Les avions de l’Aéropostale en Argentine

« L’Avion est une machine sans doute, mais quel instrument d’analyse ! Cet instrument nous a fait découvrir le vrai visage de la terre. Les routes, en effet, durant des siècles, nous ont trompés […] par leurs inflexions comme par autant d’indulgents mensonges, ayant longé, au cours de nos voyages, tant de terres bien arrosées, tant de vergers, tant de prairies, nous avons longtemps embelli l’image de notre prison ». Extrait de Terre de Hommes, Antoine de Saint-Exupéry

> Revoir le sujet sur l’Aéropostale dans l’émission « Faut pas rêver » spécial Argentine sur France 3 (Voir à 22 min. 30)

latecoere 25
																  															  

Les aventures de l’Aéropostale sur le territoire argentin commencèrent officiellement le 5 septembre 1927, date de naissance de la filiale Aeroposta Argentina S.A, et prirent fin le 31 mars 1931, lorsque la Compagnie Générale Aéropostale fut contrainte à la liquidation.

Soit un peu plus de trois ans et demi passées à explorer les routes aériennes du pays, et à affranchir son réseau postal de la gravité terrestre.

Si cette glorieuse histoire doit beaucoup à la volonté de ses dirigeants, au courage de ses pilotes et au dévouement de ses mécaniciens, radios ou chefs d’escale…
On oublie parfois un autre protagoniste qui pourtant n’en revêt pas moins un rôle crucial : l’avion.

Parmi les modèles qui ont acquis leurs lettres d’or durant cette période de défrichage des espaces aériens argentins, on retrouve notamment quatre avions : le Laté 25, le Laté 28, le Potez 25 et le Breguet XIV.
late 25
																  															  

Le Laté 25

Ce modèle robuste fut le véritable fer de lance de la Compagnie Générale Aéropostale à ses débuts en Argentine. Son plafond opérationnel de 4.200 m, sa charge utile de 1.000 kg et son autonomie de 650 km en font un modèle de prédilection pour l’aviation postale de l’époque. Ce monoplan à aile parasol, pourvu d’un poste de pilotage torpedo et d’une cabine fermée pouvant accueillir 4 personnes fut fabriqué en 61 exemplaires, dont 16 furent affectés en Argentine. Son utilisation se poursuivit jusqu’en 1939.

Le Laté 25 est également célèbre pour avoir résisté à un atterrissage d’urgence dans la Cordillère des Andes le 9 mars 1929 avec à son bord Jean Mermoz et son mécanicien Alexandre Collenot. L’Aéronef sommairement  rafistolé par Collenot et commandé par le brio de Mermoz parvint a regagner la plaine de Copiapó trois jours plus tard, le 12 mars 1929. Le Laté 25 n°603 F-AIEH de cet exploit est aujourd’hui exposé au Musée de Morón à Buenos-Aires (Photo ci-dessus).

Fiche technique :
Longueur : 9,44 m
Hauteur : 3,70 m
Envergure des ailes : 17,40 m
Poids à vide : 1631 kg
Poids chargé : 3285 kg
Charge utile : 1006 kg
Vitesse de croisière : 180 km/h
Portée : 650 km
Plafond : 4200 m
Moteur : 1 Renault 12Ja, 12 cylindres en V
Puissance : 450 CV
Premier vol : 1926
Construction : Bois, toile et acier.

potez 25
																  															  

Le Potez 25

En 1929, l’Aéropostale acquiert cinq Potez 25 afin de les affecter sur la ligne Buenos Aires – Santiago, où leurs qualités ascensionnelles s’avèrent indispensables.

En effet, l’utilisation du Laté 25 présente trop de risque sur le tronçon survolant la Cordillère des Andes. Le récent accident de Mermoz en est la preuve irréfutable.

Le Potez 25 quant à lui peut atteindre les 7.200 m d’altitude et représente par conséquent la solution adéquate.Ce biplan originellement construit à des fins d’observation et de bombardement fut utilisé dans l’aviation civile jusqu’en 1940 et dans l’aviation militaire jusqu’en 1943. Au total 3.502 exemplaires furent construits.

