Voyage aux Esteros del Iberá, Argentine

Découvrez l’incroyable faune des Esteros del Iberá, dans la province de Corrientes.

Géographie et climat

Les Esteros del Iberá, qui s’étendent sur 13.000 km2 dans la province de Corrientes, sont l’une des régions les plus passionnantes pour les amateurs de safaris animaliers, pour les amoureux de la nature et d’espaces encore vierges : étangs et lagunes qui se forment et se reforment dans la végétation selon les courants, savanes de paille rouge, plantes aquatiques et entrelacs de racines, bois de caroubiers ou de palmiers. Le riche écosystème de ces marécages est protégé dans le cadre d’une réserve naturelle provinciale, de la convention de Ramsar (traité international pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides), et par des ONG. Cette région humide connaît un fort taux de précipitations. Voir notre fiche : Quand partir en Argentine.

Les premières études scientifiques de la région ont été réalisées par le Français Alcide d’Orbigny lors de son grand voyage d’exploration en Amérique du Sud au début du XXe siècle. Les marais ont longtemps été livrés, sans protection, à la chasse commerciale et au trafic d’animaux, qui ont menacé plusieurs espèces, comme le yaguareté. Ils ont enfin été protégés par la province en 1983 afin d’en maintenir le fragile écosystème.

Il s’agit d’une zone humide, la plus importante d’Argentine, ce qui signifie qu’elle est inondée de manière temporaire ou permanente, selon les endroits. L’eau, le climat subtropical et les difficiles conditions d’accès ont permis le développement et la préservation d’un écosystème exceptionnel : plus de 4.000 espèces animales et végétales, soit près du tiers de la biodiversité du pays. Un marais aussi riche que le plus connu Pantanal brésilien. Iberá signifie « eau brillante » en guarani.

Faune

Environ 300 espèces d’oiseaux, 85 de mammifères, 45 d’amphibiens, 35 de reptiles. Les Esteros del Iberá regorgent de faune, le plus souvent aquatique. Parmi les espèces les plus emblématiques, citons le grand cerf des marais, le capybara, le caïman…

Réserve naturelle Iberá Mammifères
– Le singe hurleur noir : son cri porte à 5 km, il vit dans les arbres, se déplaçant grâce à son longue queue préhensile, a un régime herbivore, vit en groupe sous la conduite du mâle le plus âgé.

– Le loup à crinière ressemble à un grand renard, il a un long poil roux, parcourt de longues distances et chasse la nuit en solitaire.

– La loutre de rivière est bien sûr parfaitement adaptée au système lacustre des marais où elle peut pêcher poissons, crustacés et mollusques pour se nourrir. C’est une espèce protégée et vulnérable.

– Le cerf des marais : le plus grands des cervidés d’Amérique du Sud, il mesure 1,20 m au garrot et ses bois ramifiés 55 cm. Il préfère s’alimenter la nuit dans les frondaisons mais peut traverser les étangs, c’est un très bon nageur.

– Le cerf des pampas ne subsiste qu’en groupes isolés, sa population ayant fortement baissé en raison de la destruction de son habitat et de la chasse. De taille moyenne, il a un poil ras et se nourrit la journée de bourgeons et petites plantes. Les mâles marquent leur territoire en sécrétant une odeur très forte.

– Le capybara ou carpincho, le plus gros rongeur au monde, est emblématique des Esteros del Iberá. Il ne s’éloigne jamais de l’eau, où il se baigne, boit et se réfugie. Les adultes mesurent 120 cm et pèsent 50 kg. Ils vivent en groupe et font de un à sept petits par portée.

– Des fourmiliers géants ont récemment été réintroduits dans la région. Ces mammifères n’ont pas de dents mais un long museau fin et une langue collante qui leur permettent de se nourrir de fourmis et termites. Ils avaient disparu des Esteros del Iberá et sont en danger de disparition en Argentine.

