Alcide d’Orbigny

Alcide d’Orbigny

L’ouvrage Voyages en Amérique méridionale, du naturaliste français, Alcide d’Orbigny, est un livre référence pour un grand nombre de scientifiques.

Alcide Dessalines d'Orbigny
																															

Alcide Charles Victor Marie Dessalines d’Orbigny naît en 1802 à Couëron, près de Nantes, au sein d’une famille de voyageurs et de naturalistes. Son père, médecin dans la marine et fondateur du Musée d’Histoire Naturelle de la Rochelle, lui transmet son goût des sciences naturelles dès son enfance.

Le jeune étudiant en sciences est seulement âgé de vingt-trois ans lorsqu’il soumet à l’Académie des Sciences son mémoire sur les foraminifères, animaux microscopiques pourvus d’une coquille, alors considérés comme des céphalopodes microscopiques. Ses travaux scientifiques lui valent la reconnaissance de ses pairs et une proposition du Musée d’Histoire Naturelle de Paris pour partir explorer l’Amérique du Sud. De 1826 à 1833, le naturaliste voyageur traverse le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, le Pérou, le Chili ainsi que la Bolivie, où il reste pendant 3 ans. Il parcourt près de 3 000 km du nord au sud et 3 600 km d’est en ouest.

Son périple n’est pas de tout repos, il doit faire face aux pirates, aux Amérindiens en révolte, aux bêtes sauvages, à des conditions météorologiques extrêmes, au mal d’altitude… De sa mission, il rapporte des données scientifiques dans les domaines de la botanique, la zoologie, la géographie, la géologie, l’ethnographie…

De retour en France, il entame l’écriture de son ouvrage illustré en onze tomes Le Voyage dans l’Amérique du Sud que Darwin qualifiera de « monument de sciences du XIXe siècle ». Outre sa colossale encyclopédie scientifique, il laisse une collection de 100 000 fossiles et spécimens de flore et de faune bolivienne au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris. A partir de 1940, il s’intéresse exclusivement à la paléontologie et publie deux ouvrages fondamentaux dans ce domaine : Paléontologie française et Prodrome de paléontologie stratigraphique universelle des animaux mollusques et rayonnés. D’un grand humanisme, il s’engage pour la cause indigène.

Explorateur héritier du siècle des Lumières, Alcide d’Orbigny pose les fondements d’une science nouvelle, la micropaléontologie, et contribue fortement à l’amélioration des connaissances naturalistes de l’Amérique du Sud. Sa mémoire reste encore très présente en Bolivie, le lycée français de la Paz porte d’ailleurs son nom. Il succombe à une maladie de cœur en 1857.