Voyage à Iruya, Nord-Ouest Argentin

Découvrez toutes les informations autour de ce charmant village d’altitude, dans les Andes argentines.

Géographie et climat d'Iruya

A partir de Humahuaca, la route 9 menant jusqu’au col du Condór qui s’élève majestueusement à 4.000 m d’altitude, est splendide. Les montagnes et leur beauté minérale ainsi que les groupes de moutons, lamas et chèvres qui s’éparpillent paisiblement dans l’immensité du paysage, donnent l’impression d’un autre monde.

Après avoir passé le col qui marque la frontière entre les provinces de Salta et Jujuy, une route graveleuse de 50 km (la route 133) donne accès à Iruya, village de 1 070 habitants, à 2 780 m d’altitude. Iruya se situe au-delà de la Quebrada de Humahuaca, à 75 km au Nord d’Humahuaca et à 315 km de la ville de Salta. Le village, encerclé par des falaises verticales, comme accroché à la montagne, est installé entre la Sierra Zenta, le Río Iruya et le Río Milmihuasi.

Iruya bénéficie du climat de la région de la Quebrada de Humahuaca. L’amplitude thermique est très importante toute l’année, surtout en altitude, il faut donc prévoir aussi bien des vêtements légers que des affaires plus chaudes. En effet, les températures dans la journée peuvent être élevées mais par contre, les nuits sont froides. L’hiver (juin à septembre) est plutôt sec et frais et l’été (novembre à mars) chaud et humide (orages). Voir notre fiche : Quand partir en Argentine

Histoire d'Iruya

Iruya fut officiellement fondée en 1753 par les Espagnols, cependant, des actes de naissances retrouvés à Humahuaca, indiquent qu’il y avait déjà potentiellement des habitants installés à cet endroit un siècle auparavant. Des vestiges proches d’Iruya comme les ruines de Titiconte, tendent à appuyer cette théorie également.

La population vivait de l’agriculture (c’est encore beaucoup le cas aujourd’hui), et le troc faisait partie intégrante du quotidien des habitants : c’est ce concept qui leur permettait de survivre, en variant leur alimentation.

Traditions, culture et folklore à Iruya et au Nord-Ouest

Le folklore d’Iruya est caractéristique de la culture de la région de la Quebrada de Humahuaca, l’une des mieux conservées du pays. Les traditions sont particulièrement respectées dans la ville, et très populaires. Le peuple est attaché à son folklore et se déplace volontiers des alentours, pour participer aux réjouissances. En effet, ponctué d’influences indiennes et des gauchos, loin d’être une culture du passé que l’on ne ressort que pour les fêtes, le patrimoine traditionnel de la région est un art vivant, partagé par tous.

 

Ici, il est fréquent qu’au cours d’un événement festif, les villageois se réunissent en groupe, formant un cercle, pour chanter des coplas (poésie chantée) ensemble, pendant des heures.

La Pachamama est également l’une des traditions religieuses les plus imprégnées et représentatives de la culture locale : pour l’occasion, on ne manque pas de mettre à disposition des offrandes destinées à la Terre Mère, pour la remercier de ce qu’elle apporte au peuple.

Traditions, culture et folklore à Iruya et au Nord-Ouest

La fête de la Pachamama (août), la Semaine Sainte (avril) et le Carnaval (février) sont, comme dans tous les villages alentours, des manifestations très importantes et populaires à Iruya.

La Fiesta del Trueque – octobre : la culture du troc entre les communautés a toujours fait partie des traditions d’Iruya. Lors de cette fête du troc, éleveurs et agriculteurs des régions alentours se rejoignent pour échanger leurs produits du terroir. Les fruits, les légumes, mais aussi le charqui (viande séchée), le chuño (petite pomme de terre), le quinoa (céréales), le maïs sec et certains produits artisanaux (plats, céramiques…) se rencontrent lors de cet événement très réputé. Des foires au troc sont organisées toutes l’année.

La Fiesta del Rosario – octobre : en hommage à la sainte patronne du village, cette fête patronale anime Iruya de ses processions festives. Les gens, dans une ambiance de liesse, peuvent assister à des défilés musicaux accompagnés les danseurs typiques, masqués et déguisés  » les cachis « , qui symbolisent la lutte éternelle entre le bien et le mal.

Musées et monuments : que visiter à Iruya ?

L’église Nuestra Señora del Rosario : d’une jolie teinte jaune pâle, elle fut fondée au XVIIIe siècle.

Le quartier de la Tablada : en bas de la rue San Martín, ce quartier est insolite car comme en suspend au-dessus des gorges.

Le belvédère d’Iruya : l’allée qui mène au belvédère monte jusqu’à une croix. Ici, le point de vue sur les montagnes, la vallée et le village, offre un beau panorama.

Le cimetière : si l’on suit le chemin qui part au niveau de l’hôtel principal, on arrive au pittoresque cimetière du village et si l’on continu un peu plus loin, au hameau de Miraflores où l’on peut découvrir quelques ranchos (fermes) traditionnels.

Gastronomie : que manger à Iruya ?

Iruya ne déroge pas à la règle : l’alimentation des habitants est basée en grande partie sur la culture andine, notamment car l’amplitude thermique de la région favorise la production de certaines denrées comme le maïs, la pomme de terre, le quinoa ou encore la viande de lama.

