Le Nord: Iguazú, Esteros del Iberá et le Noroeste - Argentina Excepcion

Le nord: Iguazú, Esteros del Iberá et le Noroeste

Le Nord: Iguazú, Esteros del Iberá et le Noroeste
5 5 1 1

Nous sommes bien rentrés en France et tenions à vous remercier de nous avoir organisé si parfaitement notre circuit en Argentine; nous sommes totalement enchantés de tout ce que nous avons pu visiter dans votre pays.

Nous vous faisons un petit commentaire sur chacune de nos étapes afin de vous faire part de nos impressions; cela reste bien sûr très personnel en espérant toutefois que cela puisse vous être utile.

Pour commencer par les aspects matériels, nous avions donc perdu sur la route une grille de ventilation de la voiture. Nous avons réglé son remplacement à l’agence de location Alamo; tout s’est bien passé sans discussion ni polémique.

Nous ne nous étendrons pas sur la qualité des chambres ou des repas, partout c’était parfait.

Santa Inès
Nous avons été accueillis par la petite fille et sa grand mère qui en son temps avait appris le français; nous avons fait une visite de la propriété destinée essentiellement à la culture du maté et avons été initiés à la dégustation du maté. Il y a beaucoup d’histoire dans cette maison, le cadre est très reposant, les sentiers sont à perte de vue et les échanges avec nos hôtes ont été émotionnellement assez riches.

Puerto Valle
c’est un très bel endroit au bord du Parana, le personnel est délicat, attentionné, une petite tendance « écolo » dans l’ensemble de cette propriété, les déplacements se font en voiturette, à cheval ou en vélo et il y a un grand potager. Son responsable s’est fait un réel plaisir de nous montrer la variété de ses plants. Il y a également une ferme d’élevage de caïmans ainsi que des plantations de « boutures » de pins et d’eucalyptus destinés au reboisement. Chacun a donné beaucoup de temps à nous faire partager son travail. L’excursion aux Estéros s’est très bien passée; accompagnés d’un jeune homme de l’hôtel nous avons rejoint un guide de la réserve qui à l’aide de carte nous a fait préalablement un briefing de ce que nous allions voir; le déplacement sur les canaux du marais s’est fait en lancha dans une atmosphère très calme à la lueur du matin, nous avons vu beaucoup de caïmans, d’oiseaux, de carpinchos. C’était très intéressant surtout grâce à la compétence du guide. On a quitté cette étape dans un état de plénitude et de sérénité totales.

Cerro de 7 colores, Purmamarca

Santa Cecilia
C’est notre gros coup de cœur; la propriété est magnifique et le «fils de la maison» nous a consacré beaucoup de temps à nous expliquer les activités de l’estancia: visite des différents corrals, il y a 3 000 têtes de bovins. Il nous a accompagnés pour trois grandes sorties à cheval, c’était notre rêve argentin tout à fait inoubliable. Malheureusement pour eux, il y a eu un gros orage impressionnant qui leur a causé pas mal de dégâts dus aux chutes d’arbres; nous ne sommes donc allés à San Ignacio que sur la route du lendemain, étape différente mais tout aussi intéressante. Nous n’avons donc pas fait l’excursion des chutes de Mocona qui, il est vrai, en bateau ne nous enchantait pas plus que cela.

Posada Bonita
La route qui y conduit venait d’être empierrée mais pas encore compactée, on a mis un certain temps pour y arriver. Le cadre de la Posada est très reposant, une impression de bout du monde au milieu de la forêt, l’accueil y est chaleureux. Nous sommes allés marcher par hasard jusqu’à un petit village où nous avons rencontré tout autant par hasard un planteur de tabac qui nous a ouvert spontanément sa porte et nous a montré sa plantation et ses diverses méthodes de séchage ; nous avons beaucoup partagé même si notre espagnol n’était pas à la hauteur. Nous confirmons ici que l’Argentine est une terre d’échange et qu’il ne faut pas hésiter à sortir des chemins battus; la marche restant un des meilleurs moyens pour faire des rencontres fortuites. A El Soberbio, nous sommes allés voir un vieil herboriste qui nous a montré sa façon de distiller les essences et nous a montré sur le terrain différentes plantes. Nous sommes repartis avec un échantillonnage de diverses citronnelles, de girofle, de graines de rocou; il nous a accordé du temps, c’était bien et généreux.

La Aldea de la selva
C’est un hôtel donc un peu plus impersonnel, mais l’accueil y est des plus courtois ; quelle merveille que les chutes d’Iguaçu, on a marché 8 heures dans le parc par 38°, on y a laissé quelques grammes mais c’est tellement beau. A l’ouverture du parc nous avons commencé par une petite randonnée de 7 km jusqu’à la chute d’Arochea; en tant que « pionniers » sur ce sentier à cette heure matinale nous avons vu beaucoup d’animaux, toucans, singes, coatis et une multitude de papillons. Nous avons été réellement impressionnés bien sûr par les chutes mais aussi par l’organisation du parc tout à fait exemplaire ;les renseignements sont disponibles partout sans être pressants ni harcelants de souvenirs ou autres. Un petit clin d’œil au gouvernement argentin……

El Lagar à Salta
Quelle belle maison superbement décorée et qui sent l’encaustique, un joli jardin, un havre de paix au milieu de la ville. Cependant la maison nous est apparue inhabitée par les propriétaires et cela donne une impression étrange.

