Voyage Litoral, Argentine

Informations voyage sur la région du Litoral : Misiones, Entre Rios, Corrientes.

CHUTES D'IGUAZÚ

Les chutes d’Iguazú sont connues comme l’une des merveilles naturelles du monde. Leur nom vient d’ « eau grande » en guaraní. Inscrites depuis 1984 au Patrimoine mondial de l’Unesco, elles offrent un spectacle aussi assourdissant que majestueux entre la puissance des chutes, la jungle tropicale et la couleur rouge de la terre de Misiones. Situées sur la frontière entre l’Argentine et le Brésil, près du Paraguay, elles sont formées par un ensemble de 275 cascades rassemblées sur un front de 2,5 km cerné par une végétation tropicale. Leur hauteur atteint 72 m, soit 25 de plus que celles du Niagara. La visite d’Iguazú s’effectue en général en deux jours à raison d’une excursion de chaque côté de la frontière argentino-brésilienne.

MISSIONS JÉSUITES ARGENTINES

Au tout début du XVIIe siècle, l’ordre des Jésuites, à la demande du roi d’Espagne, fonde des missions pour évangéliser les Guaranis à la frontière du Brésil, du Paraguay et de l’Argentine. Ils décident de sédentariser les populations locales sur plusieurs sites appelés les réductions, où ils pratiquent culture et élevage en communauté. Ce système s’effondre lorsque la couronne d’Espagne signe le Traité des limites avec le Portugal en 1749 pour régler des conflits frontaliers. Les Jésuites sont définitivement expulsés des territoires portugais en 1767, la Compagnie de Jésus étant trop puissante au goût de la métropole. Leur oeuvre sera déclarée Patrimoine de l’humanité par l’Unesco et leur histoire, popularisée par le film Mission de Roland Joffé.

RUINES JESUITES DU PARAGUAY

Découvrez notre sélection de photos de Jesús de Tavarengue
Découvrez notre sélection de photos de San Cosme et San Damián
Découvrez notre sélection de photos de Santísima Trinidad

Les missions jésuites paraguayennes classées au patrimoine mondial de l’Unesco sont celles de Jesús de Tavarangue et de Santísima Trinidad. La mission de Jesús se trouve à 30 km d’Encarnación. Le long de la frontière, se trouvent ensuite d’est en ouest les missions d’Itapua, de Saint Côme et Damian, puis de Santa Rosa. Plus ou moins conservées, toutes suivent le même plan avec une grande place centrale qui fait face à l’église, et sur laquelle débouchent toutes les rues. Les grands bâtiments communs permettaient aux Guaranis de préserver leur mode de vie communautaire.

ESTEROS DEL IBERÁ - RÉSERVE PROVINCIALE

Cette zone de marais, qui s’étend sur 13.000 km2 dans la province de Corrientes, est la plus grande du continent avec le Pantanal brésilien. Le climat est subtropical avec de fortes précipitations au printemps et en automne. Son accès difficile a préservé la région, qui compte 85 espèces de mammifères, 35 de reptiles, 45 d’amphibiens et 250 d’oiseaux. La réserve Esteros del Iberá protège plusieurs espèces menacées : le cerf des marais et celui des Pampas, l’ocelot… On trouve aussi des serpents venimeux comme la vipère Bothrops, le crotale cascabelle ou le serpent corail ainsi que de nombreux caïmans. La végétation est tout aussi riche, avec la jacinthe d’eau et l’irupé, une plante aquatique qui peut atteindre 2 m de large. Le parc ne peut se visiter qu’avec un guide.

IGUAZÚ - PARC NATIONAL

Que ce soit du côté brésilien ou du côté argentin, une volonté de protection et de promotion du site s’est affirmée dès le début du XIXe siècle. Chaque gouvernement a créé un parc national où les activités sont contrôlées, le tourisme réglementé et les recettes réalisées utilisées à la sauvegarde des ressources naturelles dont l’endroit est si riche : 2.000 espèces de plantes recensées, 400 espèces d’oiseaux, une multitude d’insectes, de nombreux mammifères et reptiles. Outre des excursions en forêt, l’intérêt majeur du parc Iguazú est sans doute les chutes, dont le bruit impressionnant est audible partout sur les 2.000 km2 de l’aire protégée.