On rencontre également dans le village les plats qui font la réputation du Nord-ouest argentin, à savoir:

Empanadas : les traditionnels petits chaussons fourrés au fromage, à la viande ou aux légumes font partie des incontournables de la région et du pays.

Tamal : pâte à base de farine de maïs, farcie à la viande, et cuite dans une feuille de maïs.

Locro : ragoût à base de maïs, haricots blancs, courge, bœuf (parfois porc), tripes, lard. La texture de ce plat nourrissant est en général assez crémeuse.

Humita : pâte à base de choclo (maïs jeune), de sucre et de lait, cuite dans la feuille du maïs.

Cayote : un fruit local, à consommer en confiture ou pâte de fruit.

Coca : on trouve les feuilles de Coca dans les épiceries de la région, et des infusions dans les cafés. Il faut savoir que la possession de ces feuilles de coca en grandes quantités, leur vente, est interdite en Argentine, mais que la consommation en petite quantité, pour l’infuser ou la mâcher, est tolérée.

Restaurants : où manger à Iruya ?

Quelques comedores sont parsemés çà et là dans le village et proposent une cuisine simple et traditionnelle.

Le Comedor Iruya, est un lieu sympathique où se restaurer, à deux pas de la place centrale. Avec son toit de taule bien typique, cet endroit sert des plats sans prétention mais généreux et très bons. Tina, la tenante du lieu, promet un accueil et un service de qualité. La tortilla de quinoa con queso de cabra et la tortilla de verduras font leur petit effet.

Le restaurant de l’Hostería Iruya est une autre option pour déjeuner ou dîner. Cet hôtel/restaurant à la carte, bénéficie d’un superbe panorama qui surplombe la vallée et rend l’expérience culinaire bien appréciable.

Bars et peñas : où sortir à Iruya ?

Les endroits où prendre en verre ne courent pas les rues d’Iruya. Néanmoins, le Comedor de Iruya, et les restaurants de l’Hostería Iruya et du Federico III peuvent s’avérer être de bons lieux de substitutions.

Shopping : qu'acheter à Iruya ?

Peu d’opportunités en ce qui concerne le shopping à Iruya.

L’Hostería Iruya détient un petit magasin de souvenirs mais la meilleure option et de s’approvisionner en gadgets de toutes sortes, ponchos et autres objets diverses, dans les villes avoisinantes (Tilcara, Purmamarca…).

Hôtels et estancias : où se loger à Iruya et ses environs ?

Notre sélection d’hôtels à Iruya et ses environs :

À Iruya

Hostería Iruya : l’hôtel bénéficie d’une situation idéale : il est situé sur les hauteurs d’Iruya. Dominant ainsi le village, il révèle une vue exceptionnelle. Les chambres sont belles, spacieuses, lumineuses et le mobilier confortable. La perspective de la terrasse ensoleillée en pierre est splendide.

À Tilcara

Hôtel Boutique Las Marias : hôtel boutique spacieux et confortable qui bénéficie d’un cadre exceptionnel et d’une magnifique vue sur la vallée de Humahuaca.

Hôtel Rincón de Fuego : auberge luxueuse de style andin, oasis de fraîcheur et de calme. Etape gastronomique.

Transports : comment se rendre à Iruya ?

Plusieurs routes et moyens de transport vous emmènent jusqu’ à Iruya.

En bus : la connexion se fait entre Humahuaca, Tilcara et Iruya. Vigilance en été : lorsque la crue du Río Iruya est trop importante, le bus s’arrête parfois à quelques kilomètres du village. Le reste du temps, le bus vous dépose près de l’église. A noter qu’une gare routière est en construction.

En voiture : Iruya se situe au Nord à 75 km d’Humahuaca, à 115 km de Tilcara et à 315 km de Salta. L’accès se fait par la route 9, puis par la route 133, sur 50 km, en passant par le Col du Condór.

Dans les environs d'Iruya

Site archéologique de Titiconte : peu connu encore des touristes, le site de Titiconte est pourtant d’un intérêt archéologique incontestable. Un ensemble d’habitations en ruine, au-dessus duquel on peut régulièrement apercevoir des condors virevoltant dans les airs : le lieu est inhabituel.

San Isidro : à 8 km d’Iruya, San Isidro, perché dans la montagne et cerné de torrents, est un autre site qui peut valoir le coup d’œil si on aime la randonnée. Accessible avec un guide, notamment car en été les rivières montent.

Circuits passant par la ville d'Iruya

Argentina Excepción propose plusieurs voyages à la découverte de la région du Nord-ouest Argentin en passant par Iruya. Voici quelques exemples :

Voyage d’exception du Nord-ouest aux chutes d’Iguaçu : 15 jours avec chauffeur-guide pour un parcours qui dévoile deux Argentines : celle de l’Altiplano, des cactus et des monts multicolores et plus à l’Est, celle de l’Amazonie et des grandes chutes d’Iguaçu.

Autotour circuit de Cachi à Cafayate et de Salinas Grandes à Tilcara : 12 jours en catégorie charme, passant par les plus beaux sites de la région du Nord-ouest, territoire riche de sa culture, son histoire, ses traditions et son archéologie.

Tous nos séjours en Patagonie et en Argentine