Circuit San Antonio de Areco et Luján, Buenos Aires

Visite de San Antonio de Areco et de Luján

Découvrez ces deux villages traditionnels de la province de Buenos Aires.

À seulement quelques dizaines de kilomètres de la capitale, l’opportunité vous est donnée de découvrir l’âme argentine, à travers deux sites incontournables de la province de Buenos Aires.

San Antonio de Areco, tout d’abord, est une invitation à rencontrer la culture des gauchos, ces légendaires « cow-boy » d’Amérique du Sud, dans le village considéré comme leur sanctuaire. Riche d’une histoire vieille de plus de trois siècles, San Antonio de Areco est digne d’intérêt à plusieurs égards. Découvrir ce village permet de revivre l’histoire du campo argentin au travers de ses habitants et de ses artisans, de ses musées ou pulperías, mais aussi en approchant la vie des estancias.

La deuxième étape de la journée vous emmène à Luján, autre lieu majeur pour qui veut connaître l’histoire de ce pays. Plus important centre de pèlerinage du pays, ce lieu attire chaque année plusieurs millions de personnes. Impossible de parler de la ville sans évoquer son impressionnante basilique néo-gothique, ou encore son immense musée retraçant l’histoire nationale. Une étape culturelle et historique incontournable.

San Antonio de Areco, capitale de la culture gauchesca

Départ pour la journée. Les immeubles laissent peu à peu la place aux grandes étendues planes et verdoyantes. Vous délaissez l’univers urbain de la capitale, et parvenez au bout d’une heure à San Antonio de Areco. L’histoire de ce village commence lors des invasions indiennes dans la région, entre 1710 et 1714, lorsque des premiers foyers de population se constituèrent pour se défendre. Les familles installées survécurent et en remerciement érigèrent un oratoire en l’honneur de San Antonio de Padua. Il devint par la suite une chapelle, puis une église paroissiale en 1731, créant ainsi le village.

Cet édifice fondateur de San Antonio domine aujourd’hui la Plaza Mayor, point de départ de votre visite. Vous traversez cette superbe place ombragée par de gigantesques arbres, puis entrez dans le musée national et atelier ouvert de la platería créole, l’artisanat de l’argent ayant également construit la réputation du village. Vous continuez de flâner dans les boutiques des artisans, puis partez vous perdre dans les ruelles coloniales typiques du XIXè siècle, dont l’histoire vous est contée par votre guide. Vous pouvez aussi faire un détour par l’église de San Patricio, construite en 1902 et témoignage de l’influence de la communauté irlandaise locale depuis la vague d’immigration du début du XIXè siècle. Vous poursuivez votre chemin et faites une halte au centre culturel ex-Usina, ancienne usine de production d’électricité, créée en 1901 et reconvertie depuis en espace culturel. Les expositions permanentes sur la cuture gauchesca y côtoient des expositions temporaires plus récentes.

En sortant du centre du village, vous arrivez au parc San Martín. Vous passez le Puente Viejo qui enjambe la rivière Areco, pour arriver au célèbre parc Criollo et au musée gauchesque Ricardo Güiraldes. Cet auteur, qui à vécu à San Antonio, est devenu célèbre avec son œuvre Don Segundo Sombra, publiée en 1926 et pour laquelle il a reçu le prix national de littérature. Ce livre est un roman d’apprentissage, celui d’un jeune homme qui devient gaucho en découvrant les valeurs et la culture du campo. Si le héros a réellement existé et serait bien né à San Antonio, son histoire fut largement romancée. Elle est néanmoins restée comme une oeuvre majeure de la culture gauchesca.

En vous promenant dans le parc vous rencontrez le musée gauchesque, qui reproduit une estancia du XVIIIè siècle, et la pulpería La Blanqueada. Les pulperías, qui existent toujours dans les villages, ont joué un rôle important dans la vie du campo argentin. Elles faisaient office, dans les zones rurales de la province, d’épicerie et de café, mais aussi de lieu de rencontre pour les gauchos. La Blanqueada est restée célèbre pour avoir été le lieu de l’une des scènes de Don Segundo Sombra. Elle fut déclarée monument historique national en 1999, avec plusieurs hauts lieux de San Antonio que vous pouvez visiter, comme le parc criollo et son musée, l’église paroissiale, l’édifice de la mairie ou le quartier de l’estancia La Porteña.

