Histoire argentine : premiers peuples et colonisation

Histoire argentine : premiers peuples et colonisation

Des origines à la colonisation ; des premiers peuplements à la lente formation d’un empire colonial.

Un peuplement par le sud de la Patagonie

Les traces les plus anciennes d’une présence humaine sur le territoire argentin remontent au XIe millénaire av. JC et se trouvent dans la région de Santa Cruz. Elles témoignent d’une probable arrivée des premiers hommes par l’extrême-sud de la Patagonie chilienne. Le début du peuplement de la pampa daterait du IXe millénaire av. JC et celui du Nord-Ouest du VIIe millénaire av. JC. On distingue deux grands groupes parmi les peuples aborigènes argentins: les chasseurs-cueilleurs en Patagonie, Pampa et Chaco, et les agriculteurs dans le Nord-Ouest, le Cuyo, les Sierras de Córdoba et la Mésopotamie. Les premiers sont nomades et les seconds sédentaires.

L'arrivée des colons Centre Culturel Recoleta Zulema Maza
																  															  

Parmi les peuples amérindiens de la pampa et de la Patagonie, les plus connus sont les Hets (ou Pampas), les Tehuelches (ou Patagons) et les Mapuches (ou Araucans); et en Terre de Feu, les Selknams. Dans le Nord-Ouest argentin coexistaient de très nombreuses peuplades dont le territoire a été annexé au XVIe siècle par les Incas. Dans les autres régions andines, au contraire, les Lule-Toconoté, les Sanaviron et les Comechingons sont restés longtemps indépendants.

La découverte de l’Amérique australe et la colonisation espagnole

Les Européens ont découvert les côtes de l’actuelle Argentine en recherchant un passage vers l’océan Pacifique. Amerigo Vespucci aurait été le premier Européen à s’approcher des côtes argentines en 1502. Díaz de Solís aborde le Río de La Plata en 1515 et Magellan la côte de Patagonie en 1520, peu avant de franchir le détroit auquel il laissera son nom. En 1617, Philippe III d’Espagne divise les terres de l’extrême sud de l’Amérique en deux gouvernements (gobernaciones): du Paraguay et du Río de la Plata.

Premiers alacalufes baptisés île Dawson Musée Ambrosetti
																  															  

La présence espagnole est restée longtemps très modeste: elle a surtout pris forme le long du « Camino real » qui permettait de drainer les richesses minières de l’actuelle Bolivie vers le Río de La Plata. C’est ici que Pedro de Mendoza fonde la colonie de Buenos Aires en 1536. Abandonnée suite aux attaques des Indiens Didiuhet, elle est rebâtie en 1580 à l’initiative de Juan de Garay. Cependant, Córdoba, Salta, San Salvador de Jujuy voient successivement le jour. De même le long du Paraná, avec Sancti Spíritu, Asunción, Santa Fe et Corrientes. Le caractère pacifique des Indiens Huarpes a facilité la domination rapide de la région de Cuyo par les Espagnols, à qui l’on doit en particulier la ville de Mendoza.

La résistance indienne

Les Espagnols affrontent en revanche de grandes difficultés dans les vallées calchaquíes, en particulier entre 1630 et 1665, date à laquelle les Quilmes sont vaincus et déportés sur l’actuel site de la cité de Quilmes, près de Buenos Aires. A partir de 1585, l’Espagne a fait appel aux Jésuites pour résoudre ses conflits avec les Indiens Guaranís. Les Jésuites se sont mis d’accord avec le roi pour payer un tribut proportionnel au nombre d’Indiens placés sous leur contrôle. Connaissant de graves difficultés liées à la rivalité hispano-portugaise, les chefs guaranís ont accepté de s’allier avec les jésuites. Ainsi s’explique le remarquable et rapide développement des missions.

La vuelta del malón 1892 Ángel Della Valle musée des Beaux Arts Buenos Aires
																  															  

Tout le long des XVIIe et XVIIIe siècles, les Mapuches assimilent peu à peu les peuples indigènes de la Pampa et de Patagonie. Cependant, les Espagnols progressent lentement du côté Est de leur territoire. Un certain nombre d’indigènes commencent à travailler dans les grandes fermes-domaines espagnoles (les estancias). Il en résulte un métissage entre Indiens et Européens, origine des gauchos. Face aux difficultés rencontrées dans cet empire colonial d’Amérique, l’Espagne érige une vice-royauté du Río de La Plata en 1776. Quoique son territoire aille bien au-delà des limites actuelles du pays, la vice-royauté est l’ancêtre de l’Argentine.