Couvre-chefs et chapeaux gauchos : Boina, Sombrero, Pañuelo

Couvre-chefs et chapeaux gauchos : boina et sombrero

Les plus connus des couvre-chefs gauchos sont la boina, héritière du béret basque, et le sombrero.

Les sombreros ou chapeaux gauchos

Son chapeau permettait surtout au gaucho de se protéger de la pluie, du soleil et du vent lors de ses longues chevauchées dans l’immensité de la pampa ; il s’agissait souvent du seul toit de ces errants éternels. Les couvre-chefs des gauchos varient selon les régions et les époques, au gré du matériau qui tombe sous la main du gaucho.

On peut citer le chambergo, couvre-chef mou de laine, coupé près de la tête, doublé sur les côtés pour faire écran au vent, et retenu par une ficelle passée sous le menton pour ne pas tomber au trot ou au galop. Il était parfois décoré de rubans et de plumes.

gaucho estancia tres valles argentine
																  															  

Certains utilisaient aussi le bonnet phrygien, sorte de cône de tissu de couleur vive aussi appelé bonnet Pinsón, ou encore la panse d’ânesse, qui formait une drôle de toque de cuir poilu dont on peut voir des représentations dans le Musée des Beaux Arts de Buenos Aires.

Enfin, les gauchos qui devaient faire face à de fortes chaleurs s’adaptaient en s’équipant de chapeaux de feuilles de palmiers séchées, puis enroulées et tissées entre elles. Celui qui recevait tous les suffrages était le boina, ou béret gaucho, hérité des émigrants basques, et apprécié pour sa commodité et sa robustesse.

Le pañuelo ou foulard gaucho

Le foulard gaucho peut être porté de diverses manières; en serenero, noué sur la tête, ou en golilla lâché dans le dos avec un nœud sous le menton, en ruban au chapeau ou encore enroulé autour du cou. Son usage principal est de protéger la tête, le cou et la nuque des ardeurs du soleil de jour et du pincement du froid de nuit. Simple carré de 80 cm de côté environ taillé dans une toile légère, le foulard gaucho se remarque par sa couleur vive.

Il fait partie des éléments clés de la coutumière élégance naturelle de ces hommes solitaires et fascinants. Le gaucho pouvait aussi utiliser son foulard lors de ses tâches dans le campo, pour essuyer sa sueur ou même attacher son cheval.

Et aussi
Argentina Excepción propose plusieurs séjours dans des estancias argentines, pour partager la vie des gauchos.