Carnaval de Gualeguaychú, Entre Rios, Argentine

Carnaval de Gualeguaychú

Chaque année, de début janvier à début mars, Entre Ríos vibre d’un rythme endiablé pour le Carnaval del País, le plus grand carnaval d’Argentine.

Char Carnaval de Gualeguaychu
																															

Chaque année, de début janvier à début mars, Gualeguaychú,dans la province Entre Ríos, vibre d’un rythme endiablé du plus grand carnaval d’Argentine. Si le début de l’année en Amérique du Sud rime avec soleil et chaleur d’été, c’est aussi grâce au Carnaval del País qui, loin d’apaiser cette ardeur, fait monter la fièvre lors de spectacles vibrants. Deuxième plus grand carnaval d’Amérique du Sud après celui de Rio, Gualeguaychú se fait pour deux mois le lieu de toutes les folies, avec des spectacles hauts en couleurs, au son de batucadas endiablées.

Un corsodrome pouvant accueillir 40.000 spectateurs a été construit en 1997. Les clubs sociaux ou de quartiers qui ont travaillé toute l’année pour mettre au point chorégraphie et costumes y défilent tous les samedis de janvier, février et début mars. Si cette tradition carnavalesque remonte à la fin du XIXe siècle, les comparsas actuelles, comme Marí-Marí, se sont formées à partir des années 1970, introduisant les batucadas et la samba du Brésil. Elles comptent de 230 à 280 membres et quatre chars. Un thème est choisi chaque année et le défilé commence par un couple d’ambassadeurs, qui portent le drapeau aux couleurs de la comparsa, et un char d’ouverture. Les plus beaux costumes peuvent peser 80 kg et demander jusqu’à 2500 plumes. L’un des chars transporte l’orchestre qui a lui-même composé les chansons de l’année, sur une musique de samba ou inspirée de rythmes africains. La batucada termine le défilé avec sa trentaine de percussionnistes. Un jury de personnalités évalue la qualité de chaque comparsa : la musique, la danse, les costumes, les chars, la mise en scène.

Carnaval de Gualeguaychu
																  															  

Il s’agit d’un véritable concours pour les rois du Carnaval, titre que se disputent les Comparsas, acteurs et actrices de cette belle mascarade, à grand renfort de chorégraphies et défilés tous les samedis de janvier et de février. Les critères de la compétition sont au nombre de cinq : danse, costumes, musique, mise en scène et chars. Chacune des comparsas (dont Marí-Marí, Ará-Yeví et Kamarr sont les plus connues) arbore un panaché de couleurs qui lui est propre, un thème principal, un ensemble de chorégraphies et des spectacles uniques. Les Comparsas s’expriment à travers des spectacles de danse reflétant chaque année un univers ou un thème différent. Par exemple, en 2008, Marí-Marí a choisi de raconter l’histoire et les conquêtes d’Alexandre le Grand, O’Bahía s’est intéressée à l’eau et l’environnement et Ara Yeví à la gastronomie. Des dizaines de milliers de personnes viennent assister à ce carnaval, un spectacle haut en couleurs, magique et joyeux, l’un des mieux cotés au monde. Ce dernier est bouclé chaque année par la très attendue élection de la reine du carnaval.

Chars du Carnaval de Gualeguaychú
																															

Ce sont les Romains qui furent les premiers à fêter la période qui précède le Solstice d’hiver lors des Saturnales. Ces fêtes dédiées au dieu Saturne sont dès les premiers siècles de notre ère, la célébration de l’extraordinaire, de la démesure. Même les esclaves bénéficiaient ce jour là de libertés exceptionnelles et provisoires. Plus tard, le Saint Empire Romain Germanique aime à laisser libre-cours à son imagination dans de multiples farces et déguisements. Particulièrement populaire, le carnaval devient le moment idéal, dans une société de classes peu poreuses, pour brouiller les pistes de la hiérarchie sociale en se cachant derrière un masque. C’est fort probablement pour son potentiel subversif que le roi Carlos 1er interdit le carnaval en 1523.

D’abord célébration païenne de sortie de l’hiver, le Carnaval devient la fête qui précède l’entrée dans le temps de conversion et repentance du carême chrétien, comme le suggère son étymologie latine carne ou viande, chair et levare ou enlever, élever. Durant cette période de l’année, le fidèle revit les quarante jours de jeûne de Jésus Christ dans le désert pour se préparer intérieurement à la fête de Pâques.

comparsa carnaval de gualegaychu
																  															  

Bien différent de celui de Buenos Aires et ses murgas, le carnaval de Gualeguaychú évoque beaucoup plus celui de Rio de Janeiro, avec ses chars allégoriques, ses reines, ses danseurs vêtus de paillettes et de plumes, et son ambiance joyeuse et chaleureuse sur les bords du fleuve Uruguay. Démesure et féerie sont de rigueur pendant cette période de fête, qui attire chaque année des dizaines de milliers de personnes dans le corsodrome de la ville. Des défilés qui galvanisent les foules, des danses et des costumes à vous couper le souffle, le carnaval figure parmi les plus importants du monde, aux côtés du Carnaval de Venise ou de Rio.

Argentina Excepción propose un week-end pour vivre le Carnaval de Gualeguaychú.

À lire
– Le site du Carnaval de Gualeguaychú