Casa de la Bodega
De nouveau nous dirions que la traversé de la Quebrada de la conchas était un émerveillement, nous avons fait plusieurs arrêts aux différentes formations géologiques et goûté quelques empanadas dans une buvette sur la route. Très bon accueil et grande disponibilité du gérant de la casa; il nous a fait déguster son vin et appris beaucoup de choses sur Cafayate, les ruines de Quilmes en en plus en français…..On a fait la ballade de la cascade de Cafayate, au niveau de la végétation, c’était très dépaysant.

La Pucara, Tilcara

El Molino
La traversée de la quebrada de la Flechas est un émerveillement; arrêt pour déjeuner dans le petit village de Molinos, tout blanc, rutilant; au milieu du village en face de l’église se trouve l’ancienne maison du gouverneur de type monastique avec une grande cour ombragée où on mange délicieusement bien, là aussi une grande impression de sérénité. A Cachi, le cadre du moulin est magnifique, nous sommes allés marcher une journée tout au fond de la vallée et y avons fait des rencontres étonnantes au niveau de la population, notamment lors d’une halte près d’un torrent une vieille dame indienne avec son ballot sur le dos qui s’est déchaussée pour franchir le torrent et a poursuivi ainsi son chemin ; hélas la barrière de la langue, les rudiments d’espagnol ne suffisaient plus, on aurait du se mettre au quechua. Sur notre chemin, de chaque petite maison en pisé un signe, une poignée de main.

Par contre nous mettrions un bémol quant à l’accueil des hôtes d’El Molino; nous avons trouvé l’attitude de la dame quelque peu mercantile, à savoir par exemple qu’elle nous a offert un thé en arrivant pour le facturer à la fin; le prix des repas est vraiment prohibitif; en général nous ne buvons que très peu d’alcool et le vin consommé lors du repas commun avec deux autres couples a été divisé entre tous; c’est un genre de choses acceptable entre amis mais un peu moins entre inconnus. On n’était pas très à l’aise et d’ailleurs on s’est rabattu sur une parilla de Cachi fort sympathique. Le Monsieur de l’estancia ne nous a pas adressé la parole et personne ne nous a parlé de la production de vin ni de la région, on s’est adapté différemment.

House of Jasmines
Que dire de cet écrin de délicatesse, de raffinement; celui que nous avons supposé être le gérant avait convié un guitariste et un accordéoniste et les a accompagnés en chantant merveilleusement bien. Le parc est calme, très bien entretenu.

Refugio del Pintor
Nous sommes allés de Salta à Tilcara par la route de la corniche, c’est certes long, mais la végétation est luxuriante et totalement dépaysante. Pumamarca nous a semblé très touristique. La transition avec l’hôtel précédent était un peu brutale, l’ensemble un peu spartiate pour notre âge; nous dirions de façon un peu caricaturale que comme notre chambre donnait sur l’asado, on sentait un peu le cochon grillé, qu’il manquait un store à la fenêtre et que par conséquent on y a accroché le dessus de lit et qu’on s’est donc couvert avec les serviettes de toilette… On a pris tous nos repas à la succursale Rincon del Fuego où le chef de cuisine est admirable.

Nous avons eu la chance d’assister aux processions de la semaine sainte. Il y avait beaucoup de ferveur, c’était très émouvant.
Nous avons fait trois excursions avec un guide du fait de notre manque d’expérience de conduite sur piste ; à la laguna de Pozuelos et ses oiseaux, les peintures rupestres prés d’Humahuaca Uquia et sa jolie église, Salinas grandes et Susque; il fallait monter là haut pour voir des troupeaux de lamas, vigognes. Pablo, notre chauffeur guide était exceptionnel de gentillesse, de connaissance de la région, de prévenance. Au moment du départ, chacun de nous a essuyé sa petite larme. Nous sommes d’ailleurs en train de lui envoyer un livre pour apprendre le français.

Esplendor à Buenos Aires
C’était parfait, nous tenions à vous préciser que pour la dernière nuit, ils nous ont gentiment attribué une chambre plus grande Buenos aires nous a semblé d’une allure assez européenne, par contre le soir même en plein centre nous avons été assez choqués par l’afflux de tous ces miséreux qui fouillent les poubelles. Sans vouloir émettre de jugement de valeur, on repart d’Argentine avec une dernière image qui met très mal à l’aise ; pour avoir vu d’autres pays très miséreux, il nous a semblé qu’à Buenos aires il y a de telles différences au sein de la population et entre le jour et la nuit, qu’on est un peu déboussolé; cela reste très personnel comme appréciation.

Nous terminerons en vous disant que votre organisation était parfaite, d’un rouage sans grain de sable, merci !