Faune aviaire : les oiseaux marins d'Argentine

Faune aviaire en Argentine : les oiseaux marins

Plusieurs espèces d’oiseaux marins s’observent en Argentine. On retrouve le manchot, la mouette, le cormoran ou encore l’huîtrier.

Voir notre carte de la faune aviaire en Argentine

Gorfou sauteur, Pingüino de penacho amarillo (Eudyptes chrysocome)

Le gorfou sauteur appartient à la famille des manchots et se caractérise par de longs sourcils jaunes en aigrette. Il a le dos noir et le ventre blanc. Il accède en sautant à son nid en haut des falaises, d’où son nom. Il est présent en Argentine sur l’Isla Pingüino au large de Puerto Deseado. Il pêche surtout en mer, et organise une crèche pour garder les petits lors de ses expéditions.

Manchot de Magellan
																	  http://www.argentina-excepcion.com/regions-argentine/patagonie-nord/peninsule-valdes/manchots-magellan																  
voir nos photos

Manchot de Magellan, Pingüino de Magallanes (Spheniscus magellanicus)

Même s’il fait partie de la famille des oiseaux, le manchot de Magellan ne vole pas, contrairement au pingouin. Il n’est pas très grand, 75 cm environ. Son dos est noir et son ventre blanc avec deux bandes noires. Il est risiblement maladroit sur la terre ferme, mais remarquablement agile dans l’eau, surtout pour aller manger mollusques et crustacés. Les manchots vivent en couple et en colonie, pour se protéger. De septembre à mars, ils retournent chaque année à Punta Tombo, au sud de Trelew et de la Péninsule de Valdés, pour donner naissance à un ou deux petits, en novembre. Le mâle arrive en premier pour préparer le nid de l’année précédente, sous un arbuste ou dans une cavité creusée dans le sol. La femelle arrive ensuite et pond un ou deux œufs en octobre, qui sont couvés pendant quarante jours. Le couple se relaie pour couver et protéger le nid des prédateurs. Les petits naissent en novembre, en janvier ils commencent à muer et à faire leurs premiers pas vers l’eau. Lorsqu’ils savent nager et s’alimenter, la famille repart vers le Nord, à partir de mars.

Manchot papou, Pingüino juanito o pingüino papúa (Pygoscelis papua)

C’est le plus rapide de tous les manchots, avec des pointes à 35 km/h sous l’eau. Le manchot papou mesure 80 cm pour un poids de 4,5 à 8,5 kg. Il est blanc sur le ventre et noir sur le dos, son bec est orange et noir et ses pattes rose saumon. Un triangle blanc sur ses tempes et une bande blanche sur l’aileron le distinguent facilement. Il vit surtout aux îles Malouines et dans l’Antarctique. Il se nourrit de poisson et krill.

Sterne hirundinacée, Charrán sudamericano o gaviotín cola larga (Sterna hirundinacea)

La sterne hirundinacée doit son nom à sa queue fourchue comme une hirondelle. Gris pâle sur le ventre, elle est toute blanche avec les extrémités noirâtres sur le dos. Son bec et ses pattes palmées sont rouges. Elle vit en colonies de milliers de couples sur le littoral latino-américain jusqu’aux Iles Malouines. Elle peut rester toute l’année en Terre de Feu ou fuir l’hiver austral en migrant sur la côte Pacifique de l’Equateur ou la côte Atlantique du Brésil. Elle se nourrit de petits poissons, crustacés et insectes. Habile pour survoler de près l’eau et n’y plonger que le bec lors de sa pêche, elle sait suivre les marsouins qui rabattent les bancs de poissons vers la surface. Son vol rapide devient époustouflant lors de ses parades aériennes.

