Atahualpa Yupanqui

Atahualpa Yupanqui

L’illustre figure du folklore argentin

Altahualpa Yupanqui
																															

Ce fils d’un employé des chemins de fer est devenu l’une des références majeures de la musique folklorique en Argentine. Né le 31 Janvier 1908 à Pergamino dans la province de Buenos Aires, Héctor Roberto Chavero de son vrai nom possède des racines basques et amérindiennes. C’est durant son adolescence qu’il adopte le pseudonyme qui l’accompagnera le reste de sa carrière: Atahualpa Yupanqui, en mémoire des derniers empereurs inca.

Artiste complet, à la fois compositeur, guitariste, chanteur et écrivain, il fait partie intégrante du paysage musical argentin. Mais Yupanqui fait également preuve d’une prose remarquable, comme en témoignent un certain nombre de ses œuvres, tel que El canto del viento (1965) et Notas de un viaje al Japón (1977). Beaucoup de ses compositions, au lyrisme profond et à la critique ouverte sur les conditions sociales en Amérique latine, figurent dans le répertoire de grands interprètes internationaux de la chanson.

Atahualpa Yupanqui Córdoba
																  															  

Yupanqui a interprété ses chansons non seulement en Argentine, mais également dans plusieurs pays européens où il s’est produit de nombreuses fois en concert. En raison de son appartenance au Parti communiste jusqu’en 1952, son travail a été censuré pendant la présidence de Juan Domingo Perón. Arrêté et emprisonné à plusieurs reprises, Atahualpa Yupanqui a été contraint à l’exil en Europe en 1949, où il fit une brillante carrière. En 1950, la célèbre Édith Piaf l’invita à un duo à la suite duquel il signe avec la maison de disques « Chant du Monde » et sort son premier album sur le vieux continent, Minero soy.

A son retour 1952, il se produit sans relâche dans de nombreuses villes argentines jusqu’à ce que dans les années 1960 il trouve le succès grâce à des interprètes tels que Mercedes Sosa et Jorge Cafrune, qui le rendront populaire auprès de la nouvelle génération d’artistes.

Atahualpa Yupanqui
																															

Auteur de plus de 1 500 chansons, il est devenu célèbre avec des compositions telles que Caminito del indio, Nostalgia tucumana, Los ejes de mi carreta, Zamba del adiós, Huajira, Viento, viento, Campo abierto ou encore El payador perseguido.

Cette dernière constitue son œuvre la plus complète, d’abord un recueil de chansons elle fût ensuite retranscrite dans un roman. En 1965, il sort El canto del viento, un livre sous forme d’essai. El arriero, Trabajo, quiero trabajo et la milonga Los ejes de mi carreta sont trois de ses chansons les plus populaires dans le monde entier.

En 1986, la France le fait Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Atahualpa Yupanqui meurt à Nîmes, en France, le 23 mai 1992 alors qu’il s’apprêtait à recevoir un hommage. A sa demande sa sépulture se trouve à Cerro Colorado, dans la Province de Córdoba en Argentine.