Carnet de voyage : l'Argentine en famille

Carnet de voyage : l’Argentine en famille

Carnet de voyage : L'Argentine en famille
4.5 5 1 1

Bonjour Fanny, bonjour Baudoin,

Navrés de ne pas vous avoir écrit plus tôt mais le retour a été assez sportif. Je vous souhaite une excellente année 2012, pleine de clients, et vous remercie pour ce très beau livre.

Les vallées Calchaqui, Nord-Ouest Argentin

Toute la famille a été enchantée par le voyage et les paysages merveilleux que nous avons croisés.

Voici, parce que je sais que c’est toujours utile, quelques éléments de débriefing logistique, sachant une fois encore que nous avons été très satisfaits de l’ensemble et qu’il s’agit souvent de détails.

– El Lagar est un endroit préservé assez magique, avec un service discret mais efficace et attentif qui nous plonge dans une ambiance hors du temps. Plutôt belle collection de tableaux.

– El Cortijo est un bel endroit à la décoration raffinée et particulièrement réussie, avec un très bon chef (cuisine argentine revisitée avec imagination mais sans débordement excessif). Manager charmant.

– Las Viñas est un endroit peut-être moins charmant, moins « boutique » mais une étape très agréable. Sa localisation est parfaite pour se détendre et décompresser. Seul le restaurant est décevant (carte un peu compliquée et prétentieuse, exécution un peu approximative sur les goûts).

Hotel Marques del Tojo, Purmamarca, Noroeste

– El Marques de Tojo est une très bonne adresse également, calme et bien placée face à la montagne des 7 couleurs (il y a une chambre au premier qui doit avoir une très belle vue).

Le service y est globalement courtois et sympathique, hormis peut-être une jeune femme très austère et un peu revêche à la réception le matin (les garçons présents l’après-midi étaient plus agréables). Coût un peu prohibitif pour le late check-out (on m’a demandé 200 USD !).

– Puerto Bemberg est un endroit assez extraordinaire, parfait après la cohue des chutes en cette saison : grand calme, très belle piscine, très belles promenades dans le parc et autour de la propriété, possibilités d’excursions diverses.

La promenade en bateau sur le Paraná vers une belle chute où nous avons pu nous baigner a été un grand moment du séjour.

– La seule fausse note a été le second hôtel de Salta (Solar quelque chose, j’ai même oublié) : sans charme, au service efficace mais impersonnel, aux chambres tristounettes et bruyantes (bruit de soufflerie omniprésent). Pas une catastrophe (nous n’y avons pas mal dormi) mais vraiment pas dans l’esprit du reste.

Pause déjeuner à Molinos

Bonnes recommandations de restaurants également. Nous avons particulièrement apprécié la halte à midi à Molinos : là encore une ambiance hors du temps, une cours paisible, une vraie détente.

Si vous avez besoin d’une adresse de restaurant sur les îles à Tigre (et si vous ne la connaissez pas déjà), El Gato Blanco nous a particulièrement plu (on y a goûté de nombreux plats, très bons et pour des Français, une adresse où l’on peut avoir une viande vraiment saignante (vraiment copieuse également). Charmant grand jardin à l’arrière, très appréciable avec des jeunes enfants.

En ce qui concerne le roadbook, il était à la fois précis et efficace.

Il faut peut-être juste que vous signaliez à vos clients que pendant encore quelques semaines il va y avoir des travaux assez importants sur plusieurs routes (entre Cafayate et Salta, réfection des ponts sur les 70 derniers kilomètres avec des déviations multiples parfois assez mal indiquées. Même chose entre Jujuy et Purmamarca sur les 20 premiers kilomètres avec des constructions d’ouvrages d’arts assez importants : cela peut ralentir pas mal le trafic à certaines heures).

A la cueillette aux cactus

Pour pinailler, vous pourriez peut-être être plus précis sur deux ou trois indications. Pour sortir de Salta : Salta est une ville sans panneau indicateur de direction quand on est dans le centre. On finit toujours par sortir (avec un plan carré c’est simple) mais pas forcément par le chemin le plus court et l’embranchement vers Cafayate (carrefour avec la route menant à l’aéroport) n’est pas indiqué en venant de la ville car le panneau a dû disparaître (il l’est en revanche en venant de l’aéroport).

– A El Molinos, l’élevage de Vigogne est mal indiqué dans le village par un très grand panneau peu explicite, qui nous incite à nous engager sur un chemin à l’entrée du village, alors qu’il faut traverser le village (plusieurs personnes ont fait la même erreur que nous).

– La promenade que vous proposez dans un canyon de la Quebrada de Cafayate n’est pas facile à trouver, car dans le sens Cafayate-Salta le Canyon en question, dans un grand virage à gauche, n’est pas indiqué. Il l’est en revanche de l’autre côté.

Cerro de siete colores, Purmamarca

Côté avions, pas de problèmes particuliers, des retards assez classiques pour ce mode de transport, mais ne dépassant pas 30 minutes. Malheureusement pour nous le plus gros retard a eu lieu à Iguazú, ce qui nous a interdit le côté brésilien.

Le trafic était fluide entre l’aéroport et le parc brésilien, et les deux postes de douane ont été passés rapidement (1 voiture devant nous seulement à chaque fois). Mais entre l’atterrissage et l’arrivée au parc il faut prévoir 1h30 minimum (récupération des bagages, route et passage de douane).

Pour le reste, nous avons eu la chance de beaucoup voyager les jours fériés et donc sans trafic ce qui fait que nous avons eu beaucoup de marge dans les aéroports. Le 1er janvier, il nous a fallu 25 minutes pour aller de San Telmo à Ezeiza.

J’espère que cela vous sera utile.

Avec les remerciements de toute la famille.

Cordialement,

Laurent

Dans les vallées Calchaqui
Pause photo sur la route vers les Salinas Grandes
Cimetière de Cachi
Sur la route entre Salta et Cachi
Baignade dans les chutes près de Puerto Bemberg
quebrada de Las Flechas, entre Cachi et Cafayate