Huîtrier noir, Ostrero negro (Haematopus ater)

L’huîtrier noir est un petit oiseau échassier d’une quarantaine de cm de haut. Il est reconnaissable à son gros bec rouge-orangé avec l’extrémité jaune en forme de spatule, son plumage noir et blanc et ses pattes roses. Ses yeux jaunes tranchent sur un cercle oculaire de peau nue rouge orangé. Il est présent sur toute la côte de Patagonie et des Iles Malouines, et migre vers le nord est de l’Argentine et le Pérou. Il creuse son nid au niveau de la marée haute et l’entoure de coquilles et galets. Il se nourrit de crustacés dans les plages de galets découvertes par les marées. Habile pour ouvrir les coquillages, il les martèle sur un rocher ou fait levier avec son long bec.

Huîtrier d'Amérique, Ostrero común americano (Haematopus palliatus)

L’huîtrier d’Amérique est caractérisé par son plumage noir et blanc et son long bec orange. Le contour de ses yeux est rouge, ce qui le distingue de l’huîtrier de Garnot qui l’a jaune. Il vit sur la côte atlantique de l’Amérique du Nord au Golfe du Mexique et à l’Argentine. Il s’alimente de mollusques qu’il ouvre avec son bec épais.

Échasse à queue noire, Tero real (Himantopus melanurus)

L’échasse à queue noire mesure 35 cm. Noire et blanche, elle a de longues pattes rougeâtres. Elle vit en couple ou en groupe sur le littoral argentin, du Nord à la Patagonie. On peut aussi la trouver au Chili, au Pérou, en Bolivie, au Paraguay, au Brésil et en Uruguay. Elle se concentre autour des lagunes, ruisseaux et marécages dont elle fouille la vase avec son bec pour se nourrir d’insectes aquatiques, petits mollusques et crustacés.

Bécasseau de Baird, Playero de Baird (Calidris bairdii)

Le bécasseau de Baird a de longues ailes, d’une envergure de 45 cm pour un corps de 15 cm. Ses longues plumes qui dépassent de la queue font de lui un excellent voleur. Il se reproduit en Alaska et au Groenland, puis migre pour l’hiver en traversant tout le continent américain du Nord au Sud, soit 6500 km. Sa tête est marron foncé, sa gorge blanchâtre, son court bec et ses petites pattes noires, sa poitrine chamois strié de marron, sa partie inférieure toute blanche. Il fréquente plages, marais, et le bord des fleuves et lacs. Il chasse les insectes dans les marécages et au bord de l’eau. Il se nourrit surtout de larves, de scarabées, de sauterelles et d’araignées.</a<

Cormoran de Gaimard, Cormorán gris o chuita (Phalacrocorax gaimardi)

Le cormoran de Gaimard est bon nageur, bon pêcheur, et s’alimente de poisson, crustacés et algues. Il a le dos noir, le ventre blanc et un long cou en S. Il habite les côtes marines au large du Pérou, du Chili et de l’Argentine. Le guano des colonies de cormorans de Patagonie est récolté pour servir de fertilisant. Cet oiseau marin est essentiellement solitaire quoiqu’il s’observe parfois en petits groupes. Il niche dans les anfractuosités des parois rocheuses sur les ilots isolés le long des côtes.

Cormoran impérial, Cormorán imperia (Leucocarbo atriceps)

Le cormoran impérial mesure plus de 70 cm avec une envergure de 124 cm. Il a le dos noir et le ventre blanc, une belle crête noire et un étonnant contour des yeux bleu avec un peu de rouge. Il se distingue cormoran à ventre blanc par la blancheur de sa tête, contrairement à ce cousin qui a la joue noire. Ses pieds sont bien palmés ce qui lui permet de compenser sa difficulté à voler par une grande habileté pour plonger et nager sous l’eau. Il peut quitter souvent sa nichée toute la journée pour chercher poissons et crustacés. Il protège son nid avec des algues et des petites pierres, en profitant des abris naturels des roches de la côte ou des îles, des anciens pontons ou des épaves de bateaux. Il y voisine d’ailleurs souvent en Terre de Feu, aux Malouines et en Antarctique avec les colonies d’albatros, de manchots et d’otaries à crinière.

