Les Latino-américains, la nouvelle immigration

L’immigration latino-américaine, notamment des pays limitrophes, fait partie de la toute dernière vague en Argentine.

Communauté paraguayenne en Argentine
																															

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, la grande majorité de l’immigration en Argentine est d’origine américaine: Boliviens, Paraguayens, Péruviens, Chiliens… S’il y a toujours eu des mouvements de population entre pays voisins, ils se sont accrus ces dernières années, avant tout pour une raison économique: l’Argentine était et redevient l’un des pays les plus riches de la région. Mais à la grande différence de la vague d’immigration des années 1850 à 1920, il ne s’agit pas d’une volonté de l’Etat.

La proportion d’étrangers de pays de la région était, selon le recensement de 2001, de 61%. Néanmoins, la population en Argentine ne compte plus que 4,1% d’étrangers, contre 30% en 1914.

Communauté paraguayenne en Argentine
																  															  

Les Paraguayens sont très nombreux en Argentine (recensement de 2001: 325.000) mais souvent sans papiers donc difficile à comptabiliser précisément. Ils sont installés dans les provinces les plus proches de leur pays: Formosa, Misiones, Corrientes, Chaco et Entre Ríos. Ils ont émigré d’abord pour des raisons politiques puis économiques. C’est une communauté extrêmement active (social, sport, divertissements, etc.) et essentiellement de culture et langue guaranies. Les Paraguayens sont la principale communauté étrangère d’Argentine.

Communauté bolivienne en Argentine
																															

Les Boliviens (233.000) se consacrent essentiellement aux cultures maraîchères du Nord, et à leur vente en ville. Une grande partie des marchands de fruits et légumes de Buenos Aires sont par exemple des Boliviens. La Bolivie est l’un des pays les plus pauvres de la région et la proximité ethnique aymara et culturelle avec le Nord-Ouest argentin explique un large mouvement de migration, saisonnière ou définitive.

Communauté péruvienne en Argentine
																  															  

Les Chiliens (212.000) sont concentrés le long de la frontière, notamment en Patagonie. Nombre d’entre eux ont émigré pendant la dictature de Pinochet.

Les Péruviens (150.000) ont immigré récemment, à partir des années 1980, et sont installés surtout à Buenos Aires et ses alentours. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes et leurs conditions de vie souvent précaires.

Les Uruguayens (118.000) : la proximité culturelle et affective entre les deux rives du río de la Plata a toujours favorisé les échanges.