont réputées pour leur bon air. Un asthmatique qui allait devenir célèbre y a longtemps fait des cures : le Che Guevara. La province est un lieu d’élection pour les touristes argentins, notamment la région des sierras. Voir notre fiche : Quand partir en Argentine.

Histoire

Avant l’arrivée des conquistadores, la région de Córdoba est habitée par les indiens Comechigones. Ils vivent de la chasse, cueillette et agriculture. Leurs maisons ont la particularité d’être à moitié souterraines : la base est creusée en une sorte de puit. Les Espagnols découvrent la région en 1556. À la recherche d’une étape entre le Haut Pérou et l’Atlantique, ils choisissent ce site pour fonder la ville de Córdoba de la Nueva Andalucía en 1573, avant Buenos Aires. À cette époque, le roi attribue un terrain aux ordres religieux qui souhaitent participer à la fondation des nouvelles villes. Les Jésuites acceptent de s’implanter à Córdoba et d’en faire la capitale de la future province jésuite du Paraguay, où seront installées les Missions. En 1613, ils créent le Colegio Máximo de Córdoba. Autorisé comme université en 1621 par le pape, c’est la première d’Argentine, la deuxième d’Amérique latine et la quatrième d’Amérique.

Les jésuites qui veulent travailler dans les Missions étudient dans cette Université, qui accueille des candidats missionnaires de toute l’Amérique mais aussi d’Europe. Très rapidement, l’ordre crée un noviciat pour les recevoir et les séparer des autres étudiants, les hidalgos (« hijos de algo », c’est-à-dire ceux qui n’ont pas de sang juif, ni maure, ni indien, ni noir). L’université, le noviciat, l’église, une crypte un peu plus loin… Pour financer tout cela et nourrir les étudiants, l’ordre doit trouver des fonds. Il décide alors de construire des estancias, des fermes à quelques dizaines de kilomètres de Córdoba. Il y en avait six, et on peut en visiter cinq aujourd’hui, celle de San Ignacio ayant disparu. Lorsque les jésuites sont expulsés en 1767, leurs biens sont saisis, repris en main par le royaume ou confiés à d’autres ordres. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le colegio et l’université de Córdoba ont été nationalisés. Pendant les guerres d’indépendance, Córdoba joue un rôle important dans la bataille entre fédéraux et unitaires. Au XXe siècle, elle devient une ville industrielle avec des usines de construction d’avions, de matériel aérospatial et de transport. Elle a été pionnière en matière d’observation astrale. Mai 1968 a eu son écho dans cette ville avec un grand mouvement social en mai 1969, appelé le Cordobazo. Avec 1,5 million d’habitants, Córdoba est devenue la deuxième ville d’Argentine et l’un de ses premiers pôles universitaires.

Traditions culturelles

Circuit Iguaçu Festival de folklore de Cosquín : cette petite ville de la vallée de Punilla fait le plein en Janvier pendant les neuf jours du Festival national de folklore. Circuit Iguaçu Le cuarteto : Córdoba a donné naissance à un style de musique, le cuarteto. À ses débuts, dans les années 1940, il a pris ce nom parce qu’il comportait quatre instruments : piano, violon, accordéon et contrebasse. C’était un genre populaire et très rythmé, méprisé de la bonne société. À partir des années 1980, le cuarteto conquiert le pays grâce à La Mona Jiménez (chanteur), qui renouvelle le genre en lui ajoutant des percussions, puis à Rodrigo, mort dans un accident de voiture en 2000. À Córdoba, cette musique tropicale attire de nombreux fans, qui vont écouter et danser dans des lieux comme Sargento Cabral, le Complejo Forja ou la Vieja Usina.

Circuit Iguaçu Traditions des gauchos : Córdoba est l’une des principales provinces d’élevage et de culture (maïs, soja). Dans ce pays de gauchos, les fêtes patronales comme les festivals de folklore laissent toute la place à leurs jeux traditionnels et leur habileté à cheval.