Cormoran vigua, Cormorán neotropical o biguá (Phalacrocorax brasilianus)

Le cormoran vigua fait 65 cm de long pour 1 m d’envergure et un poids de 1 à 1,5 kg. On le reconnait à sa longue queue et son cou en forme de S. Son plumage est noir avec une tache jaune-brun à la gorge. Il vit en Amérique tropicale et subtropicale, depuis le golfe du Mexique jusqu’à l’extrémité sud de la Patagonie. Il se nourrit principalement de petits poissons, mais aussi de têtards, grenouilles et insectes aquatiques. Il sait s’organiser avec d’autres oiseaux pour battre des ailes dans l’eau afin de rabattre le poisson. Il est très à l’aise sous l’eau grâce à ses pattes puissantes qui le propulsent en avant.

Albatros à sourcils noirs, Albatros de ceja negra (Thalassarche melanophris)

L’albatros à sourcils noirs est un des plus grands des oiseaux marins capables de voler, avec ses immenses ailes blanches de plus de 2,5 m d’envergure. Sa blancheur immaculée est ponctuée de gris sombre sur le dessus des ailes, au niveau de sa bande oculaire, ainsi que le long de bandes sur la queue et sous les ailes. Il est doté d’une glande de dessalage qui lui permet de boire l’eau de mer en rejetant le sel excédentaire par les narines. Il se distingue de l’albatros à tête grise par son bec jaune orangé alors que ceux-ci l’ont noir bordé de jaune. Il se plaît en pleine mer et revient se reproduire annuellement sur une île. Il peut parcourir de très longues distances en planant, mais la taille de ses ailes lui impose de courir contre le vent ou se jeter d’une falaise pour décoller. Il se nourrit de poissons, poulpes, calamars, crustacés et méduses.

Goéland dominicain, Gaviota cocinera o gaviota dominicana (Larus dominicanus)

Le goéland dominicain est un grand oiseau blanc aux ailes noires dont le cri a la sonorité d’un rire. Il vit en colonies le long des côtes de Patagonie, de Terre de Feu et dans la région des lacs. Il s’alimente de poissons, mais aussi d’œufs, d’oisillons, et même de peau des baleines franches.

Mouette de Patagonie, Gaviota capucho café (Chroicocephalus maculipennis)

La mouette de Patagonie est un petit oiseau proche de la mouette rieuse, avec un capuchon brun sombre sur la tête. Son dos et le dessus de ses ailes sont gris pâle, sa queue est blanche, et son cou est noir comme la partie inférieure de son corps. Il prend un reflet rose lors de la période de reproduction. Son bec et ses pattes sont rouges. Elle survole le littoral océanique d’Amérique du Sud, du Chili et de l’Uruguay jusqu’à la Terre de Feu et aux Iles Malouines. Elle se nourrit de petits poissons, mollusques et crustacés de mer, étangs, fleuves, lacs et marais. Habile en vol, elle chaparde leur nourriture aux autres oiseaux et capture ses proies directement à la surface de l’eau. C’est un oiseau grégaire, dont les colonies peuvent accueillir 500 nids d’où s’élève un perpétuel charivari de croassements et hurlements.

Pétrel géant, Petrel gigante antártico, petrel gigante común (Macronectes giganteus)

Le pétrel géant est un petit albatros, qui peut peser de 3,6 à 5 kg pour une envergure de quasi deux mètres. Il est adapté au froid de la Patagonie quelque soit son plumage, clair ou foncé. Il niche sur des îles antarctiques et Malouines, au large de la Patagonie et de la Terre de Feu. Il se reconnait au bout de son bec verdâtre, à la différence du pétrel de Hall qui l’a rouge et noir. Opportuniste, il se met souvent dans le sillage des navires de pêche, pour se nourrir des déchets de poisson rejetés. C’est aussi un charognard, qui mange les cadavres de manchots, de phoques et d’éléphants de mer.