Le Delta du Paraná, déclaré site protégé

02 février 2016Environnement

Les parcs nationaux Predelta et Islas de Santa Fe sont inscrits sur la liste des sites Ramsar, statut international qui protège les zones humides.

Predelta

Qu’est-ce qu’une zone humide ?
Une zone humide est un écosystème au sein duquel l’eau est un facteur clef. La convention Ramsar a adopté une définition assez large du terme. Ainsi le terme zone humide regroupe aussi bien un lac ou une rivière qu’un marais, une oasis, un récif corallien ou encore des sites artificiels tels que les rizières ou les marais salants.

Elles sont indispensables à la survie de la planète car elles présentent une biodiversité particulièrement importante et sont la source d’eau vitale de plusieurs espèces de plantes et d’animaux. Cependant les zones humides sont en voie de disparition, elles perdent chaque année en superficie et en qualité.

Qu’est-ce que la convention Ramsar ?
Cette convention a été adoptée en 1971 et vise à protéger les zones humides en mettant en avant leur rôle écologique ainsi que leur valeur scientifique, économique, culturelle et récréative. Les trois piliers sur lesquels repose la Convention sont : l’utilisation rationnelle des zones humides, l’inscription de sites pertinents sur la liste des zones humides internationales et enfin la coopération au niveau mondial pour la conservation de ces écosystèmes.

168 pays font aujourd’hui partie de la convention, soit une majeure partie des territoires sur la planète. Tous les trois ans les pays membres se rassemblent lors de Conférences des Parties Contractantes pendant lesquelles ils décident des améliorations à apporter à la convention et votent à propos de l’éventuelle adhésion de nouvelles zones humides.

Le Delta Paraná, un écosystème d’exception en Argentine
Le delta du rio Paraná, l’un des plus étendus de la planète, se situe à cheval entre les provinces de Sante Fe et d’Entre Rios et englobe les parcs nationaux Predelta et Islas de Santa Fe. Ce sont en tout plus de 240 000 hectares qui sont inondés par le rio Paraná et abritent une faune et une flore particulièrement riches. On y retrouve notamment des espèces en voie de disparition comme le capucin (singe des forêts tropicales), le yabirú (grand oiseau blanc à la tête noire et au col rouge) ou le yacaré (caïman). En outre, cette zone est aussi de haute importance pour les populations qui vivent autour : c’est leur principale source d’eau douce mais aussi une voie de navigation commerciale, un site d’intérêt scientifique abritant des vestiges archéologiques indigènes et enfin un lieu touristique.

Ce nouveau titre de zone humide est donc une chance pour la région qui bénéficie à présent d’une reconnaissance internationale. Cela va obliger le gouvernement argentin à prendre soin de cet écosystème, que ce soit en faveur de la faune et de la flore, des habitants, de la préservation de l’eau ou bien des traces des civilisations ancestrales.

Si vous passez à Buenos Aires, vous pouvez approcher le delta en naviguant entre les îles depuis la ville de Tigre, à 30 km de la capitale argentine.

Plus d’infos