Circuit Iguaçu Oktoberfest de Villa General Belgranofondée par des immigrants d’Europe centrale, puis développée par des survivants du Graf Spee, un cuirassé allemand qui se saborda près de Montevideo au début de la seconde guerre mondiale, Villa General Belgrano entretient la culture de ses origines. Fête de la bière en octobre dans la plus pure tradition munichoise, Fête du chocolat alpin et Fête du gâteau viennois !

Musées et monuments

Circuit Iguaçu Manzana Jesuítica : joyau colonial classé Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2000, la Manzana Jesuítica constitue le centre historique de Córdoba, au cœur d’un quartier bourré de charme. Les jésuites avaient d’abord lancé la construction du Colegio Máximo, aujourd’hui Université nationale de Córdoba, qui en a conservé toute la splendeur: cloîtres, bibliothèque exceptionnelle, le Salón de Grados (salle des diplômés), ancienne chapelle à la riche décoration baroque… L’église a été construite un peu plus tard, à partir de 1640. La façade étonnamment austère serait en fait inachevée. Les historiens supposent que les trous autour des portes avaient été prévus pour ajouter une sculpture baroque. L’architecte, le Père belge Philippe Lemaire, ancien constructeur de navires, a fait réaliser un plafond en bois en forme de coque de bateau renversée. Il est construit en cèdre des Missions, comme l’autel. La porte et plusieurs éléments du retable ne sont pas d’origine: au moment de l’expulsion des jésuites, leurs bâtiments ont été pillés pour décorer d’autres édifices.

Circuit Iguaçu Le Museo histórico de la ciudad, qui présente cette riche histoire, permet d’accéder à ce patrimoine. Il abrite aussi une exceptionnelle bibliothèque, les jésuites ayant fait venir des ouvrages d’Europe sur l’histoire, la botanique, la médecine, la théologie bien sûr. Après leur expulsion, ce fonds, estimé à 12.000 documents, a été dispersé, notamment au profit de la Bibliothèque nationale de Buenos Aires qui les a restitués en 2000. Parmi les pièces rares, une bible de 1645 en dix énormes volumes et écrite en sept langues, dont le chaldéen, le syriaque… Autre curiosité, l’ancienne crypte jésuite, un peu plus loin sur Rivera Indarte, restaurée.

Circuit Iguaçu Place San Martín : la place principale de Córdoba, construite en 1577, est particulièrement animée. Sous ses arbres centenaires, c’est le rendez-vous des cordobeses et le point de départ de jolies balades à travers les rues piétonnes. Le cabildo colonial avec ses arcades blanches couvre tout un côté de la place. Il accueille l’office du tourisme et des expositions. La cathédrale a dû être reconstruite deux fois pour être finalement achevée au XVIIIe siècle dans un style baroque et néoclassique.

Circuit Iguaçu Musée historique Marqués de Sobremonte : une belle collection dans une demeure coloniale très bien préservée. La maison date du XVIIIe siècle et appartenait au marquis de Sobremonte, l’un des derniers vice-rois du Río de la Plata. Sept patios et un splendide balcon en fer forgé.

Circuit Iguaçu Musée d’art religieux Juan de Tejeda : l’un des plus beaux du genre. Dans le couvent des carmélites.

Circuit Iguaçu Nueva Córdoba: l’ancien quartier chic devenu le quartier étudiant et l’épicentre de la vie nocturne, entre l’avenue Irigoyen, le boulevard San Juan et le Parque Sarmiento, un grand parc avec un zoo. C’est également dans ce quartier que les amateurs d’art contemporain iront visiter le musée Emilio Caraffa.

Hôtels et estancias

Circuit Iguaçu Estancia El Colibri, Santa Catalina : estancia Relais & Châteaux sur la route des Jésuites, à une soixantaine de kilomètres de Córdoba. Un charme exceptionnel.
Circuit Iguaçu Estancia La Paz, Ascochinga : une demeure historique, de style renaissance italienne, à une cinquantaine de km de Córdoba. Nombreuses activités de plein air.
Circuit Iguaçu Hôtel San Pedro Viejo, San Pedro Norte : ancienne auberge relais du XVIIIe siècle construite sur la route du Haut-Pérou. Haras.