Réserve naturelle Iberá Oiseaux : paradis ornithologique, les Esteros del Iberá permettent d’observer quelques 300 oiseaux, dont le toucan et des perroquets, le nandou, des cigognes, l’aigrette, le tantale d’Amérique, le jabirú d’Amérique, le canard musqué, des canards, des aigles, des faucons, des chouettes, des colibris, des pics-verts, des martins-pêcheurs, etc.

Réserve naturelle Iberá Papillons : environ 25 sortes de papillons sont répertoriées dans les Esteros del Iberá. Particulièrement photogéniques, ces insectes doivent leur belle couleur aux pigments de leurs écailles et au reflet de la lumière. Repérons le diablito, bleu et rouge, le piéride du Cassia jaune citron, le monarque américain orange avec des taches blanches et noires, le paon blanc, l’anartia rouge avec des taches blanches, etc.

Réserve naturelle Iberá Reptiles

Le caïman : deux espèces cohabitent dans les lagunes, le caïman à museau large et le caïman noir. La position de ses yeux au-dessus de la tête lui permet de nager en passant inaperçu. Il passe ses journées au soleil. La femelle fabrique un monticule d’un mètre de diamètre au centre duquel elle pond 50 à 60 œufs. Elle les recouvre pour les protéger et ne couve pas, elle surveille à distance. Après l’incubation, de janvier à mars, naissent des petits d’environ 5 cm. Ils se nourrissent des insectes et larves du nid et la mère les conduit au bout de quelques jours dans l’eau.

– L’anaconda jaune ou curiyú : c’est le plus grand serpent d’Argentine: Il peut atteindre 3 m. Ses dents lui servent à agripper ses proies qu’il étouffe ensuite de son corps robuste. Il est semi-aquatique.

– Le ñacaniná ou gigas est une couleuvre vive et agressive qui se nourrit de rongeurs, poissons et batraciens. Lorsque sa proie est petite, elle la mord avant de l’avaler. Lorsqu’elle est plus grosse, elle la tue par constriction ou l’entraîne dans l’eau pour la noyer.

– Le yarará est une vipère très venimeuse et dangereuse qui peut atteindre 170 cm

Réserve naturelle Iberá Batraciens : beaucoup de crapauds et surtout de grenouilles et rainettes dans les Esteros. Il y en a de toutes tailles et de plusieurs couleurs.

Réserve naturelle Iberá Poissons

– Le piranha: ce petit poisson carnivore est l’un des plus emblématiques des régions tropicales. Sa population a fort augmenté avec la baisse de celle des caïmans, qui le chasse. Il ne s’attaque que rarement à l’homme.

– Le dorado fait partie des espèces comestibles, comme le sábalo, la raie d’eau douce, l’anguille, la corvina.

Flore

Circuit Iguaçu Plantes hydrophytes : ce sont les plantes qui vivent dans l’eau, qu’elles soient flottantes ou enracinées, les plus abondantes dans les Esteros del Iberá : nénuphars et autres nymphéacées, camalotes (eichhornia azurea), laitues d’eau (pistia stratiotes), jacinthes d’eau (eichhornia crassipes), papyrus, crotons, hibiscus, victorias pouvant atteindre 2 m de diamètre, etc. Ces plantes offrent gite et couvert à beaucoup d’insectes, poissons et oiseaux. Et deux plantes carnivores : droséras et utriculaires. La première a des poils sécrétant des substances qui attirent et engluent les insectes, la seconde capture ses proies par aspiration.

Parcs nationaux Argentine Plantes grimpantes : ces plantes cherchent la lumière pour grandir en s’accrochant aux arbres ou à d’autres supports: les lianes, dont la Griffe à chat utilisée pour ses vertus médicinales, la vigne, les bignonia avec leurs fleurs en trompette, etc.

Réserve naturelle Iberá Plantes parasites: ce sont les plantes qui se nourrissent aux dépens des autres: familles des cuscutacées, scrophulariacées, viscacées (gui), laoranthacées.

