Architecture de Buenos Aires, Argentine: le style néoclassique

Architecture à Buenos Aires

Le style néo classique

Eglise de l'Immaculée Conception Belgrano Buenos Aires
																															

Le style néoclassique, né en France et en Italie au milieu du XVIIIe siècle, succéda aux mouvements baroque et rococo.

Ce mouvement utilise les formes de l’Antiquité grécolatine, en ajoutant les éléments du lieu et l’époque dans lesquels se manifestent les projets.

Le néoclassicisme se caractérise par une simplification et une sobriété des formes architecturales, ainsi que par des colonnes qui reposent sur des piédestaux afin de leur donner plus de hauteur et d’élégance.

Les frontons offrent des proportions harmonieuses, les lignes courbes laissent la place aux lignes rectilignes, la symétrie et les rigueurs de la géométrie sont respectées et généralisées.

Le néoclassique commença à se développer à Buenos Aires dans le domaine de l’architecture au début du XIXe siècle.

Il est d’ailleurs à noter que ce style est arrivé dans la capitale argentine très rapidement, peu de temps après son apparition dans les capitales européennes.

NOTRE SÉLECTION DE MONUMENTS DE STYLE NÉOCLASSIQUE À BUENOS AIRES

																	  																  

1. La Cathédrale métropolitaine de Buenos Aires - Av. Rivadavia et San Martín

La Cathédrale métropolitaine de Buenos Aires, terminée en 1791 et située Plaza de Mayo, est un monument de style néoclassique. Son profil ne correspond pas à un monument religieux car elle ne possède pas de tour et ressemble davantage à un temple grec qu’à une église catholique typique.

De l’extérieur, la cathédrale rappelle l’Assemblée nationale de Paris, avec un portique réalisé à la manière française. Il se compose d’un fronton de douze colonnes de style corinthien symbolisant les douze apôtres, et d’un bas-relief représentant la rencontre de Jacob avec son fils en Egypte. L’intérieur, de style colonial espagnol, compte cinq vaisseaux et une croisée couverte d’une coupole qui, posée sur un tambour, atteint les 41 m de hauteur. Depuis le vaisseau latéral de droite on accède au mausolée où reposent les restes du libérateur José de San Martín, œuvre réalisée par le sculpteur français Carrier Belleuse. Un hommage particulier est rendu au grand héros national, avec des grenadiers de l’armée argentine veillant sur le tombeau.

2. La Banque de la Nation argentine - Rue Bartolomé Mitre 326

Ce monument, ancien théâtre Colón de 1857 à 1888, est devenu le siège de la Banque de la Nation Argentine en 1940. Dessiné par l’architecte français Alexandre Bustillo à la demande du président Carlos Pellegrini, il se trouve sur la place de Mai, près de la Casa Rosada.

La banque, surmontée de l’une des voûtes les plus grandes du monde, mesurant 50 m de diamètre et 30 m de hauteur, renferme dans ses intérieurs un musée historique, ainsi que 5 km de couloirs, 1.500 portes et 925 horloges synchronisées.

3. La Cathédrale anglicane Saint Jean-Baptiste - Rue 25 de Mayo 276

Ce temple anglais, encore sur pied dans la rue 25 de Mayo, a été construit en 1830. Edifice fortement enclavé dans un terrain étroit, il garde toute la noblesse de ses colonnes doriques, malgré la rare perspective dont il jouit et les hautes constructions qui l’étouffent.

Sa travée centrale, plus ouverte que les quatre autres, est l’une de ses grandes caractéristiques. Un perron sert de base au bâtiment et une architrave bien détaillée supporte la frise. Avec de petites dimensions et une certaine lourdeur, le monument garde un air sévère.

4. La Faculté de Droit de Buenos Aires

Fondée au XIXe, la Faculté de Droit occupa successivement des bâtiments emblématiques de Buenos Aires. D’abord située dans la Manzana de las Luces rue Perú, elle migra dans les années 1870’ à l’actuel siège du Musée Ethnographique rue Moreno, puis en 1925 dans l’édifice néo-gothique de l’avenue Las Heras par la suite destiné à l’ingénierie.

Les travaux furent exécutés dès 1942 sur le lieu de stockage des filtres d’eau potable de l’agence étatique des Œuvres Sanitaires de la Nation, 2263 avenue Figueroa Alcorta, dans le quartier de Recoleta. Ils employèrent quasi exclusivement des matériaux argentins, dont les pierres de Mar del Plata pour la façade, le gigantesque hall central dit « des pas perdus » et l’escalier monumental. Dessiné par les architectes Arturo Ochoa, Ismael G. Chiappori et Pedro Mario Vinent, son monumentalisme dans le style d’un ancien temple grec en fait une expression de pouvoir. La nouvelle Faculté d’Ingénierie, située rue Paseo Colón, copie cette œuvre néo-antique monumentale.

A son inauguration en 1949 par le couple présidentiel Juan et Eva Perón, les 40.000 m2 de l’édifice comptaient 51 salles et amphithéâtres. Durant la première présidence péroniste, l’Université de Buenos Aires (UBA) vécut en effet un moment de grande croissance, avec pas moins de 14.000 élèves et la création des facultés d’Arquitecture, Sc iences Exactes et Odontologie.

La Faculté de Droit de Buenos Aires a reçu sur ses bancs de générations d’élèves, dont certains se sont par la suite distingués. On peut citer Carlos Saavedra Lamas, enseignant en droit social, ministre de la Justice et de l’Éducation en 1915, pionnier de l’Organisation internationale du travail, président de la Société des Nations en 1936 et premier latino américain à recevoir le prix Nobel de la paix en 1936 pour sa médiation lors de la guerre du Chaco entre la Bolivie et le Paraguay.