Poissons en Argentine

Poissons en Argentine

Truites et dorado, les plus sportifs

POISSONS DES LACS ET RIVIERES DU NORD

																	  																  

Dorado (salminus brasilensis)

De l’ordre des Characiformes, auquel apartient entre-autres les piranhas, et membre de la famille des Bryconidae, le dorado préfère les rivières à fort courant dans la région du fleuve Paraná, en Mésopotamie argentine. Il peut dépasser le mètre de long et les 25 kg. Difficile à capturer, il est une prise de choix pour la pêche sportive en Argentine. Surnommé tigre del río, il est robuste, doté de fortes dents, et se nourrit d’autres poissons. Sa population a fortement décliné dans les années 1980 en raison d’une pêche excessive.

Manguruyú (pimelodus zungaro)

Comme le surubí, le manguruyú est un grand prédateur des fleuves Paraná et del Plata. Un spécimen de 150 kg aurait été pêché dans l’Amazone. Très vulnérable, sa population a considérablement diminué en raison de la pollution, de la modification de son habitat (barrages) et d’une pêche excessive.

Patí (luciopimelodus pati)

Ce poisson a élu domicile dans les cours d’eau du bassin du Paraná, dans les ríos Paraguay, Pilcomayo, Bermejo, Uruguay et de la Plata. Il ressemble au bagre mais sa couleur est bleu-plomb et il n’a pas d’épines sur les ailerons, ce qui permet de le manipuler plus facilement.

Surubí (pseudoplatystoma)

Ces poissons de la famille des silures, grands prédateurs, ont néanmoins été décimés par la pêche et la modification de leur habitat. Le surubí tigré, qui a des bandes transversales et des taches rondes, est le plus rare, dans les fleuves Paraná et Uruguay. Le surubí tacheté, aux petites taches rondes noires, est l’un des plus grands poissons d’Argentine, avec ses 1,55 m maximum et 50 kg pour la femelle. On le trouve dans les fleuves Paraguay, Paraná, Uruguay et de la Plata.

Pejerrey (codontesthes bonariensis)

Comme son nom latin l’indique, ce poisson vit surtout dans les lacs de la province de Buenos Aires, et l’hiver dans les eaux douces des fleuves Uruguay et Paraná. Il peut dépasser les 70 centimètres et les 10 kg. Il se caractérise par une forme allongée, une bande argentée et une bouche protractile: elle se projette en avant pour attraper sa nourriture, plancton ou poissons.

Le pejerrey est l’objet aussi bien de pêche commerciale que sportive. Les sportifs le pêchent en automne-hiver dans l’estuaire du Río de la Plata, dans l’Uruguay et dans les grands cours d’eau du delta, mais aussi dans tout le pays, où il a été introduit par l’homme.

Raies

Plusieurs sortes de raies peuvent être pêchées dans les fonds sablonneux des grands fleuves argentins. Elles sont appréciées des gastronomes pour la chair de leurs ailes et des pêcheurs sportifs pour la résistance qu’elles offrent. La raie demande un matériel solide, son poids pouvant atteindre les 30 kg mais un spécimen de 208 kg a été pêché dans le Paraná. Les raies se défendent avec un dard dont la piqûre est particulièrement douloureuse.

Sábalo (prochilodus lineatus)

Habitant des cours d’eau de la Mésopotamie, le sábalo a un corps aplati de 50 à 60 cm pour un poids de 6 kg. Il est difficile à pêcher à la canne car il préfère les eaux profondes où il se nourrit de boue organique. On le trouve dans les ríos Paraná, Bermejo, Pilcomayo, Uruguay, de la Plata, Juramento (Salta), Dulce (Santiago del Estero) et la cuenca de Salí (Tucumán).