Fête de la Tradition de San Antonio de Areco

Sanctuaire gaucho, San Antonio de Areco se transforme en sa capitale nationale lors du Día de la Tradición. Depuis 1939, le village voit se rassembler en novembre des centaines de gauchos, autour de mêmes rites immuables. Après le défilé, les gauchos et leurs troupeaux se rejoignent pour la doma et la destreza, le domptage et des jeux d’adresse à cheval. Un moment fort pour tout voyageur car sans aucun doute, l’âme de l’Argentine se trouve ici.
Cette visite se conclut par un traditionnel asado argentin à l’estancia El Ombú. Construite en 1880, cette superbe estancia élève aujourd’hui des bœufs sur 300 hectares, et dispose de 28 chevaux. Avant de reprendre la route, vous pouvez profiter du parc de 4 hectares.

Luján, lieu d'histoire et de pèlerinage

Bien avant d’arriver à Luján vous apercevez déjà sa basilique néogothique, surgie de la plane pampa pour culminer à 106 m de hauteur. Vous vous en approchez lorsque vous avez atteint le centre de la ville, et son caractère monumental se confirme. Les marches de marbre blanc de l’entrée, les portes en bronze ou les flèches en cuivre qui chapeautent l’oeuvre attirent immédiatement votre attention. Votre guide vous raconte l’histoire de la basilique, et vous aide à appréhender les différents ouvrages que celle-ci contient. Construite entre 1889 et 1937 par l’architecte français Ulderico Courtois, elle est devenue depuis le symbole de la ville.

Vous prenez le temps de découvrir la basilique, puis ressortez sur la place Belgrano, centre historique de la ville. Elle fut d’abord appelée place royale, car la rue qui débouche sur celle-ci était autrefois le chemin royal qui venait du Pérou. Non loin de là, vous rencontrez le complejo museográfico Enrique Udaondo. Situé dans les superbes bâtiments coloniaux de l’ancien cabildo, ce musée compte pas moins de 63 salles d’exposition et 30 000 objets qui évoquent l’histoire argentine, de la préhistoire aux années 30. Vous continuez votre parcours par le parc Ameghino, situé derrière le musée. Créé par le paysagiste français Charles Thays, connu notamment pour la réalisation des plus beaux parcs de Buenos Aires, cet espace de verdure près du fleuve se prête parfaitement à un moment de détente. Vous continuez de déambuler dans les rues de Luján, puis rentrez à Buenos Aires, riche d’avoir pu, l’espace d’une journée, approcher le cœur de la culture argentine.

L’histoire de la ville a commencé dès le XVIème siècle. Ainsi, si elle existe officiellement depuis 1755 avec la création du Cabildo, c’est le siècle précédent qui a fait de Luján ce qu’elle est aujourd’hui. En effet, la légende veut qu’en 1630 un convoi transportant des statues religieuses fit halte près du río Luján, et ne put repartir au matin. On en déduisit que la statuette en terre cuite de la Vierge Marie transportée souhaitait rester en ce lieu. Elle devint rapidement célèbre, et fait depuis l’objet d’un culte important. En 1930, Notre Dame de Luján fut déclarée Sainte patronne de l’Argentine, du Paraguay et de l’Uruguay, et le temple devint une basilique.

Attirant des millions de pèlerins chaque année, Luján est devenu au fil des siècles le plus haut lieu argentin du catholicisme, et l’un des plus importants d’Amérique du Sud. Deux moments de l’année sont particulièrement forts. Le 8 décembre, tout d’abord, avec la fête de l’Immaculée Conception qui donne lieu à un pèlerinage particulier. En octobre, ensuite, lorsque des centaines de milliers d’Argentins, mais également d’étrangers, partent de Buenos Aires et parcourent à pied près de 70 km pour se recueillir auprès de la Vierge de Luján.

Informations pratiques

Guide : selon votre choix, il peut être francophone, hispanophone ou anglophone.

Horaires et distances : départ à 9h de Buenos Aires. San Antonio de Areco se trouve à 133 km de Buenos Aires. Après la visite du village, déjeuner d’environ 2 heures, puis départ vers Luján, à 54 km. En fin d’après-midi, retour à Buenos Aires, à 68 km.

Déjeuner : estancia El Ombú.

Nuit à San Antonio de Areco : il est possible de dormir sur place, à l’hôtel Patio de Moreno. Nous consulter.