PUERTO IGUAZÚ

Petite ville boisée d’une trentaine de milliers d’habitants, Puerto Iguazú se situe à la confluence du río Paraná et du río Iguazú. Au cœur de la ville, le site des Trois Frontières domine le confluent et fait face au Brésil et au Paraguay. Puerto Iguazú est principalement réputée pour être la ville argentine la plus proche des majestueuses chutes d’Iguazú. L’atmosphère intimiste et tranquille de la ville, en comparaison à la ville brésilienne de Foz de Iguaçu, assure aux voyageurs un point de chute idéal depuis lequel il sera aisé d’accéder à l’entrée du parc, situé à 20 km pour le côté argentin et à 30 km pour le côté brésilien.

BARRAGE D'ITAIPU

Œuvre gigantesque, le barrage d’Itaipu, exploité par le Brésil et le Paraguay depuis 1984, est la deuxième plus grande centrale hydroélectrique du monde, après celle des Trois Gorges, en Chine. Installé sur le río Paraná, le barrage fournit le quart de l’énergie électrique du Brésil et 90% de celle du Paraguay. Des visites sont organisées depuis Foz de Iguaçu, au Brésil. Les Brésiliens viennent passer le week-end au bord de l’immense lac de 200 km de long sur 7 km de large.

MINES DE WANDA

À 40 km au sud de Puerto Iguazú, Wanda doit sa réputation à ses gisements de pierres semi-précieuses, au bord du fleuve Paraná. Topazes, agates, améthystes sont extraites et travaillées sur place. On peut acheter des géodes, des objets décoratifs ou des bijoux. La visite permet de comprendre le travail d’extraction.

SAUTS DE MOCONÁ

Entre Posadas et Puerto Iguazú, les chutes de Moconá ont la particularité de se former dans la longueur du fleuve et non dans sa largeur, formant une sorte de rideau. Les chutes font une dizaine de mètres de haut sur 2 km, le long du fleuve Uruguay. La meilleure saison pour voir les cascades est l’été, quand le débit est le plus élevé. Le site est protégé par un parc provincial, dans lequel on peut aussi faire de belles excursions en pleine jungle.

RESERVE DE BIOSPHERE DE YABOTÍ - PARC ESMERALDA

Réserve de biosphère Yabotí, au centre-ouest de la province de Misiones, doit son nom au río Yabotí qui la traverse, une rivière au courant très fort, pleine de chutes et de rapides. La forêt, de type amazonien, particulièrement riche et dense, est menacée de sur-exploitation par des entreprises forestières. Elle héberge de nombreuses espèces, parmi lesquelles des animaux rares comme le yaguareté (sorte de jaguar), le puma et certains toucans et perroquets en voie d’extinction. La réserve inclut les chutes Moconá et le parc provincial Esmeralda. Huit communautés guaranies vivent dans la réserve, et essaient de maintenir leur mode de vie traditionnel.

SAN IGNACIO MINÍ - RUINES JÉSUITES

Au XVIIe siècle, San Ignacio Miní était une mission jésuite florissante, comptant environ 4.000 habitants guaranis. Après l’expulsion des Jésuites au siècle suivant, elle est laissée à l’abandon, et détruite au gré des pillages et de l’érosion du temps. Ses ruines restent de superbes témoignages d’une splendeur passée. On peut deviner les dimensions de l’église de grès ocre, qui mesurait 74 m de long et 24 de large, et se prendre à rêver devant ce qu’il reste de son majestueux portail sculpté par les artisans guaranis.

SANTA ANA - RUINES JÉSUITES

Partiellement dégagée de la forêt qui les recouvrait, la mission jésuite de Santa Ana offre à la vue les vestiges de son église et son cimetière. Les autres bâtiments de cette mission importante ont disparu suite à son abandon et à l’invasion par la jungle. Cela reste un émouvant signe du système d’organisation sociale des missions, dans lesquelles les Jésuites respectaient les caciques (chefs traditionnels) afin d’assurer la bonne entente entre les colons et les Indiens.

LORETO - RUINES JÉSUITES

De la mission de Loreto ne subsistent que les ruines de la chapelle. Si l’église était l’édifice le plus important de chaque mission, les Jésuites créaient aussi des écoles, des centres de formation, des ateliers, des écoles de musique. Et Loreto abritait même la première imprimerie du pays.