En Argentine on l’associe surtout au pilote Henri Guillaumet qui s’illustra aux commandes de celui-ci en effectuant 393 traversées de la Cordillère. On se rappelle notamment de l’accident du 13 juin 1930 survenu lors de sa 22ème traversée.

Fiche technique :
Longueur : 9,10 m
Hauteur : 3,67 m
Envergure : 14,14 m
Poids à vide : 1510 kg
Poids chargé : 1958 kg
Charge utile : 500 kg
Vitesse de croisière : 180 km/h
Portée : 1260 km
Plafond : 7200 m
Moteur : 1 Lorraine-Dietrich 12Eb, 12 cylindres
Puissance : 450 CV
Premier vol : 1925
Construction : Bois, toile et métal

late 28
																  															  

Le Laté 28

Cet imposant monoplan est doté d’une robustesse excellente et de qualités de vol d’autant plus impressionnantes. Avec une autonomie de 3.200 km, il est l’avion de l’aéropostale qui présente la plus longue portée. Grâce à sa fiabilité et son poids plus important, il est rapidement préféré au Laté 25 sur les vols de la ligne Bahia Blanca – Rio Gallegos, où se déchainent les vents violents de Patagonie. C’est d’ailleurs à bord d’un Laté 28 que Saint-Exupéry inaugure d’abord le tronçon Bahia Blanca – Comodoro Rivadavia le 1er novembre 1929, puis la ligne Bahia Blanca – Rio Gallegos en mars 1930.

Quelques mois plus tard, le Laté 28.3, une autre version de ce modèle équipée de flotteurs,  permettra à Jean Mermoz d’effectuer la première traversée postale de l’Atlantique en reliant Saint-Louis du Sénégal à Natal au Brésil.

Au total une cinquantaine d’exemplaires de différentes versions furent construits et son utilisation dans l’aviation postale dura jusqu’à 1935.

Fiche technique :
Longueur : 13,64 m
Hauteur : 3,24 m
Envergure : 19,25 m
Poids à vide : 2908 kg
Poids chargé : 5300 kg
Charge utile : 300 kg
Vitesse de croisière : 210 km/h
Portée : 3200 km
Plafond : 4300 m
Moteur : 1 Hispano-Suiza 12Lbr, 12 cylindres en V
Puissance : 600 CV
Premier vol : 1929
Construction : Aluminium, bois et toile

breguet 14 aeropostale argentine
																  															  

Le Breguet XIV

Ce biplan conçu et utilisé à des fins d’observation et de bombardement durant la première guerre mondiale fut fabriqué à plus de 8.000 exemplaires jusqu’en 1926.

A la fin de la guerre les Lignes Aériennes Latécoère font l’acquisition de 200 appareils qu’elles désarment et adaptent à l’aviation civile.

Après avoir fait les preuves de sa solidité et de ses performances sur la ligne postale Toulouse-Montaudran, le Br XIV est ensuite utilisé pour les vols de reconnaissance dans les autres pays qu’ambitionne de desservir la compagnie.

C’est d’ailleurs à ce titre qu’en 1925, piloté par Joseph Roig en mission de reconnaissance, il sera le premier avion de l’Aéropostale à survoler l’espace aérien argentin. Le dernier exemplaire de ce modèle robuste fut mis hors service en 1935.

Fiche technique :
Longueur : 8,87 m
Hauteur : 3,15 m
Envergure : 14,36 m
Poids à vide : 1238 kg
Poids en charge : 1765 kg
Charge utile : 350 kg
Vitesse de croisière : 150 km/h
Distance franchissable : 460 km
Plafond : 4500 m
Moteur : 1 Renault 12Fe, 12 cylindres en V
Puissance : 300 CV
Premier vol : novembre 1916 par Louis Bréguet
Construction : Tubes Duralumin, bois et toile