Le Teatro Colón, théâtre et opéra historique de Buenos Aires

Cette salle argentine mythique est vue comme l’un des cinq meilleurs Opéras au monde.

Au même titre que la Casa Rosada ou que le palais du Congrès, le Teatro Colón est un monument historique et emblématique de la ville de Buenos Aires.

De leur côté, les amateurs d’opéra y voient l’une des meilleures salles du monde, aux côtés de la Scala de Milan, du Semperoper de Dresde, de l’Opéra National de Paris et de celui de Vienne.

Il est apprécié des mélomanes et des musiciens pour sa taille déconcertante, son excellente acoustique et la valeur artistique de son architecture.

Délimité par les rues Libertador, Tucumán, Viamonte et Cerrito, cet imposant édifice de 8.200 m²,  borde la place Lavalle en plein cœur de Buenos Aires.

Son architecture se caractérise par un style éclectique, où prévalent les influences de la néorenaissance italienne et du néobaroque français. Un mélange surprenant qui ne peut s’expliquer que par l’histoire tout aussi étonnante de sa construction il y a plus d’un siècle.

Entrée du Teatro Colón

Le projet de doter Buenos Aires d’un opéra d’envergure mondiale nait de l’initiative de l’intendant Torcuato de Alvear en 1886. A l’époque la ville abrite l’ancien édifice du Teatro Colón en face de la place de Mai, où se situe aujourd’hui la banque nationale argentine, mais l’édifice est obsolète et répond mal aux attentes de l’opéra.

Le gouvernement argentin confie donc un nouveau projet à l’italien Francesco Tamburini en 1889. Pour dessiner le nouveau Teatro Colón, celui-ci s’inspire principalement du style néobaroque de l’Opéra Garnier à Paris. Les travaux commencent en 1890 mais sont suspendus moins d’un an après en raison du décès de Tamburini.

C’est son collaborateur italien Vittorio Meano qui prend alors la tête du projet. S’inspirant de la néorenaissance italienne, il apporte des changements majeurs aux plans de son prédécesseur dans le but d’italianiser l’édifice. Cependant, en 1904 alors que la grande partie de la construction est achevée, le projet est à nouveau amputé de son maitre d’œuvre : l’architecte italien est assassiné par son majordome.

Le gouvernement argentin confie alors la phase finale de la construction au belge Jules Dormal. C’est à ce dernier que l’on doit l’influence de l’Art nouveau dans la décoration et certaines parties du bâtiment.

Le Teatro Colón est enfin inauguré le 25 mai 1908 avec l’œuvre Aida de Giuseppe Verdi. Ce nouveau géant de l’opéra mondial est unique en son genre et s’inscrit dès son ouverture comme le plus grand et le plus somptueux des opéras d’Amérique.

Du haut de ses sept étages, la salle de représentation dispose de 2.500 sièges et peut accueillir jusqu’à 3.000 spectateurs en comptant les gradins situés aux derniers étages.

Cette salle en forme de fer à cheval a la réputation d’offrir une des meilleures acoustiques de la planète, ceci malgré ses dimensions déconcertantes : 28 mètres de hauteur, 32 mètres de diamètre et 75 mètres de profondeur.

Voûte du Théàtre Colon

A l’image de l’extérieur, l’intérieur mélange savamment le néobaroque et le néorenaissant. L’entrée principale est coiffée par une coupole constituée de vitraux, et donne sur le grand escalier en marbre qui conduit aux deux salons des balcons et des loges, ornés de statues et de grands miroirs.

La salle, tapissée d’étoffes écarlates et dorées, est quant à elle coiffée d’une coupole de 318 m², où est suspendu un lustre de 7 mètres de diamètre, comportant 700 ampoules. Le plafond de cette coupole qui revêtait initialement une peinture du français Marcel Jambon fut somptueusement repeint par l’argentin Raul Soldi dans les années 60.

Depuis sa création le Teatro Colón a accueilli les plus grands chefs, compositeurs et chanteurs de l’Opéra contemporain comme Caruso, Boulez, Pavarotti, Toscanini, Stravinski ou encore Maria Callas parmi tant d’autres.

Aujourd’hui, après plus d’un siècle d’existence l’Opéra n’a rien perdu de son éclat et ce notamment grâce auxtravaux de rénovation et de restauration entrepris entre 2006 et 2010.

Le Teatro Colón affiche de nos jours une programmation qui a de quoi faire rougir les grands opéras européens. Si vous êtes de passage à Buenos Aires, n’hésitez pas à consulter le site internet de l’Opéra pour connaître la programmation du moment. L’expérience est inoubliable.

Des visites guidées permettent également de visiter le bâtiment, de 9h à 17h tous les jours. Cependant, afin de mieux cerner l’âme de l’endroit nous vous recommandons davantage l’expérience d’un opéra plutôt qu’une simple visite.

Comme le veulent les traditions architecturales françaises et italiennes, le septième étage du Teatro Colón est l’étage du paradis. Il permet aux moins fortunés ou aux simples curieux d’assister à n’importe quelle représentation pour moins de 10 euros, alors que la visite guidée coute prés de 30 euros.

Informations pratiques :
Adresse: Cerrito 628.
Horaires d’ouverture: lundi au samedi de 9 à 20h et le dimanche de 10 à 17h.
Plus d’information sur le site internet officiel du Teatro Colón.