Ricardo Darín, homme de cœur, talent d’acteur

Ricardo Darín, homme de cœur, talent d’acteur

Ricardo Darín est devenu au cours de ces dix dernières années un acteur incontournable en Argentine. Alternant rôle comique ou personnage dramatique, il est aujourd’hui reconnu sur la scène artistique internationale.

Ricardo Darín_Credit CC
																															

Premières planches

Né en 1957 à Buenos Aires et venant d’une famille de comédiens, Ricardo Darín monte sur les planches dès son plus jeune âge : il débute le théâtre à 10 ans et le cinéma à 12 ans.

Il poursuit ses études en alternant les films pour la télévision argentine et des rôles de jeune premier dans des petites productions comme La Playa del amor en 1980. Il a alors 23 ans et cherche à obtenir des rôles plus importants. Il joue dans deux drames, La Rosales (1984) et Te amo (1986), qui ne lui donne pas non plus satisfaction. Le manque de profondeur des intrigues qui lui sont proposées ne lui permet pas de s’épanouir dans ce registre et le jeune comédien cherche encore le rôle de la consécration.

Une carrière qui se dessine

En 1987, il se marie avec son épouse actuelle, Florencia Blas. Ils ont ensemble deux enfants, Ricardo l’ainé, et Clara, la « studieuse » de la famille comme son père a l´habitude de tendrement l’appeler. Parallèlement à une vie de famille saine et durable, sa carrière professionnelle décolle. Il obtient une première reconnaissance du public argentin grâce à son rôle de beau-frère insupportable et ingérable dans la série populaire Mi Cuñado, qui est diffusé de 1993 à 1996.

Une fois la série terminée, il retourne au grand écran pour explorer de nouveaux thèmes : le thriller avec Perdido por perdido, et surtout, deux films qui lui valent le Condor d’argent du meilleur acteur, décerné par la Argentinean Film Critics Association Awards. Le premier, El Mismo amor, la misma lluvia (1999) est une comédie sentimentale de Campanella, le second, Nueve Reinas, un polar réalisé par Fabián Bielinsky. Ce dernier sort en 2000 et obtient un succès national : il s’inscrit parfaitement dans la situation de crise économique du pays. Avec son complice joué par Gaston Pauls, Darín, le personnage principal, escroque un philatéliste en tentant de lui revendre Les neuf reines, une rare série de timbres… C´est aujourd’hui un film culte argentin.

																	  																  
Film El secreto de sus ojos_Credit CC
																  															  

Un succès international

Suite à cela, les médias locaux mais aussi internationaux s’emparent de ce nouvel acteur qui est salué par les critiques cinématographiques. Il adopte un physique plus latino-macho : son visage se durci, son nez s’affine, sa barbe de trois jours et son regard sévère séduisent hommes et femmes. Ricardo Darín peut se permettre des rôles plus consistants qu’à ses débuts, plus tourmentés, comme ce fils qui vit dans l’ombre de son père dans El Hijo de la novia, un film nommé aux Oscars et qui sort en 2001.

Pendant trois ans, Darín va continuer à tourner en Argentine alternant drame, comédies dramatiques ou polar comme dans El Aura. Dans ce dernier, il retrouve le réalisateur Fabián Bielinsky dont El Aura sera le dernier film. Son incarnation d’un taxidermiste qui planifie le crime parfait fait froid dans le dos : il gagne une fois encore le Condor d’Argent.

N’oubliant pas ses premières passions, il poursuit encore et toujours dans le théâtre. L’acteur repart en tournée théâtrale en 2005 avec la pièce Art, qu’il avait joué dix ans auparavant. Suite à sa tournée, Ricardo Darín va s’essayer à la réalisation d’un film sur les derniers jours de la vie d’Eva Perón, Le Signal. Pourtant, après cette première tentative qui ne remporte pas le succès espéré, il retourne rapidement vers sa carrière d’acteur.

Film Relatos Salvajes
																															

Un acteur de talent

Darín est inépuisable. Il enchaine les films à plus ou moins grand succès en jouant souvent des rôles riches. Dans ses yeux reçoit d´ailleurs l’Oscar du meilleur film. Après un rôle d’ancien braqueur qui veut se ranger pour El baile de la victoria (2009), il collabore notamment avec le réalisateur Pablo Trapero dans Carancho (2010) et Elefante Blanco (2012), ou avec Damián Szifrón dans le film Relatos Salvajes (2014).

Darín a su se modeler une carrière professionnelle d’une grande qualité, qui lui permet aujourd’hui de sélectionner les films dans lesquels il souhaite jouer. Cet homme doué d’un extraordinaire talent et d’une soif de perfection n’a pas fini de nous séduire.

Retrouvez plus d’information sur notre guide du cinéma argentin