Réserve naturelle Iberá Plantes épiphytes : ces plantes poussent également sur d’autres dont elles se servent de support mais sans y prélever leur nourriture, contrairement aux parasites. Elles sont abondantes dans les Esteros del Iberá: broméliacées, orchidées, cactacées, polypodiacées.

Oiseaux Esteros del Iberá Arbres et plantes terrestres : sur les reliefs, le long des cours d’eau et sur les îles flottantes poussent plusieurs variétés de plantes et arbres au premier rang desquels le ceibo, fleur nationale d’Argentine, une crête de coq rouge. Et aussi l’ombu, le goyavier, le jacaranda et ses magnifiques fleurs bleues, le caroubier, les cactus, le québracho, le palmier yatay, et les herbes de savane.

Gauchos et pêcheurs

Les Esteros del Iberá sont une terre de gauchos, gardiens du bétail des estancias élevé sur ces immenses étendues de pâturage et des horizons interminables. Ils déplacent leurs troupeaux entre étangs et lagunes à la recherche des terres sèches.

Les autres habitants des Esteros, retirés sur les îles à l’intérieur de la zone des marais, sont les descendants des peuples premiers, les Guaranis. Ils élèvent quelques animaux, cultivent un bout de terre et pêchent. Ils ne chassent plus, la chasse commerciale est désormais interdite. Ce sont les meilleurs connaisseurs des marais, ceux qui savent à coup sûr débusquer un capybara ou un cerf des marais. Ils mettent aujourd’hui leurs talents au service des voyageurs pour les guider dans les canaux.

Safari photographique animalier

La région étant peu habitée et pauvre en infrastructures, il est conseillé de s’en remettre à une agence de voyage pour réaliser un safari animalier. Un seul village dans les marais, Colonia Carlos Pellegrini, où est installé un centre des visiteurs avec des informations sur l’écosystème. Que ce soit par des sentiers ou par des excursions en bateau, seul un guide professionnel saura vous guider pour trouver les animaux dans les méandres des marécages. D’autant que nombre d’entre eux sont nocturnes, notamment les amphibiens. C’est d’ailleurs en fin d’après-midi, dans la belle lumière du coucher de soleil, la nuit et à l’aube que la faune commence à s’activer. Ne pas oublier les manches longues contre les piqures d’insectes, une paire de jumelles et un bon appareil photo.

L’automne est la saison la plus pluvieuse, l’hiver doux, l’été chaud et le printemps (septembre-décembre) la meilleure saison pour la visite. La température moyenne annuelle est de 20°.

Transports

La région étant particulièrement difficile d’accès, Argentina Excepción propose des safaris dans les Esteros del Iberá avec transport aérien privé jusqu’au lieu d’hébergement.

Esteros del Iberá Iguazú Avion : liaisons régulières quotidiennes entre Buenos Aires et Posadas puis de 3h30 à 6h de piste (264 km). Pas de vols réguliers avec Mercedes, la ville la plus proche.

Esteros del Iberá Bus : compter 9h entre Buenos Aires et Mercedes (800 km) puis 4h de minibus pour parcourir les 110 km qui séparent la ville de Colonia Carlos Pellegrini par une route non goudronnée.

Hôtels et estancias

Circuit Iguaçu Estancia Rincón del Socorro : un très beau lodge proche de la lagune Iberá, avec une cuisine naturelle et des services de luxe.

Esteros del Iberá Hôtel Posada Aguapé, Carlos Pellegrini : un bel établissement construit dans un immense jardin au bord de la lagune Iberá avec un ponton privé.

Esteros del Iberá Hôtel Posada de la Laguna, Carlos Pellegrini : un eldorado pour les passionnés de safaris photo au cœur de la réserve des Esteros del Iberá.

Esteros del Iberá Estancia Buena Vista, Corrientes : une authentique estancia pour goûter aux traditions du campo argentin et profiter des beautés de la région.