Transports

Circuit Iguaçu Avion : de l’aéroport international Ing. Taravella, plusieurs compagnies assurent des vols quotidiens entre Córdoba et Buenos Aires. La ville est également reliée aux principales capitales régionales du pays (Mendoza, Neuquén, Santa Fe, etc.) ainsi qu’aux pays voisins.

Circuit Iguaçu Bus : nombreux compagnies de bus pour toutes les destinations. Compter 10 bonnes heures pour Buenos Aires.

Environs

Circuit Iguaçu Estancias jésuites : classées Patrimoine mondial de l’humanité avec la Manzana Jesuítica de Córdoba, ces estancias, à quelques dizaines de kilomètres de Córdoba, ont été construites par les jésuites pour financer et alimenter leurs nombreux pensionnaires de l’université. Il y en avait six, et on peut en visiter cinq aujourd’hui, celle de San Ignacio ayant disparu. Fruits, légumes, céréales, vin, viande étaient ainsi produits localement. On y élevait aussi des mules, moyen de transport indispensable dans les échanges du vice-royaume. La première estancia est construite dès 1616 à Caroya, la dernière à La Candelaria en 1687, en pleine montagne. Les propriétés étaient immenses. Elles étaient cultivées par des indiens, logés dans des rancherías aujourd’hui disparues. Les estancias de Jesús María et Alta Gracia ont mis en scène des expositions sur l’histoire coloniale. Dans ces lieux de production, les pères n’oubliaient pas leur mission évangélisatrice. Ils utilisaient des sculptures religieuses très réalistes. Autre curiosité: les toilettes. Caractéristiques des maisons jésuites, ces toilettes ultramodernes pour l’époque utilisaient l’eau courante et une fosse d’évacuation entre deux murs. Santa Catalina est la plus grande des estancias que l’on peut aujourd’hui visiter et c’est aussi la seule qui soit une propriété privée. L’estancia n’est pas toujours ouverte à la visite mais la belle église baroque blanche oui. Ne pas manquer celle d’Alta Gracia : elle est située dans le village homonyme, son musée est particulièrement intéressant, et on en profitera pour voir aussi le musée consacré au Che Guevara qui a séjourné dans ce village pour soigner son asthme.

Circuit Iguaçu Sierras de Córdoba : à l’ouest de la ville de Córdoba, ces montagnes anciennes, antérieures à la chaîne des Andes, se subdivisent en quatre régions. Au nord, la verdoyante vallée de Punilla offre de nombreuses activités de plein air. Le village de La Cumbre attire les amateurs de parapente. Les paysages aux formes étranges de Los Terrones et Ongamira suscitent eux la curiosité des ufologues. En allant vers les Sierras Grandes, au sud-ouest, on traverse le Parc national El Condorito, créé pour protéger le condor des Andes, qui vient nicher et faire ses petits dans cette gorge. En continuant vers le sud, la vallée de Calamuchita est un lieu de choix pour les randonneurs, au pied du Cerro Champaquí, point culminant des Sierras. En été, les Sierras sont jalonnées de stations balnéaires au bord des rivières aux eaux limpides ou des lacs tranquilles : Villa Carlos Paz, Mina Clavero dans la vallée de Traslasierra, etc.

Circuit Iguaçu Mar Chiquita : cet immense lac salé, au nord-est de Córdoba, a été classé Réserve provinciale. C’est un véritable paradis ornithologique avec 350 espèces d’oiseaux, dont les flamants roses, des perroquets et des faucons pèlerins.

Circuits

Argentina Excepción propose plusieurs voyages à la découverte de la région des Pampas et Sierras, les estancias jésuites et la ville de Córdoba. Voici quelques exemples:

Circuit Iguaçu Séjour dans les estancias de Córdoba : 12 jours de rencontres avec la nature et les traditions dans trois estancias de la région. Découverte du travail de grandes fermes d’élevage et culture, rencontres avec les gauchos, balades à pied et à cheval, visite des estancias jésuites, etc.

Circuit Iguaçu Polo à Buenos Aires et Córdoba : 9 jours pour s’initier ou se perfectionner dans deux estancias exceptionnelles.

Circuit Iguaçu Voir tous nos circuits en Patagonie et Argentine