Che Guevara, le mythe de la révolution

Che Guevara, le mythe de la révolution

Découvrez l’histoire de Ernesto « Che » Guevara, né en Argentine avant de devenir un symbole universel, de Cuba à la Bolivie.

Ernesto Guevara
																															

On trouve bien, dans les magasins de souvenirs de la rue Florida à Buenos Aires, des affiches du Che, mais, à part ça, rien ni personne ne rappelle qu’Ernesto Guevara est l’Argentin le plus connu au monde, comme si le mythe n’était plus argentin mais universel. L’Argentine s’est dépossédée de son héros au point que même certains de ses admirateurs le croient Cubain (il a eu les deux nationalités).

En octobre 2007, pour les 40 ans de sa mort, des hommages lui ont été rendus en Bolivie, où il a été tué, à Cuba, où il a participé à la révolution, mais pas en Argentine. L’une des plus grandes icônes des temps modernes n’a même pas une rue à son nom dans la capitale de son pays, malgré plusieurs demandes d’élus municipaux. Un musée privé a fonctionné quelques années mais a dû fermer. Pourtant, en 2007, Ernesto Che Guevara a été choisi par les téléspectateurs de l’émission Gen Argentino comme l’une des cinq figures les plus marquantes de l’histoire argentine.

Pour retrouver la trace d’Ernesto Guevara, il faut aller à Rosario, sa ville natale. Pour les 80 ans de sa naissance, en juin 2008, elle a fait un geste en installant une statue de 4 mètres de haut, œuvre en bronze du sculpteur Andrés Zerneri construite grâce aux dons de milliers de personnes, sur une place qui porte désormais son nom.

musee che guevara alta gracia
																  															  

Guevara n’a vécu que quelques jours à Rosario, sa famille étant de Buenos Aires. Il est le premier des cinq enfants d’Ernesto Rafael Guevara Lynch et Celia de la Serna, une famille de l’aristocratie argentine. Il passe ses premières années entre la capitale et Caraguatay, dans la province de Misiones, où ses parents ont une plantation d’herbe à maté.

En raison de l’asthme dont souffre Ernesto, la famille déménage dans la province de Córdoba à la recherche d’un climat plus sain. Les Guevara s’installent à Alta Gracia, dans la Villa Nydia aujourd’hui transformée en musée. Ernesto y passe son enfance et son adolescence. Il s’y fait deux très bons amis, Carlos Calica Ferrer et Alberto Granado, avec qui il voyagera en Amérique latine quelques années plus tard. Après ses études secondaires, les Guevara rentrent dans la capitale en 1947 où Ernesto entame des études de médecine ; il sera diplômé en 1953.

La Poderosa
																															

En 1950, il entreprend le premier de ses longs voyages initiatiques à travers le continent. Il parcourt en bicyclette à moteur les provinces pauvres du Nord-Ouest argentin: Santiago del Estero, Tucumán, Salta, Jujuy, etc. En 1952, il part avec Alberto Granado et sa moto Poderosa II pour neuf mois à travers l’Amérique du Sud. C’est sa rencontre avec un proche du Parti communiste péruvien dans une léproserie qui influencera ses engagements révolutionnaires.

Lors de son séjour à Mexico de 1954 à 1956, il intègre le Mouvement du 26 Juillet des Cubains emmenés par Fidel Castro. La suite est connue: la révolution cubaine, la victoire des guérilleros en janvier 1959, la participation du Che Guevara au nouveau gouvernement, où il met en œuvre la réforme agraire puis les nationalisations et la planification centralisée.

Internationaliste, Guevara est partisan de l’organisation de la lutte armée par des foyers de guérilla. En 1963, il envoie un groupe en Argentine. Dirigé par Jorge Masetti, l’Ejército Guerrillero del Pueblo (EGP) s’installe à Salta. C’est un échec. A partir de 1964, le Che dirige lui-même des troupes révolutionnaires. D’abord au Congo, où il essuie encore un échec, puis en Bolivie, où il débarque en 1966.

Che Guevara et Camilo Cienfuegos
																  															  

Après des mois d’errance et de combats sporadiques, privés de soutiens, le Che et quelques survivants de son groupe sont capturés le 8 octobre 1967 dans le village de La Higuera. Il est exécuté le lendemain par des militaires boliviens, en présence d’agents de la CIA. Les guérilleros ont été enterrés dans une fosse commune clandestine. Les restes du Che ne seront retrouvés qu’en 1997 et transférés à Cuba, où ils reposent dans un mémorial à Santa Clara.

Inspirée par le marxisme et le communisme, l’idéologie du Che Guevara, qui s’articule autour de la guerre de guérilla et de la classe paysanne, donnera naissance à un courant propre, le guévarisme. Nombre d’intellectuels et de politiques, beaucoup de jeunes dans le monde entier se réclament depuis de son héritage et de son idéalisme. La photographie prise par Alberto Korda en 1960 est la plus diffusée dans le monde, une image de héros romantique qui a fait perdurer le mythe.

A voir
-Le Musée Che Guevara sur le site d’Alta Gracia. Ouvert tous les jours. Avellaneda 501, Alta Gracia, Córdoba.