Manu Ginóbili, basketball, argentine, NBA

Manu Ginóbili, une carrière au sommet

Evoluant au poste d’arrière, le basketteur s’est fait un nom au-delà des frontières argentines pour aller jusqu’à briller en NBA. Portrait.

Manu Ginóbili - Crédit licence CC
																															

Une histoire de famille

L’italo-argentin naît en juillet 1977 dans une famille de basketteurs. Cadet d’une fratrie de trois garçons, il découvre le basket aux côtés de son père, entraîneur dans un club de Bahía Blanca. Tandis que Léandro et Sebastián, les deux grands frères, jouent déjà pour la ligue nationale argentine, Manu se prend progressivement de passion pour la tradition familiale. L’enfant plein d’énergie qu’il était à l’époque réussit à canaliser son dynamisme dans le basketball. Il commence à jouer régulièrement dès l’âge de 8 ans. A cette même époque, Manu ne manque aucune retransmission des matchs de NBA et accroche un grand poster de son idole, Michael Jordan, dans sa chambre.

A la préadolescence, le joueur fait partie des plus petits. A 13 ans, son pédiatre réalise une projection de taille et lui prédit 1m85… Il atteint finalement la taille respectable de 1m98. Toutefois, Emanuel commence sa carrière professionnelle en intégrant le club de La Rioja pour la saison 1995-1996. L’année d’après, il part pour l’équipe  étudiante de Bahía Blanca.

Destination Europe

En 1998, le joueur s’envole pour l’Italie et le club de la Vioja Reggio à Calabre. Avec ses coéquipiers, notamment venus des Etats-Unis, le club monte en première division. Par la suite, Manu entre dans l’équipe Kinder Bologna avec laquelle il  remporte deux coupes d’Italie, un titre en Euroligue et un championnat d’Italie. Homme incontournable des compétitions européennes, Emanuel Ginóbili devient le premier argentin à être élu meilleur joueur de la ligue européenne. Fort de ses succès en Italie, Manu est repéré par le club texan des San Antonio Spurs en 1999, puis intègre la liste des prétendants pour entrer dans le championnat roi de la discipline : la NBA ! Le processus étant long, Ginóbili continue pendant ce temps de jouer avec Kinder Boulogne. Il y gagne deux fois le titre de meilleur joueur de Ligue A.

Au service de la nation

Emanuel intègre la sélection nationale argentine en 1998. Au mondial organisé à Athènes, il reçoit la nomination du meilleur panier. En 2004, à l’issue des jeux préolympiques de Neuquén gagnés par l’Argentine, il est élu meilleur joueur de la compétition. Aux Jeux Olympiques d’Athènes de 2004, l’équipe argentine réalise un exploit en décrochant la médaille d’or, battant en finale les Etats-Unis qui avait remporté tous les jeux depuis seize ans.

En août 2014, Manu met fin à sa carrière internationale pour cause de blessures.

																	  																  
Stade San Antonio spurs - Crédit licence CC
																  															  

Bienvenue en NBA

Après le championnat du monde FIBA de 2002, Manu rejoint la NBA suite à un repêchage salvateur. En effet, son classement à la 57e place n’augurait pas une issue aussi positive. Après un début difficile dû à des blessures consécutives, Ginóbili quitte de plus en plus le banc de touche et accumule progressivement les succès. A partir de ce moment-là, Manu joue à chaque match et devient un pilier du groupe. En 2003, l’arrière est couronné de ses efforts avec l’attribution de l’Olympe d’Or, le titre de sportif de l’année décerné par le Cercle des journalistes sportifs argentins. La saison 2004/05 est l’une de ses meilleures saisons ; Ginóbili y occupe un grand rôle dans la victoire de son équipe en championnat. De nouveau blessé durant la saison 2005/06, Manu voit ses statistiques baissées. Les années se suivent auprès des Spurs, ponctuées de victoires, de moments de gloire et parfois d’échecs. Connu pour son jeu provocateur et dynamique, il est considéré comme un flopper (joueur qui tombe volontairement pour faire croire à une faute de l’attaquant), il a même été classé 6e au classement des floppers de NBA en 2007. Il renouvelle son contrat pour deux ans avec les SPURS en 2013/14 pour 14,5 millions de dollars.

La consécration ultime viendra également de la NBA, avec sa participation aux All-Star Games à trois reprises en 2005, 2011 et 2015. Ginóbili est le deuxième joueur de basket, après Bill Bradley, à détenir un titre Euroligue, un championnat de la NBA et une médaille d’or olympique.