Français et Britanniques, une immigration influente

L’immigration française et britannique furent capitale dans la construction et le développement du pays.

Les Français, une influence artistique, culinaire et industrielle

Au début du XIXe siècle, pendant les premières années d’indépendance, arrivent les premiers artistes français en Argentine. Les maisons d’édition et les publications se multiplient, la mode est à la littérature française, particulièrement au feuilleton. La Société philanthropique française est créée dès 1832.

Les Français sont le groupe majoritaire en 1854, avant la grande vague d’immigration qui a lieu de 1857 aux années 1920, avec un pic dans les années 1880: les Français constituent alors 10% de la population. Les « racoleurs », comme on appelait les envoyés des agences de migration, les recrutaient dans les régions les plus pauvres: Savoie, Béarn, Aveyron, Pays Basque et région parisienne. Particularité française: en 1914, les femmes étaient plus nombreuses que les hommes, au contraire des autres nationalités. Elles étaient institutrices ou blanchisseuses, comme la mère de Carlos Gardel, immigrée de Toulouse. Elles étaient aussi prostituées, comme l’ont immortalisé quelques tangos qui chantent la Francesita.

Descendance basque française
																  															  

Globalement, les Français sont parmi les immigrants les plus qualifiés; ils s’installent d’abord dans les régions agricoles où ils se consacrent aux cultures céréalières, au vin (ils joueront un rôle clé dans l’évolution de la vigne à Mendoza) ou à l’élevage, puis, au début du XXe siècle, s’emploient comme ouvriers, techniciens ou cadres. Ils créent des colonies agricoles, comme celle des Aveyronnais de Pigüe, dans la province de Buenos Aires, en 1884. C’est probablement la commune qui a gardé le lien le plus fort avec ses origines et tous les ans en décembre une fête autour d’une omelette géante est organisée avec le soutien du département de l’Aveyron.

L'immigration française en Argentine
																															

Ce sont essentiellement les capitaux britanniques et français qui permettent à l’agriculture et à l’industrie argentine de se développer au tournant du XXe siècle (chemin de fer, ports, industrie agroalimentaire). Les Français monopolisent aussi jusqu’au début du XXe siècle l’hôtellerie et la restauration, du reste le terme « restaurant » est d’usage courant en Argentine. Les Espagnols prendront la suite dans la gestion des bars et « confiterías » mais la cuisine française a laissé sa marque, par exemple dans la viennoiserie.

Les Français créent l’industrie sucrière à Tucumán et les premiers frigos industriels en banlieue de Buenos Aires, qui révolutionnent le marché de la viande. Des Français ont eu une forte influence en politique et sur les mouvements ouvriers.

Descendance française en Argentine
																  															  

Dix présidents de la République sont des enfants d’immigrés français (Pueyrredón, Pellegrini, Yrigoyen…). Le droit civil argentin est inspiré du code Napoléon et le système éducatif du modèle français (influence de Paul Groussac). L’Argentine a intégré quelques mots français aussi (petit par exemple).

Le réseau de l’Alliance française en Argentine reste l’un des plus importants du monde. L’influence française sur l’architecture et l’urbanisme est évidente avec par exemple l’architecte Pierre Benoît à La Plata, le paysagiste Charles (Carlos) Thays (place de Mai, jardins de Palermo, etc.)… et l’actualité française est l’une des plus suivies par les médias argentins.

Les Britanniques, une force en professionnels et en capitaux

Les premières tentatives d’implantation de colonies britanniques datent des années 1820, avant la grande politique d’immigration impulsée dans les années 1850. Ils constituaient alors le deuxième groupe étranger après les Français, proportion qui réduira ensuite considérablement pour atteindre un total de 75.000 immigrants en 1940.
L’immigration en provenance de Grande-Bretagne était relativement plus qualifiée que celle d’autres pays.

Importants investisseurs dans la modernisation de l’Argentine, les Britanniques ont envoyé des compatriotes comme cadres d’entreprises, ouvriers qualifiés, cheminots, télégraphistes, employés de banque, etc. Ils ont eu un impact important sur l’éducation, la construction des chemins de fer et le sport: on leur doit le polo, sport dans lequel les Argentins sont imbattables.

Descendance britannique en Argentine
																  															  

C’est l’un des groupes qui a su le mieux préserver sa langue et sa culture. Le quotidien en anglais Buenos Aires Herald, fondé par un Ecossais en 1876, existe toujours.

Une forte communauté galloise s’est implantée dans la province de Chubut où elle maintient toujours ses traditions culturelles et culinaires, à Gaiman, Trelew ou Rawson. Les premiers Gallois sont arrivés comme mineurs puis des agriculteurs les ont suivis. Leur installation en Patagonie, totalement isolée à cette époque, en fait de véritables pionniers.