LABYRINTHE VÉGÉTAL DE MONTECARLO

Entre les chutes d’Iguazú et Posadas, la petite ville de Montecarlo, dans la province de Misiones, s’affirme comme la capitale nationale de l’orchidée. Une fête est organisée chaque année dans le Parque Vortisch, un jardin botanique de 6 hectares. Ce parc abrite aussi le plus grand labyrinthe végétal du continent, sur 3.100 m2. On pourra s’amuser à se perdre dans ce dédale ou l’admirer depuis un belvédère, au cours d’une agréable halte au bord du fleuve Paraná.

POSADAS

Capitale de la province de Misiones, Posadas, située au bord du Paraná, est une étape sur la route des missions jésuites. Un pont à haubans routier et ferroviaire de 2700 m de long permet aussi de rejoindre la ville d’Encarnación au Paraguay. La région, au climat subtropical, est traditionnellement productrice de maté et de bois.

CORRIENTES - VILLE ET PROVINCE

Corrientes, capitale de la province du même nom, a été fondée en 1588 au bord du Paraná. Elle abrite quelques édifices coloniaux comme le couvent San Francisco, ainsi que la place 25 de Mayo avec ses beaux bâtiments du début du XXe siècle. Des peintures murales ornent la ville en divers endroits. La costanera, l’avenue au bord du fleuve, est propice aux balades. Cette région d’agriculture et d’élevage garde une identité culturelle forte. Le guarani est même depuis 2004 la langue officielle de la province, avec l’espagnol. C’est aussi une terre de carnaval et de musique folklorique, notamment de chamamé, rencontre entre les musiques guaranies et la polka, qui se chante et se danse à deux.

LAGUNE IBERÁ - CARLOS PELLEGRINI

Le village de Colonia Carlos Pellegrini est le point d’accès aux Esteros del Iberá, à une centaine de km au nord de Mercedes. C’est là qu’est installé le centre des visiteurs tenu par les gardes du parc. Plusieurs estancias organisent des excursions dans les marais, de préférence tôt le matin ou en fin d’après-midi, moments privilégiés pour observer la faune. Colonia Carlos Pellegrini est implanté dans un cadre magnifique, au bord du lac Iberá.

MBURUCUYÁ - PARC NATIONAL

Comme Esteros del Iberá, le parc national de Mburucuyá, situé au nord-ouest de la province de Corrientes, est constitué de marécages et d’un riche écosystème. Il est longtemps resté intact, occupé par des communautés nomades il y a 5.000 ans, puis par les Guaranis. A partir de la colonisation espagnole, ces espaces naturels ont été défrichés et ont beaucoup souffert de l’agriculture extensive comme de l’élevage. Ce parc vise à les protéger et les reconstituer, sur 17.000 hectares. Le quebracho, un arbre à très forte teneur en tanin, est caractéristique de la région, comme les nombreux palmiers. Plus de 150 espèces d’oiseaux sont recensées. Parmi les mammifères, le capybara, plus gros rongeur du monde, des singes, et des espèces menacées comme le loup à crinière, le cerf des marais et la loutre de rivière.

ENTRE RÍOS - PROVINCE

Limitrophe de l’Uruguay, la province d’Entre Ríos est située entre deux grands fleuves, l’Uruguay et le Paraná, deuxième plus grand fleuve du continent après l’Amazone. Sa capitale en porte d’ailleurs le nom. La province, qui bénéficie d’un climat subtropical, est réputée pour le carnaval de Gualeguaychú, pour ses sources thermales (Concordia et Colón) et ses sites propices à la pêche sportive.

GUALEGUAYCHU

Gualeguaychú, à quelques kilomètres de l’Uruguay dans la province d’Entre Ríos, est réputé pour son carnaval qui évoque ceux du Brésil. C’est le plus grand et le plus beau du pays. Entre mi-janvier et fin février, on peut voir défiler les comparsas qui comptent jusqu’à 280 personnes, et quatre chars qui longent le corsodrome, 500 mètres de gradins accueillant 35.000 spectateurs. Un thème différent est choisi chaque année. Chaque comparsa compte un orchestre, des danseurs légèrement vêtus de paillettes et de plumes, une reine et une batucada qui termine le défilé. Le jury évalue la beauté des chars et des déguisements, la danse, la composition des chansons et, depuis 2007, la mise en scène générale.

