Buenos Aires, Capitale mondiale du Livre en 2011

10 février 2011Culture et Patrimoine

L'Unesco a choisi Buenos Aires parmi 6 villes candidates. La municipalité a garanti un investissement de un million de dollars pour financer l'évènement.

Librairie Ateneo « On dit qu’à Buenos Aires il n’y a pas besoin de sortir chercher des livres, car les livres viennent à vous »…  C’est avec cet argument que la municipalité de la capitale argentine a convaincu le jury de l’Unesco de désigner Buenos Aires Capitale mondiale du Livre en 2011.

Après Madrid, Alexandrie, New Delhi, Amberes, Montréal, Turin, Bogota, Amsterdam, Beyrouth et Ljubljana cette année, l’an prochain ce sera au tour de Buenos Aires de présenter sa production littéraire au monde entier. À noter que Buenos Aires a été préféré à Caracas, La Havane, Lagos (Nigeria), Porto Novo (Bénin), Sharjah (Emirats Arabes) et Téhéran.

L’année du Livre débutera le 22 avril 2011, Journée Mondiale du Livre, et se terminera la 23 avril 2012, Journée Mondiale du Droit d’Auteur. L’Unesco a expliqué son choix en vantant la qualité et la variété des actions qui promeuvent l’activité littéraire, dans « une ville qui cultive la lecture et la création comme l’une de ses principales activités symboliques ».

Un panorama de l’activité de la ville autour du livre a été décrite dans la candidature présentée par la municipalité, avec notamment la très populaire Fête du livre et ses 1,2 millions de visiteurs chaque année, la présence de bibliothèques populaires, des maisons d’éditions, petites et grandes, le Festival littéraire de Buenos Aires, les actions de promotion de la poésie, la nuit des librairies, ou encore la Semaine de la Lecture dans les écoles.

La municipalité a dores et déjà garanti un investissement de un million de dollars pour financer les activités proposées pour l’évènement. Parmi celles-ci, on trouve notamment l’ouverture d’une bibliothèque publique multilingue, la réalisation d’une collection d’ouvrages classiques en audio livre, des lectures publiques autour du thème de Buenos Aires, la création d’un festival de littérature fantastique, la publication de jeunes poètes, ou encore, la semaine des librairies dans les quartiers.