Palometa (oncorhynchus tshawytscha)

La palometa est aussi connue en Argentine sous les noms de japuta ou cordonnier. C’est un poisson de taille moyenne que l’on peut trouver entre 100 et 400 mètres de profondeur aussi bien dans l’Océan Pacifique que l’Atlantique, l’Indien et la Mer Méditerranée. Elle a la peau grise, et un corps ovale de 16 à 50 cm de long pour un poids moyen d’1kg. C’est un féroce prédateur, qui se nourrit de poissons et autres animaux marins. Lors des périodes sèches où elle a faim, elle peut même s’attaquer aux hommes.

POISSONS DES LACS ET RIVIERES DU NORD-SUD

																	  																  

Salmón encerrado (salmo salar sebago)

Cette sous-espèce de saumon de l’Atlantique, l’une des préférées des pêcheurs pour sa beauté et sa combativité, a la particularité de rester en eaux douces, notamment en Patagonie Nord, dans la province de Neuquén et dans la région des lacs. Il a été introduit en Argentine au début du XXe siècle. Toutes les prises doivent être relâchées.

Saumon royal

Le saumon royal ou Chinook (Oncorhynchus tshawytscha) fait jusqu’à 1 mètre de long pour 20 kg. Il est anadrome comme tous les saumons, et effectue ainsi des va et vient entre l’eau douce et salée. Il reste un an dans le fleuve où il naît avant de migrer vers le Pacifique. Il prend ensuite la un coloris bleu acier en haute mer, mais reste rouge violet s’il ne quitte pas l’eau douce. Il peut nager sur 1 500 km de distance pour rejoindre son lieu de sa naissance où il se reproduit. Le mâle a un bec crochu assez prononcé. C’est un prédateur agressif qui peut grossir jusqu’à 50 kg en mer. Il est très prisé pour sa chair savoureuse et raffinée entre le rose clair et l’orange.

Truite arc-en-ciel (oncorhynchus mykiss)

Très combative, la truite arc-en-ciel est l’un des poissons les plus appréciés en pêche sportive. Son dos est bleu foncé, ses flancs argentés avec une bande rouge orangé couverte de taches noires et son ventre blanc. Son poids est d’environ 11 kg et on la trouve dans les rivières de montagne, dans la région andine et en Patagonie.

Truite marron (salmo trutta)

De la famille des salmonidés, cette truite vit dans les cours d’eau de montagne. Le plus gros spécimen jamais pêché faisait 16 kg, c’était en Argentine en 1952.

POISSONS DE MER

																	  																  

Corvina negra (pogonias cromis)

Comme la sole, la courbine noire abonde à Mar Chiquita. En période de reproduction, ce poisson émet des grondements sourds, ce qui le rend facile à repérer. Il est pêché de novembre à mai.

Lenguado (paralichthys patagonicus)

Mar Chiquita est connu pour ses spécimens de grande taille, allant jusqu’à 10 kg, présents en été. Cette « petite mer » est séparée de l’océan par des dunes. Un canal l’unit à l’océan, laissant passer les marées: c’est l’un des endroits favoris des lenguados. La pêche au lenguado est recommandée de janvier à mai. A consommer, la sole est l’un des poissons les plus savoureux.

Mérou (acanthistius brasilianus)

L’espèce pêchée dans les eaux tempérées de l’Atlantique Sud, notamment dans le golfe San Jorge et la péninsule Valdés, atteint parfois les 120 kg, ce qui en fait une prise de choix de la pêche au harpon. Les spécimens au bord de la côte sont beaucoup plus petits, environ 5 kg. De décembre à mars.

Pez Limón (seriola lalandei)

Ce poisson puissant qui s’alimente de crustacés doit son nom à la couleur jaune citron de ses flancs. Les spécimens pêchés pèsent de 4 à 7 kg, même si l’on a vu des exemplaires atteignant les 12 kg. Le Pez Limón, de la famille des thonidés, se capture au large des côtes de Mar del Plata et Necochea, de février à mai.

A lire

– Pour en savoir plus sur les espèces et règlementations, les sites Pescanet et Ir a pescar

SÉJOURS D’EXCEPTION

Argentina Excepción vous propose des séjours alliant pêche sportive et découverte de la nature:

Pêche à la mouche en Patagonie des lacs

Pêche au dorado en Mésopotamie argentine