Piétonisation du centre de Buenos Aires : une révolution en marche

09 juin 2012Société

La première étape de ce plan vise à piétonniser 43 blocs du quartier de Microcentro avant fin 2012. A terme plus de 100 blocs seront piétonnisés.

Microcentromicrocentro A Buenos Aires, Microcentro est connu comme un quartier d’affaires, de banques et de sièges administratifs. Mais l’effervescence qui anime les rues du quartier durant la journée, s’évapore aux heures de fermeture des bureaux. Un contraste qui dessert doublement ce quartier de la capitale.

En effet, un flot de 500.000 automobiles noie quotidiennement les artères de ce centre névralgique durant les jours ouvrables. Le smog et la nuisance sonore qui en résultent sont désagréables pour les passants et les touristes. La nuit en revanche, l’aspect désertique du quartier ne rassure pas les promeneurs noctambules. Un dommage collatéral qui empêche Microcentro de faire valoir un potentiel touristique pourtant digne d’intérêt.
C’est donc dans l’optique de corriger cette tendance problématique que la ville de Buenos Aires a entrepris un grand plan de piétonisation des rues de Microcentro. Une mesure qui permettra de restreindre la circulation automobile dans le quartier et qui devrait à terme réconcilier les passants avec le centre de la capitale.
A l’instar des travaux qui avaient été menés auparavant dans les rues de Reconquista et Suipacha, le ministre du développement urbain, Daniel Chain, projette de réaménager huit rues, soit 43 blocs avant fin 2012.
On note toutefois que les rues concernées par le plan seront réaménagées selon deux modèles distincts qui ne vise pas le même degré de piétonisation.
Le premier modèle vise à une piétonisation intégrale de la chaussée : la voie sera entièrement pavée et la circulation de véhicules y sera interdite. Quatre rues sont concernées par ce standard de réaménagement, à savoir 25 de Mayo, San Martin, Bolivar et Alsina. Les deux dernières présentent un intérêt supplémentaire du fait de leur situation dans le centre historique de la ville. Elles délimitent de surcroit le célèbre îlot Manzana de las Luces et l’église de San Ignacio, deux bijoux du patrimoine historique portègne.
Le deuxième modèle vise à une piétonisation partielle de la chaussée. Les trottoirs seront nettement élargis mais la circulation automobile et cycliste sera permise grâce à une route de 3,5 m et une piste cyclable de 2 m de large au centre de la voie. Ainsi 70 % de la chaussée sera dédiée aux piétons. Les rues concernées par ce standard sont Marcelo T. Alvear, Sarmiento, Péron et Batolomé Mitre. 

Dans les deux cas, le réaménagement des chaussées s’accompagne d’une reforestation  et d’un renouvellement des équipements urbains afin de rendre l’espace le plus agréable possible aux piétons.

Cette première étape du plan ainsi que l’objectif qui prévoit de piétonniser 100 blocs d’ici 2015 ne concernent que le quartier de Microcentro, mais par la suite le ministère du Développement urbain prévoit d’élargir les travaux vers le sud de la ville. Notamment en prolongeant les rues piétonnes Peru et Tacuari vers le sud afin d’établir une connexion piétonne entre les quartiers de la Boca et de Constitucion.
Grâce à ce plan de piétonisation, le gouvernement de la ville espère transformer de simples rues de passage en rues piétonnes animées et commerçantes. En général les petits commerces, ainsi que les restaurants, les bars ou les boutiques de souvenir ne tardent pas à fleurir le long de ces nouvelles rues piétonnes.
Une entreprise très judicieuse qui complète le réseau de pistes cyclables développé en parallèle par la mégalopole. On peut y voir une belle avancée dans la lutte que mène Buenos Aires pour assainir et réguler le transit urbain, mais également de belles possibilités de promenades à venir.