Voyage aux ruines de Quilmes, Nord-Ouest Argentin

Informations de voyages sur le site exceptionnel des ruines de Quilmes, dans la province de Tucumán.

Situation géographique des ruines de Quilmes

Dans la petite province de Tucumán, à 60 km au Sud de Cafayate et à 30 km au Nord de Santa María, se trouvent les incroyables ruines de Quilmes. Perchées à 1.855 m d’altitude, au pied du Cerro Alto del Rey, elles sont les plus conséquentes du pays. Elle sont connues et l’ultime bastion indigène avant la colonisation espagnole.

Cette ancienne cité, dont la structure labyrinthique est bâtie en étages, de la vallée à la colline, etaujourd’hui partiellement restaurée, fut fondée au XIe siècle, par la population indienne Quilmes.

Le site, particulièrement intéressant et fascinant, est d’une importance stratégique et historique notoire : en effet, l’architecture du lieu lui a permis de jouer un rôle défensif capital pour ses habitants. Le peuple a ainsi pu résister à l’invasion des Incas dans les années 1480 et à celle des conquistadors espagnols ensuite, pendant 130 ans.

Néanmoins, en 1667, les indiens Quilmes cèdent et sont contraints de se rendre aux colonisateurs. Cette forteresse en hauteur est d’autant plus remarquable qu’elle abritait, sur 30 hectares, l’une des populations préhispaniques les plus importantes des vallées calchaquíes. En effet, la cité comptait environs 4.000 habitants à son apogée.

Climat : quand se rendre sur le site des ruines de Quilmes ?

Les montagnes environnantes ont tendance à retenir les vents humides provenant de l’Atlantique, qui s’élèvent ensuite et entraînent des précipitations qui sont abondantes en été (décembre à mars). Cela confère à la province de Tucumán le surnom de « jardin de la république » : en effet, la végétation de la région est luxuriante. Des mouches assez gênantes peuvent se trouver sur le site également, parfois en grand nombre. Mieux vaut prévoir un répulsif.

L’hiver (juin à septembre) est plutôt doux dans la zone des ruines de Quilmes, même si les nuits sont, par contre, assez fraîches. Il peut faire très chaud en été, et il est particulièrement recommandé d’avoir avec soi de quoi se protéger du soleil : eau, lunettes de soleil, crème protectrice, chapeau ou casquette. En effet, il n’y a pas d’ombre sur le site. En outre, il est préférable d’éviter les heures les plus chaudes de la journée, pour visiter le lieu. Voir notre fiche : Quand partir en Argentine.

Histoire des ruines de Quilmes

C’est le peuple Quilmes, très avancé socialement et économiquement, et faisant partie de la civilisation indienne Diaguita, qui est à l’origine de la construction de la cité, au XIe siècle. La population indigène a été attirée par le terrain de la vallée, particulièrement fertile et donc intéressant.

Les habitants étaient des agriculteurs, récoltant du maïs, du quinoa ou encore des pommes de terre et élevant des lamas, pour se fournir en lait, viande et laine. Ces bêtes servaient également d’animaux de trait.

Fière et forte de l’ingénieuse architecture de sa petite ville, la communauté Quilmes a pu résister courageusement à l’invasion de l’Empire Inca au XVe siècle, puis, pendant 130 ans à celle des espagnols.

Finalement, en 1667, les conquistadors ont raison du peuple indien. Les 260 familles Quilmeñas du village se voient réduites à se rendre à pied, dans des conditions extrêmes, aux alentours de Buenos Aires, à plus de 1.000 km de là.

Les conséquences sont tragiques : plutôt que de se soumettre aux espagnols et pour ne pas abandonner leur culte, certains indiens Quilmes vont s’immoler, tandis que d’autres trouvent la mort sur le chemin qui les mènent à l’actuelle ville de Quilmes.

Enfin, le site fut en grande partie restauré en 1978.

Visiter les ruines de Quilmes

Grâce aux travaux de reconstruction et de restauration, la visite des ruines de Quilmes s’avère très intéressante.

En plus de déambuler dans l’ancienne cité, on peut également emprunter les sentiers qui mènent au sommet du Cerro Alto del Rey, près des deux forteresses qui se tiennent là majestueusement, pour avoir un point de vue imprenable sur le site et un panorama magnifique sur les paysages environnants.

Le musée, qui abrite une collection d’objets archéologiques notamment et qui se situe au pied des ruines, offre au visiteur l’occasion de mieux comprendre le mode de vie et l’organisation de la fabuleuse communauté indienne.

Pour avoir la chance de faire des photos des plus réussies, il est préférable de se rendre sur le site en fin d’après-midi, vers 16h par exemple. En effet, la luminosité rend le lieu encore plus beau.

Hôtels et estancias : où se loger aux environs des ruines de Quilmes ?

Notre sélection d’hôtels aux environs des ruines de Quilmes.

À Tolombón
Hôtel Boutique Altalaluna : au milieu des Vallées Calchaquies, cette maison mystique vous accueille chaleureusement. Le cadre est pittoresque, l’air est pur et chaque chambre conjugue avec raffinement espace, art et confort. Le restaurant propose des mets délicats et particulièrement savoureux, et vous profitez des grands crus qui font la richesse de la région.

À Cafayate

Hôtel Cafayate Wine Resort : établissement luxueux, au cœur de magnifiques vignobles, face au paysage mythique de la Vallée des Calchaquies. Chaque chambre est orientée vers la montagne ou vers le vignoble, organisée autour d’un joli patio. L’hôtel dispose d’une cave avec de très bons vins cabernet sauvignon et torrontés.

