Danser le tango argentin : les codes de la milonga

Danser le tango argentin : les codes de la milonga

Pour qui veut danser le tango dans une milonga de Buenos Aires, point de salut sans connaître les us et coutumes, très codifiés.

Le tango, une danse sophistiquée

Si les premiers pas du tango ont été improvisés dans la rue, la danse atteint de nos jours un degré de sophistication inégalé. Des spectacles tournent régulièrement dans le monde entier, mais c’est surtout sur les pistes, dans les milongas, que s’expriment les amateurs éclairés.

Le tango est une danse de couple, d’improvisation, sensuelle et complexe, avec des règles et des codes. La première des règles de la danse est la marche, autour de la piste, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. L’homme avance, d’abord le buste, puis le genou, enfin le pied. Marquant le rythme, suggérant à sa partenaire de manière subtile et élégante la marche et les figures. La femme « écoute », se laisse guider, avec une confiance absolue.

tango danse sensuelle argentine
																  															  

Cortes, quebradas, boleos, ganchos  Les figures, exigeantes, demandent des mois et des années de pratique pour être réalisées avec finesse. Le tango est affaire de style et de communication entre les deux partenaires, il exige de danser avec « sentimiento », avec le cœur. Et si les danseurs ont l’air si sérieux, ce n’est pas qu’ils soient tristes, c’est qu’ils sont concentrés, imprégnés de la musique et du mouvement de l’autre.

Les codes du bal

Autrefois, on faisait ses premiers pas en famille, dans les réunions entre amis. Il fallait déjà savoir danser pour oser poser un pied sur la piste de bal, élégamment vêtu d’un costume pour les hommes, de hauts talons et d’une jupe fendue pour les femmes. Les règles vestimentaires sont plus souples aujourd’hui même si les chaussures de tango restent la règle.

La milonga, c’est à la fois le nom d’un style de musique et le lieu où l’on danse, le bal. Une piste, de préférence en parquet, entourée de tables. Les habitués ont la leur, les autres attendent d’être placés, souvent les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. L’invitation se fait à distance d’un échange de regards, suivi d’un consentement par un léger hochement de tête (le cabeceo). Les deux partenaires peuvent alors se rejoindre sur la piste. On ne danse généralement qu’une tanda, enchaînement de quatre morceaux, chacun reprenant sa place à la fin, pendant la cortina, intermède de quelques minutes permettant de regagner sa table et de choisir un nouveau partenaire.

la chanson dans le tango rojo tango
																  															  

Trois styles musicaux se jouent et se dansent dans le bal : la milonga, au rythme enlevé, la valse argentine, et le tango à proprement parler, dominant. Certaines milongas accueillent des orchestres. Parmi les dizaines de milongas organisées chaque jour à Buenos Aires, on fait son choix selon le lieu, le DJ et l’organisateur.

Le style de danse dominant à Buenos Aires est le tango milonguero, qui se danse très enlacé, avec éventuellement quelques figures ouvertes (tango salón) si l’encombrement de la piste le permet. Un nouveau genre s’est développé ces dernières années : le tango nuevo, avec des figures ouvertes, complexes, plus proches de la virtuosité exprimée dans les spectacles. Ses partisans ont adopté les classiques du tango mais aussi le tango électronique (Gotan Project, Tanghetto, Bajo Fondo Tango Club), que l’on n’entend jamais dans une milonga traditionnelle.

danse et tango milonga el querandi
																															

Toutes les générations se croisent aujourd’hui dans les milongas. Les milongueros sont toujours là, ceux qui ont appris à l’ancienne, dans la première moitié du XXe siècle, qui portent encore beau leurs 70 ans. Ceux qui se sont retrouvés bien seuls quand le tango a été effacé par le rock mais qui ont enfin pu transmettre leur savoir à des jeunes qui ont commencé, il y a une vingtaine d’années, à redécouvrir le tango. Ils ont transmis le flambeau d’un patrimoine conservé intact, ce sont les maîtres de la piste.

S’il y a autant de milongas et de cours aujourd’hui à Buenos Aires, c’est aussi en raison de l’engouement du monde entier pour le tango, de la Finlande au Japon, en passant par la France ou les Etats-Unis. Tout danseur passionné fait un jour le pèlerinage à Buenos Aires, certains décident même d’y vivre. La milonga est ainsi devenue l’un des rares lieux où il n’y a ni barrière de génération, ni barrière de la langue, ni barrière sociale.

Quelques milongas à Buenos Aires

Le Canning, Scalabrini Ortiz 1331 (Palermo). Si le lieu n’a pas grand charme, il offre cependant l’une des plus belles pistes de la ville. Recommandé les lundis, mardis et vendredis, organisés par Parakultural et Omar Viola, l’un des premiers à avoir remis sur pied des milongas, en 1985.

Niño Bien, Centro Régión Leonesa, Humberto Primo 1462 (San Telmo). L’une des plus réputées et des plus belles de la ville. Recommandé le jeudi.

El Beso, Riobamba 416 (centre). L’une des plus réputées, avec de très bons danseurs. Du mardi au dimanche.

styles musicaux tango
																  															  

Viejo Correo, Díaz Vélez 4820 (Parque Centenario). L’une des plus anciennes milongas, avec un sol carrelé.

Plaza Bohemia, Maipú 444 (centre). Une toute petite salle en plein centre. Recommandé notamment le samedi. Le mercredi, La Marshall, milonga gay.

La Viruta, Asociación armenia, Armenia 1366 (Palermo). Très grande salle en sous-sol, du mercredi au vendredi. L’une des plus ouvertes aux débutants.

Confitería La Ideal, Suipacha 384 (centre). De loin la plus touristique, dans un café mythique au décor suranné.

milonga portena argentine
																															

Club Villa Malcolm (Córdoba 5064) et Práctica X (Anchorena 641) : pour les amateurs de tango nuevo.

Milongas gratuites en plein air : La Glorieta Barrancas de Belgrano (11 de Septiembre et Echeverría) et la Plaza Dorrego le dimanche (San Telmo).

– Et aussi : Lo de Celia (Humberto Primo 1783), Dandi (Piedras 936), Porteño y bailarín (Riobamba 345), La Nacional (Alsina 1465), Gricel (La Rioja 1180), Nuevo Salón La Argentina (Bartolomé Mitre 1759), La Catedral (Sarmiento 4006), Club Independencia (Independencia 572), etc.