Russes, Allemands, Polonais et juifs : le flou des origines

L’immigration depuis les pays de l’Est de l’Europe, de l’Allemagne à la Russie, possède des origines et des histoires très diverses.

Russes ou Allemands ?

Avec 177.000 personnes, la communauté de « Rusos » a été la cinquième en Argentine. Parmi les premiers immigrés enregistrés comme Russes figure une partie de la colonie allemande de la Volga, des chrétiens qui avaient d’abord trouvé refuge dans cette région russe avant d’être persécutés à partir de la fin du XIXe siècle. Ils s’installent dans un premier temps dans les provinces d’Entre Ríos et Buenos Aires où ils se consacrent à la culture de blé ou de fruits.

D’autres Allemands sont arrivés plus tard, dont un groupe non négligeable de nazis après la Seconde Guerre mondiale, qui sont restés cachés sous de fausses identités. Avec la montée du nazisme puis la guerre sont aussi arrivés en Argentine des juifs allemands mais sous une identité falsifiée, l’Argentine leur refusant le visa à partir de 1928.

L’Argentine est le pays du monde qui compte la quatrième plus grande communauté allemande après les Etats-Unis, le Brésil et le Canada. Elle a laissé une particularité gastronomique: la « chucrut ».

Russes ou Polonais ?

Parmi les immigrés enregistrés comme russes jusqu’en 1919 figuraient beaucoup de Polonais, catholiques, orthodoxes et juifs. On estime qu’un million d’Argentins sont aujourd’hui d’ascendance polonaise.

Par ailleurs, beaucoup de « Polacos » étaient en réalité des Ukrainiens, qui ont notamment fait souche dans la province de Misiones

Les juifs

Le Congrès juif latino-américain estime la population de confession juive d’Argentine à 230.000 personnes. C’est la deuxième communauté juive d’Amérique après celle des Etats-Unis et la sixième au monde. La très grande majorité vit à Buenos Aires (notamment dans le quartier de Once) et est originaire d’Europe centrale: de nombreux immigrés enregistrés comme russes appartiennent à cette communauté. C’est une immigration qui a commencé au XIXe siècle, en provenance d’Allemagne, de Russie, puis de toute l’Europe. Nombre d’entre eux travaillaient dans l’agriculture et le commerce.

A partir de 1928, l’Argentine leur interdit l’entrée sur son territoire; malgré cette politique antisémite, beaucoup continuent à arriver avec des passeports falsifiés. Les seuls attentats terroristes en Argentine (hors conflit intérieur) ont visé l’ambassade d’Israël (1992) et la mutuelle israélite Amia (1994).

Les Croates

Dans le groupe d’immigrants « austro-hongrois » puis « yougoslaves » figuraient de nombreux Croates, émigrés économiques puis politiques. Actuellement, leurs descendants seraient au nombre de 250.000, ce qui en fait la plus importante communauté hors d’Europe. L’ex-président Néstor Kirchner est l’un d’entre eux.