Guillermo Vilas, la légende argentine du tennis

Guillermo Vilas, la légende argentine du tennis

Considéré comme le meilleur joueur argentin de tennis de tous les temps, Guillermo Vilas s’illustre sur les courts dans les années 70. Il a remporté trois des quatre tournois du Grand Chelem.

Les premiers pas d’un champion

Guillermo Vilas voit le jour à Buenos Aires le 17 août 1952 et passe son enfance dans la citée balnéaire de Mar del Plata. C’est son père, Roque, qui l’initie à la balle jaune alors qu’il n’a que 5 ans. Alors que les plus grands s’entraînent sur la terre battue du Club Náutico de Mar del Plata, le jeune Willy passe de longues heures à taper la balle contre le mur du club. A 11 ans, il gagne sa première médaille. Entre 12 et 15 ans, il enchaîne les victoires dans les championnats nationaux et sud-américains catégorie jeune.

En 1967, il part s’entraîner à Buenos Aires. Cette année là, il participe à son premier Orange Bowl. En 1968, il dispute à nouveau ce tournoi et le remporte face au Mexicain Emilio Montaño. L’année suivante, il signe une nouvelle victoire, cette fois-ci contre l’Américain Dick Stockton. A 18 ans, il devient le numéro 1 argentin. En 1970, il abandonne ses études de droit pour se consacrer à plein temps au tennis.

guillermo vilas 1975
																  															  

La consécration internationale

L’année 1974 marque les débuts de sa carrière internationale. Les performances de l’Argentin sont remarquables avec une demi-finale haletante contre le suédois Björn Borg à Rome et des victoires aux Open de Gstaad, Hilversum, Louisville, Toronto, Téhéran et Buenos Aires ainsi qu’au Masters de fin d’année. Avec 7 tournois majeurs remportés à seulement 22 ans, Guillermo Vilas acquiert une renommée importante et se qualifie au Masters d’Australie. En 1975 et 1976, il remporte de nombreux tournois mais échoue à la finale de Roland-Garros en 1975, en demi-finale de l’US Open en 1975 et 1976 ainsi qu’en quart de finale à Wimbledon en 1975 et en 1976.

1977 est une année très prolifique pour l’Argentin, il atteint son meilleur classement ATP, 2ème meilleur joueur mondial derrière l’Américain Jimmy Connors. Sur 33 tournois joués il en remporte 16, un record absolu dans l’ère Open. Il comptabilise 128 victoires et seulement 14 défaites et établit également le record du plus grand nombre de victoires consécutives avec 46 matchs gagnés, qu’il détient encore aujourd’hui. Sur terre battue, de juillet à septembre de la même année, il reste invaincu durant 53 matchs, un record battu par l’Espagnol Rafael Nadal vingt-neuf ans après. Il remporte Roland-Garros et l’US Open contre Jimmy Connors et atteint la finale de l’Open d’Australie.

Premier joueur sud-américain à remporter un tournoi de Grand Chelem, Vilas est adulé dans tout l’Amérique latine. Le World Tennis Magazine, le média de référence de l’époque, va même jusqu’à lui décerner le titre de numéro 1 mondial devant son rival américain, Jimmy Connors, qui n’a remporté aucun titre cette année là; tandis que l’ATP, contredisant son propre classement, décerne le Prix du joueur de l’année à Björn Borg.

En 1978 et 1979, Vilas gagne l’Open d’Australie. Le seul titre du Grand Chelem auquel il échoue est le traditionnel et légendaire tournoi de Wimbledon. En 1980, avec ses compatriotes José Luis Clerc et Carlos Gattiker,  il remporte la ATP World Team Cup. Cette même année, il remporte le Masters de Rome, bat Björn Borg lors de la Coupe des Nations mais échoue à Roland-Garros face à Harold Solomon. En plein match, il est victime d’une violente crise d’appendicite et doit abandonner la partie. Avec José Luis Clerc, il est finaliste de la Coupe Davis en 1981 mais perd face aux Etats-Unis face au puissant duo John McEnroe – Peter Fleming.

En 1982, Willy a 30 ans et encore de l’énergie à revendre, il remporte 7 tournois dont celui de Monte Carlo et Madrid et dispute la finale de Roland-Garros face au suédois Mats Wilander ainsi qu’une demi-finale à l’US Open. Il prend sa retraite en 1989 et revient brièvement en 1992, pour disputer l’Open d’Atlanta et quelques tournois.

																	  																  

Le lift, son arme fatale

A l’instar de Björn Borg, il est connu pour avoir popularisé le coup droit lifté, un effet donné à la balle, en la frappant de bas en haut et d’arrière en avant. Ce type de jeu est actuellement utilisé par les meilleurs joueurs du monde. Guillermo Vilas a remporté 62 titres au cours de sa carrière ce qui le classe au 5ème  rang mondial historique, derrière Jimmy Connors, Ivan Lendl, John McEnroe et Pete Sampras. En 1991, il rejoint l’International Tennis Hall of Fame.

Il est considéré comme le meilleur joueur de l’histoire du tennis argentin et l’un des six meilleurs athlètes argentins du XXe siècle, aux côtés de Diego Maradona pour le football, Carlos Monzón pour la boxe, Juan Manuel Fangio pour le sport automobile, Roberto De Vicenzo pour le golf et Emanuel Ginobili pour le basket-ball.