Festival de folklore de Cosquín, Cordoba, Argentine

Festival de folklore de Cosquín

Le plus grand festival de musique folklorique d’Amérique latine se tient à la fin du mois de janvier à Córdoba.

defile traditionnel argentine
																															

Aussi appelé Las nueve lunas de Cosquín (les neufs lunes de Cosquín), le Festival a lieu durant neuf nuits dans la petite ville de la province de Córdoba. À cette occasion de nombreux artistes du folklore argentin se succèdent sur scène ou se retrouvent dans les peñas, ces lieux de rassemblement plus ou moins formels, pour faire revivre leurs traditions. Au total, ce sont plus de 300 000 personnes qui sont attendues chaque année.

C’est en 1961 qu’un groupe d’habitants de la petite ville située à une soixantaine de kilomètres de Córdoba décide de créer un événement pour attirer les touristes en cette période estivale argentine.

festival cosquin argentine
																  															  

Si au commencement, le festival s’organise sur le bord de la route et avec peu de moyens, il va rapidement devenir un tremplin pour de nombreux artistes comme Los Cantores del Alba, Mercedes Sosa, Los Chachaleros, Ramona Galarza, Los de Salta et surtout Atahualpa Yupanqui qui en est devenu la personnalité emblématique. Ce dernier a même donné son nom à la scène principale du festival actuel, sur la place Próspero Molina.

Mais c’est surtout au cours des années soixante que le festival prend de l’ampleur. Diffusé par un vaste réseau de radios puis de télévisions sur tout le territoire, sa renommée croît très rapidement. S’apercevant du succès populaire autour de l’événement, le président de l’époque, José María Guido, décide dès la troisième édition de faire de la dernière semaine du mois de janvier, la Semaine Nationale du Folklore.

Festival de Cosquin en Argentine
																															

Le festival de Cosquín permet aux argentins de renouer avec leur culture traditionnelle, très vivante. Le folklore est né au moment de la colonisation du territoire argentin. Les missionnaires, dans le but de « civiliser » les indiens, leur apprirent des chants qu’ils s’approprièrent rapidement. Les esclaves venus d’Afrique apportèrent également leurs propres sonorités et incorporèrent leurs rythmes à ces chants.

La culture du folklore argentin est emblématique du campo (campagne) et plus généralement de l’interior (la province, en opposition à la capitale Buenos Aires) : le tango, purement portègne, n’a pas sa place ici !

Se diffusant sur tout le territoire, le folklore a beaucoup évolué et est aujourd’hui composé d’au moins une soixantaine de courants différents, dont les plus connus sont la zamba, le bailecito ou encore la chacarera.

Danse traditionnelle, Cosquín
																  															  

Mais le folklore argentin ne se limite pas à la musique, loin de là. Le festival en est un exemple probant aujourd’hui car il est également un lieu où l’on peut découvrir les danses traditionnelles, les arts populaires, les spectacles de rue ou encore l’artisanat d’Amérique latine.

Pour ceux qui souhaiteraient découvrir cette culture folklorique argentine, il existe également des peñas à Buenos Aires qui vous plongeront dans une ambiance festive et vous feront découvrir cette culture très riche, comme la peña Los Cardones dans le quartier de Palermo.

À lire
– Le site-web du festival de folklore de Cosquín