EL PALMAR - PARC NATIONAL

Au bord du fleuve Uruguay, dans la province d’Entre Ríos, le parc national El Palmar vise à sauvegarder les palmiers yatay. Ils peuvent atteindre 10 m de hauteur et donnent des fruits comestibles. Les palmeraies prospéraient dans la région jusqu’à l’installation de fermes de culture et d’élevage. Des vestiges archéologiques datant d’un millier d’années ont également été mis à jour dans le parc. On peut aussi visiter les ruines d’une ancienne fabrique de chaux, construite par les Jésuites au XVIIe siècle.

PRE DELTA - PARC NATIONAL

Le Parc national Pré-Delta a été créé en 1992 sur 2.500 hectares pour protéger une partie de l’écosystème du delta supérieur du fleuve Paraná. C’est un paysage d’îles basses, inondées par les fleuves Paraná et Paraguay. Cette mosaïque lacustre est recouverte de jacinthes d’eau violettes ou d’énormes irupés, dont la feuille en forme de plateau peut atteindre 2 m. On y trouve beaucoup de mammifères aquatiques comme le capybara et la loutre de rivière, ainsi qu’un oiseau qui construit des nids suspendus au-dessus de l’eau; l’espinero rojizo.

EL SALTO DE YASI

La cascade Yasi se trouve à l’embouchure de la rivière du même nom, et du rio Parana, au sein de la réserve protégée par la plus grande entreprise de sylviculture d’Argentine, Alto Parana SA. On peut y relever un nombre très important d’espèces autochtones d’arbres, mais aussi d’animaux et d’oiseaux.

BAÑADO LA ESTRELLA

Le Bañado La Estrella est une des trois plus grandes zones humides de l’Amérique latine. Cette vaste étendue semi inondée s’étend sur environ 400 000 hectares, dans la région du Grand Chaco. Il sert de refuge à un grand nombre d’espèces vivantes, notamment migratoires, endémiques ou en voie de disparition qui sont difficiles à observer ailleurs. Une autre de ses richesses réside dans la présence de diverses tribus indigènes ; Pilaga, Wichi, Toba et Nivacle notamment, qui ont su préserver leur culture et leur mode de vie traditionnel.

CONCEPCIÓN DE URUGUAY

Concepcion del Uruguay est une ville de 65 000 habitants environ, située sur le littoral occidental du fleuve Uruguay. Elle est parfois surnommée « la historica » en raison du riche passé dont ses édifices témoignent. Fondée fin XVIIIe par un gouverneur de la province d’Entre Rios, Tomás de Rocamora, elle fut l’une des première des villes à se rallier à la révolution argentine en 1810. Elle est aujourd’hui une agréable ville étudiante, avec ses 5 universités.

PALACIO SAN JOSÉ, CONCEPCIÓN DE URUGUAY

Le Palais San José, qui abrite aujourd’hui le Musée National Justo José de Urquiza, se situe à 30 km à l’ouest de la ville de Concepcion del Uruguay. Bâtie dans le style colonial espagnol avec de fortes influences italiennes (patios bordés de colonnes toscanes), cette splendide demeure était même pourvue d’eau courante, luxe qui n’arriva à Buenos Aires qu’en 1870. Elle fut la résidence du gouverneur de la province d’Entre Rios Justo José de Urquiza, qui y devint le premier président constitutionnel de l’Argentine et y fut assassiné le 11 avril 1870.

PALACIO SAN CARLOS, CONCORDIA

Le Palacio San Carlos, situé dans le parc du même nom, surplombe le rio Paraguay à 4 km de Concordia. C’est un industriel français, Edouard Dernachy, qui le fit construire, avant de disparaître dans des circonstances mystérieuses en 1891, seulement 3 ans après l’avoir terminé. Suite à des années d’abandon, de pillages et un incendie, il fallut tout l’art du CAPER (Collège d’Architectes de la Province d’Entre Ríos), appuyé par la Municipalité de Concordia et la CAFESG (Commission Administratrice du Fonds Spécial de Salto Grande) pour venir à bout en 2013 du projet de “Consolidation et Mise en Valeur des Ruines du Palacio San Carlos”.

Saint-Exupéry fit une halte au château de San Carlos en ralliant Buenos Aires depuis Asunción au Paraguay lors d’un vol de reconnaissance de l’aéropostale. Le temps de réparer son train d’atterrissage endommagé, il raconte la magie exercée par le lieu dans le chapitre Oasis de Terre des Hommes,  : «C’était près de Concordia, en Argentine (…) Château de légende qui offrait, dès le porche franchi, un abri aussi paisible, aussi sûr, aussi protégé qu’un monastère. »