Musée pénitentiaire argentin Antonio Ballvé

Musée pénitentiaire argentin Antonio Ballvé

Rare témoin de l’époque coloniale, le bâtiment qui abrite le musée pénitentiaire a été classé monument historique national en 1982.

Rare témoin de l’époque coloniale, le bâtiment qui abrite le musée pénitentiaire a été classé monument historique national en 1982. Il fut construit dès 1732 au bord du Río de la Plata (aujourd’hui à l’emplacement du Paseo Colón), grâce au financement d’Ignacio Bustillo y Zeballos. Son projet était de permettre aux Jésuites de la chapelle Nuestra Señora del Carmen (aujourd’hui San Pedro González Telmo) de prêcher sur place les exercices de Saint Ignace.

musee pénintentiaire argentin antonio ballve prison chambre
																  															  

Ce sont les vicissitudes de l’histoire qui en transformèrent l’usage en prison, lorsque le roi espagnol Charles III y fit enfermer les Jésuites dont l’ordre fut interdit en 1767. Dès 1777, on y fit enfermer des prostituées employées dans le textile, et des Indigènes pris en otage. On pourrait croire que le lieu n’était pas propice aux congrégations : l’ordre des Frères de Notre Dame de Bethléem qui y installa un hôpital en 1795 fut lui aussi supprimé en 1820.

En 1822, l’Etat renomma l’édifice La Résidence, et il servit tour à tour d’hôpital militaire, asile psychiatrique, prison mixte, puis asile correctionnel pour femmes confié à la congrégation des filles du Bon Pasteur avant d’accueillir l’Académie Supérieur des Etudes Pénitentiaires en 1979. Le musée pénitentiaire porte le nom d’Antonio Ballvé, directeur de la prison entre 1904 et 1909, réputé pour ses efforts dans l’amélioration du traitement réservé aux détenus.

musee penitentiaire a san telmo
																  															  

Une atmosphère assez oppressante préside à la visite, plongeant bien dans l’histoire forte de ce lieu, dont on peut voir les cellules de prison et les uniformes et les objets d’époque. Le plus insolite est la collection d’armes confisquées par les matons ; scies incrustées dans des livres, couteaux, bombes et fusils artisanaux, ainsi que des pipes à marijuana et des aiguilles à tatouages.