Les arbustes en Argentine

Les différentes espèces d’arbustes

 

Espinillo, aromo ou churqui - Acacia caven des Fabaceae

L’acacia caven est un arbuste caduc qui peut atteindre 6 mètres de haut. Répandu en Argentine (surtout le long du Río Parana et du Río de la Plata, dans les provinces d’Entre Ríos, Buenos Aires et Córdoba), en Bolivie (à Tupiza au Sud des Chichas), au Chili, au Paraguay, en Uruguay et au Brésil (dans les pampas de Rio Grande), il résiste très bien à la sécheresse et vit dans les zones de climat méditerranéen ou les steppes chaudes. Il se caractérise par son tronc marron foncé légèrement fissuré de longues entailles obliques et ses branches noueuses armées de longues épines gris clair de 2 à 5 cm de long. Ses toutes petites fleurs jaunes, utilisées en parfumerie, poussent au printemps en bouquets sphériques accrochés à des pédoncules de 4 à 18 mm. Ses feuilles et ses fruits sont l’aliment traditionnel des élevages ovins et caprins. Le miel produit par les abeilles qui butinent les fleurs d’acacia est très blanc et particulièrement aromatique.

Yerba blanca ou yerba de la yesca - Chuquiraga oppositilofia des Asteraceae

La yerba blanca est un petit arbuste touffu d’environ 1,5 m. Originaire du Brésil, elle est aujourd’hui présent des Andes à la Patagonie, notamment dans la précordillère chilienne entre Coquimbo et Aconcagua. Elle s’adapte  à toutes les altitudes, du niveau de la mer à 4 000 m. Elle est reconnaissable à ses feuilles de couleur cendrée, persistantes et pourvues d’épines. Sa fleur à corole tubulaire est jaune ou rouge. Son pollen attire les abeilles, et est même vital pour certains oiseaux mouche comme l’oreotrochilus. Son fruit est un akène, c’est-à-dire une enveloppe sèche non soudée à son unique graine (de même que la coque de noix ou l’aigrette de pissenlits), et qui n’a ainsi pas à s’ouvrir comme une gousse pour libérer sa semence. On utilise son bois comme combustible, ses fleurs comme ornement et ses feuilles comme remède traditionnel pour ses propriétés diurétiques, fébrifuges et tonifiantes.

Chaura - Gaultheria mucronata des Ericaceae

La chaura est un arbuste de 20 à 50 cm de haut, qui atteint parfois 150 cm. Adapté à la montagne et au soleil, il est très présent en Patagonie et dans les Andes, notamment au pied de l’Aconcagua. Il est typique des forêts primitives valdiviennes andines patagoniques. La diversité de formes de feuilles complique un peu l’identification des 330 types de gaultheria. La gaultheria mucronata est reconnaissable à ses feuilles allongées et presque rectilignes. Son feuillage est dense, grâce à grand nombre de ramilles. Ses fleurs forment de petites clochettes. Son fruit est une sorte de baie de 4 à 6 mm de diamètre, blanche, rose ou violettes, capable de résister au gel durant l’hiver grâce à la texture spongieuse de sa chair. Les indigènes mapuche le mangent, comme le faisaient les anciennes tribus de Terre de Feu yámanas et selknams.

Brea ou palo verde - Cercidium ou Parkinsonia praecox des fabáceas

Le brea est un arbuste légumineux de 5 à 12 mètres, présent de la Patagonie argentine au désert de l’Arizona. Il pousse rapidement et vit 20 à 30 ans. Il est très bien adapté aux sols érodés du Chaco argentin par exemple, secs voire désertiques, dans des climats arides qui reçoivent moins de 300 mm de pluie par an. C’est une plante caduque, et l’on peut voir ses fleurs symétriques composées de 5 pétales jaunes ou blancs au printemps. Son fruit est une gousse qui renferme 1 à 2 graines. Ce sont ses branches et brindilles qui réalisent une part importante de sa photosynthèse, ce qui lui vaut le surnom de palo verde ou bâton vert. Il produit beaucoup de pollen et nectar, ce qui attire les abeilles, et permet la production de miel. A l’instar du caoutchouc et du gommier, une entaille dans son tronc laisse couler une substance similaire à la gomme arabique, utilisée dans l’industrie alimentaire, pharmaceutique ou de la peinture. Douce et soluble dans l’eau, cette gomme est consommée en bonbon par les habitants locaux. Dans le Nord Ouest argentin, des projets de développement durable en partenariat avec les communautés indigènes Toba et Wichí visent à généraliser son utilisation dans l’industrie nationale.

Keñua ou queñoa - Polylepis tarapacana des Rosaceae

La keñua pousse entre 3 900 et 4 800 m d’altitude tout le long de la cordillère andine, du Pérou, à la Bolivie, au Chili et à l’Argentine. Ses petites fleurs incolores de 0,4 à 0,8 cm de diamètre sont visibles entre septembre et décembre. Son fruit est épineux et renferme une seule graine entre septembre et décembre. Elle était utilisée dès l’époque précolombienne comme combustible et matériau de construction. Mais elle fut mise en péril par son utilisation massive comme charbon pour l’extraction minière de wolfran au Nord du Chili. En Bolivie, c’est aux XIX et XXe siècles qu’elle servit de combustible dans les locomotives et les hauts fourneaux. Depuis 1959, le president Germán Bush a créé le parc national Sajama pour la sauver.

Calafate - Berberis microphylla des Berberidaceae

Le calafate est un arbuste épineux persistant de 1,5 m de haut. Originaire du sud de l’Argentine et du Chili, il est particulièrement présent dans le parc national argentin de Los Glaciares. C’est un symbole revendiqué par les villes de Patagonie . El Calafate, en Argentine, lui emprunte son nom et un mythe indigène selknam ou tehuelche assure que celui qui en mange se doit de revenir : «El que come calafate ha de volver», slogan récupéré par Punta Arenas au Chili. Ses fleurs solitaires jaune-orangé sont visibles d’octobre à janvier. Ses petites feuilles vert sombre ont la pointe épineuse. Ses fruits sont de délicieuses baies bleu sombre à pourpre, dont on fait de la confiture et de la gelée de janvier à mars. Son bois permet d’élaborer une teinture naturelle rouge. Ses rhizomes produisent de la berbérine, une substance alcaloïde prisée pour ses propriétés antifongiques et antibactériennes.

Rosa Mosqueta - Rosa rubiginosa

La Rosa Mosqueta est un arbuste sylvestre de la famille des Rosaceae. Originaire d’Europe il pousse à l’état sauvage le long de la Cordillère des Andes, en Patagonie. De taille moyenne, environ 2m, il donne à la fin de l’été une fleur de couleur rose pâle au parfum délicat. Une fois la fleur fanée elle produit un fruit rouge-orangé de forme ovoïdale souvent consommé en confiture ou en liqueur. En raison de ses nombreuses propriétés naturelles la Rosa Mosqueta est fréquemment utilisée à des fins thérapeutiques. Utilisée sous forme d’infusion elle fortifie le système immunitaire grâce à ses apports en vitamine C. Elle favorise également l’élimination des toxines, une action renforcée par sa forte teneur en flavonoïdes et en polyphénols, réputés comme antioxydants. Appliquée en usage externe l’huile de Rosa Mosqueta, riche en acides gras essentiels, agit sur l’épiderme en stimulant la production cellulaire permettant ainsi la régénération des tissus.