Récits de voyage en Argentine - Entre vins, faune et parcs

Entre vins, faune et parcs

Entre vins, faune et parcs
5 5 1 1

Ce mot rapide pour vous informer que nous avons rejoint la France sans encombre, après ce périple en Argentine qui restera inoubliable grâce à votre organisation sans faille.

Il nous reste à digérer un peu toutes ces expériences diverses (et à mettre de l’ordre dans les nombreuses photos que nous ramenons) et d’autres commentaires suivront peut être, mais à chaud :

La Pampa del Leoncito, San Juan

– Excellent choix de tous les guides qui nous ont été proposés : disponibilité, gentillesse, connaissance du pays et de tous les détails utiles à des explications complètes et variées : impossible de les coller !

– Hôtels tous très agréables, même si assez différents selon les étapes,

– Sites visités d’un intérêt chaque jour renouvelé.

Quelques détails :

– Remerciements spéciaux au chauffeur qui nous a amené visiter le musée aéronautique de Moron : en raison du deuil national, le musée était théoriquement fermé ce jour là (situation des plus imprévisibles) !

Grâce à l’intervention efficace de notre chauffeur, qui a négocié avec un militaire qui passait par là et qui a pris sur lui de nous ouvrir la porte, nous avons pu visiter les collections de façon privée, sans autre surveillance que le dit chauffeur, lequel a supporté aimablement deux heures de visite intensive qu’il aurait été vraiment dommage de rater.

Parc Aconcagua, Mendoza

Disons le, si la muséographie est un peu restreinte par rapport à d’autres musées dans le monde, il n’existe nulle part ailleurs de collection comprenant les types d’avions conçus et fabriqués en argentine par IAe.

Ceci justifie amplement le déplacement pour un fanatique de l’aéronautique dans mon genre. Encore merci à ceux qui ont permis de rattraper ce qui aurait pu être une grave déconvenue.

– Excellent accueil à l’estancia El Puesto, choisie en remplacement de la visite à la Laguna Diamante : les propriétaires nous ont reçus avec une grande simplicité et avec une hospitalité remarquable. La ballade à cheval dans l’arrière pays a été grandement appréciée.

Un seul détail peut être : le chauffeur du minibus qui nous transportait a été un peu surpris par l’état de la piste sur les 10 derniers kilomètres du trajet : cela passait (lentement) mais un véhicule 4×4 aurait sans doute été plus à l’aise…

Parc Talampaya, La Rioja

– Visite au Parc de Talampaya : le routing qui nous avait été fourni ne rend pas justice à la prestation des guides Alejandro et Chloé de la société Runacay à Villa Union.

Il était prévu une visite en camion avec la société détentrice de l’exclusivité des visites motorisées dans le canyon (Rolling Travel), alors que nous avons eu le plaisir d’une visite à pied de 5 heures avec notre guide Chloé, ce qui était certainement beaucoup mieux et permet de profiter beaucoup plus du lieu.

– Le délai de l’avion pour le retour de la Rioja nous aura permis de visiter le musée Inca Huaci (manque crucial d’explications en anglais, mais guide hispanophone volubile), et celui du folklore local, ainsi que de faire quelques courses.

C’est bien sur la désorganisation sensible des vols internes que pourrait se trouver les seules défaillances du voyage : le transfert de Trelew vers Buenos Aires a pris deux heures de retard le soir, réduisant la nuit déjà courte à l’hôtel Moreno à sa plus simple expression, et le départ sur Mendoza a finalement eu lieu avec 4 heures de retard. Heureusement, cette journée là était réservée au transfert…

 

Et merci aussi pour le livre de souvenirs dédicacé par l’équipe.

En bref un très beau voyage, que nous ne manquerons pas de conseiller autour de nous sous une forme ou sous une autre, en gardant l’espoir de peut être un jour le compléter…

Bien cordialement,

Pierre et Anne-Lise GEORGES

Manchots de Magellan à la Caleta Valdés, Chubut

D’autres commentaires :

– Expérience rare d’approche des animaux sauvages dans la partie Patagonie du voyage.
D’abord les baleines depuis le bateau à Puerto Piramides, avec quelques autres touristes (plus que dans les autres sites), mais elles constituent un spectacle exceptionnel.

Ensuite l’occasion unique de s’asseoir à 5 m des éléphants de mer sur la plage de la Ernestina, en compagnie de Juan, leur défenseur vigilant.

Les trois heures sont passées très vite, malgré une certaine humidité et une température réduite par une météo changeante.

Et n’oublions pas non plus la visite des manchots de Magellan dans des conditions similaires.

Quebrada del Peñon, La Rioja

Il faut souligner l’accueil toujours excellent dans les hôtels, et particulièrement le Valle de Uco Lodge, où nous avons observé un rare souci du détail dans la réception, du thé servi sous la tonnelle jusqu’à la branche de lavande posée sur le lit préparé pour le coucher, en passant par l’allumage des lanternes dans le jardin à la nuit tombante

Bref j’en ai sans doute oublié, il serait impossible de tout raconter. Il nous faut maintenant tenter de revenir à la vie normale, le changement va être brusque dès demain.

Pierre et Anne-Lise GEORGES

Rien à ajouter ou presque à la description élogieuse de Pierre sur ce voyage longuement préparé et attendu.

L’immensité de l’Argentine, la diversité des paysages, des climats, des ambiances et des activités, nous ont fait prendre conscience très rapidement que nous étions loin de notre vieux continent.

Une baleine près de la Péninsule Valdès

Nous avons plus particulièrement apprécié les moments ou nous n’étions pas sur la route ou dans l’avion pour rallier l’étape suivante, notamment le moment passé sur le bateau à observer et entendre souffler les baleines accompagnées de leur petit, la randonnée à cheval dans la pre-Cordillère et la marche de 5 heures dans le parc de Talampaya.

Deux ans plus tôt lors de notre premier voyage en Argentine, nous avions découvert Buenos Aires et ses Milongas, c’est bien le Tango Argentin et non le Paris Dakar qui nous avait amené à découvrir ce pays.

Cette première approche nous avait rapidement donné l’envie d’y retourner c’est ce que nous avons réalisé grâce à votre équipe qui a su optimiser ce parcours de deux semaines.

 

Cordialement,

Mirko et Sylvana