Pèlerinage de Salta, Fête du Seigneur et de la Vierge du Miracle

Pèlerinage de Salta

Chaque année à la mi-septembre, la ville de Salta célèbre le Seigneur et la Vierge du Miracle.

Pélerinage de Salta, septembre
																															

Salta la jolie (la linda) pourrait tout aussi bien s’appeler Salta la pieuse. Les fêtes de l’Eglise catholique se mêlent aux traditions païennes dans un même élan de piété populaire.

Du 13 au 15 septembre, la ville entière vit au rythme de la Fête en l’honneur du Seigneur et de la Vierge du Miracle. La légende raconte qu’envoyées d’Espagne par un frère franciscain, le crucifix serait arrivé au port péruvien de Callao en flottant miraculeusement dans une caisse en bois aux côtés de la statue de la vierge du rosaire. Un siècle plus tard, alors que l’histoire était tombée dans l’oubli, le curé de Salta José Carrion entendit une voix lui dire de prendre la tête d’une procession avec les deux statues, et la ville de Salta fut épargnée par le terrible tremblement de terre de 1692. En commémoration de cet événement, ce sont chaque années des villages entiers des alentours qui se vident pour venir à pied saluer la Vierge du Miracle.

																  															  

Pour la semaine sainte, les chemins de croix des villages des alentours de Salta rivalisent d’animation et de faste. A Seclantas, plus de 100 personnes reconstituent la crucifixion sur la colline voisine. Les cortèges cheminent avec ferveur dans la rumeur des mélopées plaintives des pleureuses.

Les traditions beaucoup plus récentes n’ont pas moins de succès. Ainsi, la sœur Maria Livia à qui l’on attribue des apparitions de la Vierge Marie depuis 1990, attire les fervents pèlerins tous les samedis au sanctuaire de la mère immaculée du divin cœur eucharistique de Jésus.

Les rassemblements de foi sont aussi populaires dans les alentours de Jujuy, ville voisine de Salta pétrie de traditions. La procession jusqu’à l’Abra de Punta Corral dure 3 jours pendant lesquels la foule porte la statue de María de Copacabana jusqu’à l’Eglise de Tilcara au son des sikuris, sortes de flûtes de pan.