Cuarteto, danses folkloriques d'Argentine

Le cuarteto

Le cuarteto est un genre musical populaire originaire de Córdoba, en Argentine.

La Mona Jimenez
																															

Écouté surtout en Argentine, il se caractérise par un rythme rapide et tropical. Apparu dans les années 1940, il est d’abord uniquement dansé par les classes populaires, et rejeté par les classes moyennes et supérieures. Dans les années 1990, ce style s’est imposé dans toute l’Argentine et s’est étendu à l’ensemble des classes sociales.

Le 4 juillet 2013, le Conseil Délibérant de la ville de Córdoba a déclaré le cuarteto « Patrimoine culturel des Cordobeses ». Carlitos « La Mona » Jiménez et Rodrigo Bueno sont considérés comme les artistes les plus représentatifs de ce genre.

Origines

Le cuarteto est directement inspiré par la musique des immigrants italiens et espagnols, en particulier du paso doble, originaire d’Espagne et de la tarantela, danse populaire italienne.

Cette musique était écoutée dans les zones rurales, où de petits orchestres de 4 musiciens animaient les fêtes.

À l’origine, le nom cuarteto vient du fait qu’il y ait 4 musiciens : un contrebassiste, un pianiste, un violoniste et un accordéoniste. Aujourd’hui, les groupes sont en général composés d’une quinzaine de musiciens, qui jouent des percussions (timbale, tambour, conga, güiro et batterie), du piano, du clavier, des instruments à vents (trompette, trombone, et parfois saxophone). On constate également que le rythme de la musique s’est accéléré.

																	  																  
Fernando Bladys
																  															  

Le cuarteto fut initié en Argentine en 1943 par Augusto Marzano, qui créa le groupe Cuarteto Característico Leo. Jusqu’au milieu des années 1980, le cuarteto était connu principalement à Córdoba, mais en 1988 Carlitos « La Mona » Jiménez joua pour la première fois à Buenos Aires, commençant ainsi à faire connaître le cuarteto dans le capitale. Mais c’est avec l’arrivée de Rodrigo Bueno que ce genre se répandit à Buenos Aires et, plus tard dans le reste du pays.

Aujourd’hui, il existe des dizaines de groupes de cuarteto à Córdoba et des concerts du jeudi au dimanche. Chaque weekend, le cuarteto attire à Córdoba entre 30 000 et 40 000 danseurs, novices ou expérimentés.

La première chose à savoir en ce qui concerne le cuarteto est qu’il ne s’agit pas d’une musique qui s’écoute, mais qui se danse.

Les pas de danse sont subtils, les pieds se meuvent sans se lever du sol et les couples se tiennent par la main, suivant un léger mouvement d’épaules et de tête. Quand le rythme s’accélère, les mouvements se font plus rapides et, si on est suffisamment en confiance, on peut tenter quelques tours de bras plus complexes, marque de fabrique de tout danseur confirmé. Ce dernier saura aussi reconnaître les codes propres au cuarteto, qui vont des boissons proposées (le fameux fernet con coca) jusqu’à la place occupée dans la ronde, où se positionnent les célibataires et les couples en fonction de leur statut. Un débutant a donc de grandes choses de transgresser ces règles informelles, ainsi il est mieux de venir accompagner d’un danseur confirmé.

Sous-genres

Merenteto (ou merengueto) : il s’agit d’un mix entre le merengue dominicain et le cuarteto cordobés, d’où son nom.

Moderno : ce sous genre fut introduit par le groupe de cuarteto cordobés Chébere et est aujourd’hui joué par de nombreux groupes. Il se caractérise par l’absence des percussions habituelles et par la forte présence de batterie et d’instruments à vent. On peut noter une similitude avec les rythmes du rock national ou du ska.

Où danser le cuarteto à Córdoba:

–          Sargento Cabral, la salle de Carlitos “la Mona” Jiménez : Las Junturas esq. Espinel Bº Sargento Cabral

–          Estadio del Centro : Santa Fe 500

–          Plaza de la música : La Rioja 1150

–          Superdeportivo : Av Eduardo Bulnes 2199-2229

–          Complejo ferial Córdoba : Av. Cárcano s/n Bº Chateau Carreras

–          Complejo ferial Forja : Mauricio Yadarola s/n Esq. Punta del Sauce

–          Sociedad Belgrano : Av. Leandro N. Alem 1702

Mais vous pouvez également danser le cuarteto dans les « boliches » (boites de nuit) et dans les stades de football, entre autres.

Si vous souhaitez voir une démonstration mais que vous ne pouvez pas vous rendre à Córdoba, le film De Caravana de Rosendo Ruiz (qui a reçu le prix du public au festival du cinéma de Mar del Plata) dépeint avec humour et action le monde du cuarteto.