Récits de voyage en Argentine - Un rêve... Enfin réalisé

Un rêve… Enfin réalisé

Un rêve... Enfin réalisé
4 5 1 1

A partir d’une envie un peu originale (faire du 4X4 en Patagonie), nous avons construit ce beau voyage avec l’aide précieuse d’Argentina Excepción. Ce fut d’abord Albane qui resta à l’écoute attentive de nos souhaits, puis Alain qui entérina nos dernières modifications, tout ceci grâce à de très nombreux échanges de courriels ,jusqu’à l’ultime version de ce périple qui nous a conduit de la Patagonie des glaciers jusqu’aux montagnes du Noroeste, en passant par Iguazú, Colonia en Uruguay, et bien sûr Buenos Aires.

Ce fut d’abord le dépaysement total, non pas tant Buenos Aires, métropole attachante avec ses nombreux barrios si différents où l’on se sent toujours bien, mais l’arrivée à El Calafate, le bout du monde : petit aéroport perdu au milieu de nulle part, prise en main de notre voiture de location sous un vent glacial, et recherche difficile du premier hôtel ! Heureusement les excursions sur le Lago Argentino sont sublimes : le confort de la cabine du capitaine, le soleil qui nous attend sur le Perito Moreno, les balades le long du lac ou face au glacier, autant de moments inoubliables.

Ce sont ensuite les 3 journées passées au Chili qui nous ont beaucoup marqués. D’abord il faut la trouver cette frontière qui n’est indiquée nulle part, et le passage à Cerro Castillo est tout à fait dantesque : un vent épouvantable qui rend les rues désertes, le douanier tout emmitouflé qui se dépêche de sortir pour ouvrir la barrière, et l’ambiance far west du bureau de change–restaurant–café–épicerie-magasin de souvenirs (bref, le seul commerce du lieu).

On reste sans voix devant les paysages du parc Torres del Paine, alors qu’apparaissent progressivement ces énormes tours se profilant dans la montagne, avec souvent en premier plan des lacs d’un bleu ou d’un vert intense. Absolument inoubliable ! Des pistes en bon état accessibles à tous véhicules, des ponts étroits impressionnants à franchir, et au détour de la piste, les immanquables moutons, mais surtout les nombreuses vigognes, ces petits lamas, d’abord très craintifs, puis de moins en moins sauvages.

Chutes d’Iguazú

Changement d’ambiance à Iguazu où nous attendait Patricia qui, pendant 2 jours, nous a non seulement guidés tout au long de ces chutes fantastiques de part et d’autre de la frontière brésilienne, mais nous a initiés à la faune et à la flore subtropicales. Ce sont de très loin les plus belles chutes que nous ayons vues, beaucoup plus variées que Victoria ou Niagara par exemple. Et l’hôtel perdu dans la forêt était génial.

Le petit plus du voyage : la traversée de l’Argentine en bus. Oh, juste dans le sens de la largeur entre Posadas et Tucuman, mais quand même 19 heures, heureusement confortablement installés en semi-couchette à l’étage à l’avant du bus.

Le Noroeste ! C’est avec un peu d’appréhension que nous abordions cette partie de notre voyage. D’abord le fait qu’Alain nous ait conseillé un 4X4 nous faisait craindre des pistes difficiles, ensuite de rouler des heures sans rencontrer grand monde. Enfin on nous avait tellement mis en garde contre le mal d’altitude dans les Andes que nous avions renoncé dès la préparation du voyage à passer au Chili à cet endroit. Et plus prosaïquement nous avions déjà eu bien du mal à trouver certains hôtels en Patagonie, en ira-t-il de même ici ? Mais tout ceci donne du piquant au voyage, dont il ne reste finalement que les souvenirs les plus fantastiques !

D’abord la découverte des Andes, véritable muraille dans la brume lointaine à plus de 5000 mètres d’altitude (pour des gens de l’Est comme nous, c’est la ligne bleue des Vosges, en 4 fois plus gigantesque). Et puis cette région de Cafayate, avec l’hôtel Viñas de Cafayate perdu dans les vignes, l’ambiance d’un dimanche, la Quebrada de las Conchas, avant d’aborder la Ruta 40 vers Cachi. Que de superbes paysages en traversant la Quebrada de las Flechas et ses villages pittoresques, l’arrêt-déjeuner dans l’étonnante Hacienda de Molinos. Et pour finir un petit bijou: la Bodega El Molino de Cachi ! Juste quelques chambres, la salle à manger des maîtres, la vue sur les vignes et la montagne…

Paysages du Noroeste

Le passage du col vers Salta nous fait frôler les nuages qui heureusement se dissipent dans l’impressionnante descente de la côte del Obispo. Et ce sera le stress pour trouver House of Jasmine (merci à la permanence téléphonique d’Argentina Excepción qui nous a remis sur le droit chemin !). Mais du coup nous étions un peu refroidis pour aborder la longue étape redoutée via San Antonio de los Cobres, que nous avons finalement esquivée; tant pis donc pour la Quebrada del Toro et le viaduc de Polvorilla, cela reste un des seuls regrets de ce voyage !

Empruntant l’imposante route entre Purmamarca et Salinas Grandes, nous franchissons ce col à plus de 4000 mètres où se succèdent les semi-remorques assurant la liaison vers le Chili. Puis ce seront les villages pittoresques et les panoramas plus beaux les uns que les autres avec les roches ocres, vertes et rouges qui se succèdent tout au long de la Quebrada de Humahuaca, jusqu’enfin le petit village perdu d’Iruya qu’on atteint après 2 heures de pistes au milieu de nulle part.

Et retour à Buenos Aires pour terminer par 3 journées bien remplies : San Telmo (un dimanche, ne pas manquer), la Boca, Puerto Madero et l’excellent restaurant Casa de las Lilas, et bien sûr la prestigieuse soirée tango. Pour finir l’excursion à Colonia en Uruguay, où Maria-Laura nous a tout révélé des influences hispaniques et portugaises.

25 jours, près de 4000 km (sans compter le bus et l’avion), sans doute n’avons-nous pas tout vu, mais il y avait tant à découvrir ! Outre la préparation du voyage et les judicieux conseils avant le départ, nous avons beaucoup apprécié le choix des hôtels et une logistique impeccable (chauffeurs, guides, location de voitures). Des points négatifs ? Certes on peut toujours améliorer, ne serait-ce qu’en détaillant davantage le road book pour mieux trouver les hôtels. La présentation du voyage le premier jour à Buenos Aires est un instant privilégié qui fait le charme d’Argentina Excepción, mais il y avait tant de points à retenir que j’ai dû en manquer quelques uns. N’est-ce pas un bon prétexte pour songer à un autre voyage ?

Merci encore à toute l’équipe qui nous a permis de vivre un inoubliable périple, et nous ne doutons pas que les récits de nos aventures donneront envie à d’autres de découvrir l’Argentine et le Chili avec vous.

25 octobre – 18 novembre 2009