À Tafí del Valle

Estancia Las Carreras : construite par les jésuites en 1718, cette charmante ferme agricole est située dans un lieu magique, entouré de montagnes où la réalité se mêle à une atmosphère d’un autre temps. Chaque chambre est subtilement décorée avec des matériaux naturels et des tissus artisanaux, et possède une atmosphère à la fois élégante et pittoresque. Enfin, vous dégusterez une cuisine faite-maison qui met en valeur les produits de l’estancia : différents fromages ou encore de succulentes fraises.

Transports : comment se rendre sur le site des ruines de Quilmes ?

Plusieurs routes et moyens de transport vous emmènent jusqu’aux ruines de Quilmes.

En voiture : que l’on vienne du Nord (Cafayate à 60 km) ou du Sud (Santa María à 30 km), on empruntera la Route 40 pour se rendre sur le site de l’ancienne cité indienne. Il faut cependant quitter la route principale une fois arrivé à l’intersection qui indique les ruines, et continuer sur la piste de 5 km qui achève le trajet jusqu’aux vestiges.

De l’Ouest (Tafí del Valle est à 74 km), on arrive aux ruines de Quilmes par la route 307, la Route 40, puis la piste de 5 km.

En bus : les transports en commun des villes de Cafayate, Santa María et Tafí del Valle desservent le site de Quilmes. La fréquence est bonne : certains bus font la liaison plusieurs fois par jours. Toutefois, l’arrêt se trouve à l’intersection de la Route 40 et de la piste qui mène jusqu’aux ruines, il faut donc finir le trajet à pied.

Depuis Tafí del Valle, une solution est plus confortable : en prenant le bus et en s’arrêtant à Amaicha del Valle, on peut prendre une jeep qui se rendra directement sur place.

Dans les environs des ruines de Quilmes

Amaicha del Valle : à une vingtaine de kilomètres des ruines de Quilmes se trouve le village Amaiche del Valle, imprégné de culture indienne et particulièrement réputé pour son artisanat (objets, tapis, céramiques, se vendent le long de la route), et pour son musée de la Pachamama.
Ce musée est un lieu plutôt insolite, parsemé de sculptures en pierre et en cactus. Inauguré en 1998, les collections, exposées dans les salles et en plein air, comprennent des toiles, céramiques, tissages ou encore espace géologique et anthropologique (herbes médicinales, reconstitution d’une maison indienne…).

La particularité de l’endroit réside surtout dans le fait que l’architecture de l’édifice renvoie directement aux croyances calchaquies : des galets ornent les murs du bâtiment ainsi que le sol, et forment les figures emblématiques des cultes vénérés, comme la Pachamama (la Terre Mère), El Inti (le Dieu Soleil) ou encore Quilla (la Déesse de la Lune). Finalement, l’extérieur du musée et presque plus fascinant que l’intérieur.

L’observatoire astronomique Ampimpa : il se situe sur la route 307, à 12 km au Sud d’Amaicha del Valle. L’endroit est une bonne étape si l’on veut diversifier ses visites : on peut y observer le soleil le jour et le ciel étoilé la nuit. Le lieu héberge également un point de restauration et un petit cinéma en 3D. Il est conseillé de réserver.

Le Parque de los Menhires : à 12 km au Sud de Tafí del Valle, ce parc abrite une belle collection de plus de 100 menhirs sculptés. Réalisées il y a plus de 2.000 ans, ces œuvres ont été retrouvées dans la région. Le site est intéressant.

Cafayate : la ville, située dans la deuxième région viticole du pays, est une bonne étape pour rayonner aux alentours. D’une charmante ruralité, elle héberge de nombreux artistes et artisans. Le musée archéologique présente de belles pièces de céramiques et de poteries.

Par ailleurs, les bodegas de Cafayate et de la région ouvrent souvent leurs portes pour des visites et dégustations. La Catedral Nuestra Señora del Rosario, construite en 1890-1895, est singulière. Elle se distingue notamment par ses cinq nefs étroites, architecture peu commune.

A partir de Cafayate, d’agréables chemins longent les vignobles et révèlent de splendides vues sur la vallée. Une marche de 6 km part de la ville pour amener le promeneur jusqu’au Río Colorado, en passant par des cascades où il est possible de se baigner. En ouvrant l’œil on peut même avoir le plaisir de découvrir des peintures rupestres quelque peu dissimulées.

Circuits passant par le site des ruines de Quilmes

Argentina Excepción propose plusieurs voyages à la découverte de la région du Nord-ouest Argentin en passant par les ruines de Quilmes. Voici quelques exemples :

Voyage d’exception au Nord-ouest, de Cafayate à Humahuaca et de Cachi à Iruya: 12 jours exceptionnels avec chauffeur-guide, entre couleurs et exotisme, pour admirer des paysages d’une grande beauté, dans une région riche en histoire, culture et archéologie. Logement en hôtels de charme.

Autotour d’Angostura à Purmamarca et de Cachi à Iruya : 14 jours en catégorie exception, à travers une nature exubérante, de somptueux paysages, des lacs quasi-inhabités, immergé dans l’exotisme, l’histoire et l’archéologie. Un beau séjour pour découvrir la nature et la culture de l’Argentine.

Autotour de Salta à Jujuy, de Tucumán à Iruya : 12 jours d’exception le long d’un parcours dans le Nord-ouest argentin, qui offre une palette de paysages d’une grande beauté et originalité. Cette région est en outre, riche en histoire, culture et archéologie.

Tous nos séjours en Patagonie et en Argentine