Carnet de voyage : à la découverte de l'Antarctique

Carnet de voyage : à la découverte de l’Antarctique

Carnet de voyage : à la découverte de l'Antarctique
4 5 1 1

Bonjour Alain,

Bien rentrés en France à la date prévue… Mais une réadaptation un peu difficile. Enfin nous voilà de nouveau sur les rails de la vie quotidienne.

C’est donc maintenant seulement que j’ai un moment privilégié pour vous adresser, ainsi qu’à toute votre équipe, tous nos remerciements pour ce voyage que vous avez créé pour nous en suivant nos envies et nos contraintes.

Baleine de Minke

Nous avons été très touchés de votre inquiétude quand nous sommes arrivés bien tard à la Finca familia, et du super livre de photos sur l’Argentine que nous avons trouvé à notre arrivée à l’hôtel Sacardi.

Voici un lien avec un album de photos sélectionnées pour montrer les conditions de ce voyage antarctique avec Antarpply à bord du Ushuaia.

Je complète avec quelques détails dont vous excuserez le désordre :

Les cabines à couchettes superposées sont un peu comme les studios de sports d’hiver : on n’y passe pas beaucoup de temps.
Le lever est à 7h, le débarquement à 9h, le déjeuner à 12h, le second débarquement à 14h, le dîner à 20h, et des conférences lorsqu’on ne débarque pas : la vie à bord est bien rythmée.

Phoque de Wedell

La majeure partie du temps se passe dans le salon principal, sur les ponts ou sur la passerelle, à regarder le paysage quand on n’est pas malade. Nous n’avons pas vu la nuit, soit parce qu’il n’y en avait pas, soit que nous étions trop fatigués pour veiller au delà de 23h.

Les patch de scopoderm sont indispensables, même quand on a beau temps; je ne sais pas ce que cela aurait été si la mer avait été plus forte. En tous cas les 2 jours de traversée sont une épreuve qu’il faut se donner les moyens de surmonter.

Les vêtements à prendre sont vraiment les mêmes que pour le ski, sauf pour les chaussures, car il faut des bottes en caoutchouc fournies à bord pour débarquer au bord de l’eau et marcher dans la fiente de manchot qui couvre le sol.

Ne pas oublier les capuches ou bonnets qui tiennent au vent (voir la photo des anoraks des canadiens qui étaient mieux équipés que les brésiliens !).

Un manchot Adélie donne la becquée

Pour les vidéos, prévoir un cache en mousse pour le micro de l’appareil photo ou la caméra pour éviter que l’enregistrement du bruit du vent ne cache le caquètement des manchots, très caractéristique.

On fait effectivement plus de photos que tout ce qu’on a l’habitude de faire. Je pense qu’il faut plusieurs boîtiers et bien savoir s’en servir; on fait de la photo animalière, de l’oiseau à la baleine, et de paysage : deux techniques différentes.

Evidemment comme nous étions les seuls français il a fallu tout suivre en anglais ou espagnol; nous n’avons pas eu de difficulté majeure sauf les jours de baignade où nous n’avions pas compris qu’un maillot de bain aurait été bienvenu et le jour où nous avions accès à la « boutique » de souvenirs de la station américaine, où il aurait fallu avoir son porte monnaie, ce qui n’est généralement pas très utile au milieu des colonies de manchots.

Paysages de l’Antarctique

L’équipe d’animation est très professionnelle et intéressante; et elle livre à chacun un DVD souvenir avec les photos de groupe et les meilleurs moments des excursions à terre.

Il est vraiment important de se documenter sur l’histoire et la découverte de l’Antarctique, sur la faune (pas de flore) et sur les éco-systèmes.

Nous avons eu une très intéressante conférence sur la géologie de ce continent, qui est encore un sujet de découverte.En termes financiers, prévoir le « pourboire » à l’équipage (10 us$/jour et par personne demandés explicitement puis ensuite on donne ce que l’on veut).

En termes culinaires, les repas et le service étaient parfaitement adaptés aux conditions de l’expédition.

Pour le débarquement final, les autres passagers se sont rendus directement à l’aéroport mais nous avons beaucoup apprécié la rencontre avec le chauffeur local qui nous a parlé de sa vie quotidienne après que nous ayons profité des points de vue qu’il nous a proposés.

Paysages de l’Antarctique

L’hôtel Cilene del faro à côté du très intéressant et original musée local (ethnographie, histoire, environnement) et galerie d’art (dans l’ancienne prison) était très bien.

Merci encore d’avoir traité dans l’instant le cas de l’agence de location de voiture, close pour la restitution.

Merci encore pour votre beau travail; 3 mois après notre retour nous sommes encore à essayer de faire des albums et à traiter les vidéos et j’ai beaucoup de plaisir à vous en parler.

Eric Henry et Helen Desbrugeres