Quino, le père de Mafalda

Quino, le père de Mafalda

Avec sa création géniale de Mafalda, Quino est l’un des auteurs argentins les plus lus dans le monde.

Quino
																															

C’est une enfant, petite, brune à grosse tignasse, et fille unique d’une famille de la classe moyenne argentine jusqu’à l’arrivée du petit frère Guille (en cigogne de Paris comme tous les enfants argentins). Elle s’appelle Mafalda. Elle habite à Buenos Aires. Elle est curieuse, espiègle et drôlement intelligente. Elle est née en 1963, par un concours de circonstances.

Le jeune dessinateur Quino invente un personnage pour la campagne publicitaire d’un fabricant d’électroménager, qui souhaite qu’il ait un prénom avec deux lettres de la marque: un M et un A. Quino choisit Mafalda et lui donne le rôle de l’enfant terrible. Finalement, le projet publicitaire n’aboutit pas.

Statue de Mafalda à San Telmo
																  															  

L’année suivante, en 1964, l’hebdomadaire Primera Plana demande à Quino une idée innovante. Mafalda revient par la presse, avec ses questions qui dérangent et ses réflexions philosophiques. En 1965, elle déménage pour une histoire quotidienne à El Mundo et un premier recueil est publié l’année suivante.

Mafalda a des copains: Susanita (jalouse, conformiste et coquette), Felipito (rêveur et paresseux), Miguelito (naïf) et Manolito (têtu et matérialiste). Ils se retrouvent pour jouer aux cow-boys et aux indiens. Mafalda aime les Beatles, les échecs, écouter les informations et jouer dehors.

Quino fête du livre 2014
																															

Mafalda déteste la soupe, la guerre, l’injustice et les armes. Elle a souvent la dent dure avec sa mère (femme au foyer, c’est pas un métier pour elle) et son père (agent d’assurance et jardinier amateur), et plus généralement avec la société qui l’entoure. Bref, elle découvre la vie et le monde qui la laissent perplexe : « Par où il faut pousser ce pays pour qu’il aille de l’avant ? ».

À partir de 1968, Mafalda voyage d’abord en Italie, premier pays où elle est traduite, puis en Espagne, au Portugal, en France (1973), etc. La petite Argentine devient une célébrité ! Et pourtant, Quino fait taire la gamine en 1973: il croque toujours l’actualité et la société, mais avec d’autres personnages, sans héros récurrent.

Quino fait Chevalier de la Légion d'Honneur
																  															  

Il n’empêche que Mafalda continue à être publiée et lue dans le monde entier, traduite en mandarin, en grec ou en galicien. Mais il a fallu attendre ses 40 ans, en 2004, pour qu’elle parle anglais et débarque aux États-Unis (trop compliquée pour les enfants, disaient les éditeurs). Mafalda a même une place qui porte son nom à Buenos Aires, dans le quartier Colegiales, c’est dire si ce n’est pas une citoyenne comme les autres.

À voir
-Le site web de Quino, en 5 langues