Visite du cerro et Parc provincial Aconcagua, Cuyo Argentin

Toutes les informations de voyage sur l’imposant mont Aconcagua et son Parc Provincial, dans la région du cuyo argentin.

Situation géographique dans le Parc Aconcagua

Au nord-est de la province de Mendoza, dans le département de Las Heras, trône fièrement le mont Aconcagua. Celui-ci est situé dans le Parc provincial, également réserve naturelle, qui porte son nom. La montagne recouverte de neiges éternelles, est particulièrement célèbre et pour cause : elle est en effet le point culminant de la cordillère des Andes, et surtout le plus le haut sommet du continent américain, avec ses 6.961 m d’altitude. On la surnomme le Colosse de l’Amérique ou encore le toit des Amériques.

Le Parc, connu pour abriter plusieurs montagnes de plus de 5.000 m, s’étend sur près de 71.000 hectares. Il est limité à l’ouest et au sud-ouest par la vallée de los Horconos, et au nord et à l’est par la vallée de las Vacas. Incontournable pour les grimpeurs chevronnés et amateurs d’andinisme, l’ascension du mont Aconcagua est possible, mais requiert une solide expérience. En effet, en altitude, les conditions climatiques sont bien souvent extrêmes : les vents sont parfois très violents et les températures peuvent descendre très bas. L’origine du nom de la fameuse montagne a suscité de nombreux débats. En effet, d’origine indienne, son appellation n’est pas facile à définir : pour certains, Aconcagua viendrait du quechua akon kahuak qui veut dire sentinelle de pierre, alors que pour d’autres, c’est la version aymara qui prime, car kon kawa signifie mont enneigé. Cependant, il existe encore d’autres versions sur l’origine du nom, toutes relativement différentes.

Quand se rendre dans le Parc Aconcagua ?

Se trouvant dans la partie de la cordillère nommée cordillère frontalière (cordillera del limite), le mont Aconcagua connait des conditions climatiques en général extrêmes et rigoureuses. Le climat est de type semi-désertique : les précipitations sont faibles et les vents violents. Les neiges éternelles au sommet de la montagne sont finalement peu importantes à cause de ces conditions. L’amplitude thermique est particulièrement conséquente dans la zone du mont, surtout au fur et à mesure que l’on progresse en altitude. La nuit, les températures peuvent être de -20, -30º, voire -60º au sommet de l’Aconcagua. Jusqu’à 2.800 m d’altitude, en été, les températures oscillent entre 30º le jour et -2º la nuit, et en hiver, entre 10º la journée et -15º la nuit.

Pendant la saison hivernale, il neige en-dessous des 4.000 m. Le mont Aconcagua abrite plusieurs glaciers : los Polacos, los Ventisqueros Güssfeldt, Horcones Inferior y Superior, et las Vacas. D’ailleurs, lors de la fonte des neiges se créent des pics de glaces au niveau des glaciers, que l’on appelle les pénitents et qui constituent un paysage fantastique et atypique. En été, les précipitations sont les plus abondantes, à cause des vents qui transportent l’humidité. Mais, contrairement aux vallées, le mont Aconcagua est plutôt bien ensoleillé pendant la saison estivale. Puisque les conditions climatiques sont relativement extrêmes, la biodiversité dans le Parc provincial et surtout au niveau des montagnes plus en altitudes, est réduite. Néanmoins, les espèces animales et végétales vivant sur le site représentent un intérêt bien particulier. Voir notre fiche : Quand partir en Argentine.

Histoire du Parc Aconcagua

Il n’existe pas de preuve réelle que les incas aient atteint le sommet de l’Aconcagua. Cependant, il semblerait que certains membres de ce peuple soient montés assez haut. En effet, un squelette de guanaco fut retrouvé en 1947, et l’animal n’aurait pas, à priori, pu gravir la montagne seul. Par ailleurs, une momie a été découverte en 1985 à plus de 5.000 m d’altitude sur la face sud-ouest du mont, le froid et la sécheresse ayant conservé le corps. Elle atteste de la présence d’un site funéraire précolombien sur la montagne.

Les ascensions : la première tentative d’ascension de l’Aconcagua a eu lieu en 1883, à l’initiative de l’allemand Paul Güssfeldt. Les conditions étant trop mauvaises, l’homme décida d’abandonner son aventure à plus de 6.500 m. La première ascension complète et victorieuse revient au guide alpiniste suisse Matthias Zurbriggen, qui gravit la montagne en 6 semaines, en janvier et février 1897. La face sud, la plus difficile à gravir, est vaincue en solitaire par le guide de haute montagne français, Ivano Guirardini en 1981. Des français étaient parvenus au sommet de l’Aconcagua en 1953 en escaladant la face sud, mais en groupe. En 1982, Norman Croucher Obe, un anglais handicapé de 40 ans, parvient à accéder à 5.300 m sur la plus haute cime des Amériques, avec ses jambes orthopédiques. En février 1986, l’espagnol Fernando Garrido bat le record du monde de permanence en hauteur : il restera plus de 60 jours au sommet de l’Aconcagua, avec des vents jusqu’à 200km/h, et des températures extrêmes. Celui qui est monté le plus haut est un chilien. Il avait en effet avec lui, sur son dos, une table démontable sur laquelle il se tint debout une fois arrivé au sommet, en 1986.

En 1994, c’est un groupe de non voyants espagnols qui réalise l’exploit. Cette même année, un couple allemand grimpe avec leur petite fille de 2 ans sur le dos. Au niveau du campement Plaza de Mulas, à 4.260 m, les aventuriers doivent rebrousser chemin car on leur interdit de monter plus haut. Enfin, en 2008, Jordan Romero fut à 14 ans, l’alpiniste le plus jeune de l’histoire de l’Aconcagua.

La flore dans le Parc Aconcagua

Puisque les conditions climatiques sont extrêmes sur le site de l’Aconcagua, la faune et flore que l’on rencontre dans la réserve naturelle sont particulières et bien spécifiques. En ce qui concerne les végétaux du Parc, on note tout d’abord une flore singulière dans les vallées : jusqu’à 3.500 m dans la valle de los Horcones, et jusqu’à 4.100 m, dans la valle de las Vacas. On rencontre ici des cactus, quelques plantes à fleurs, ainsi qu’une herbe caractéristique du lieu, qui croît très lentement en été.

Au printemps et au début de l’été, il n’est pas impossible de voir différents spécimens d’orchidées et la calandrinia, une très jolie fleur d’un vif rose fuchsia tirant sur le violet. En novembre c’est la saintpaulia qui montre ses belles couleurs : les petites fleurs rose ou violette de cette plante, forment une coquette grappe, comme un bouquet, accompagnée d’épaisses et nombreuses feuilles d’un beau vert foncé. Dans la steppe montagnarde, on rencontre de petits arbustes, comme le leña amarilla, un buisson à fleurs dorés, des plantes à fleurs comme l’insolite llareta, dont les fleurs minuscules s’amoncellent en amas et s’accrochent aux parois rocheuses, le cuerno de cabra, une magnifique fleur jaune, ainsi que des ronces caractéristiques de l’altitude comme le huecú.

Faune dans le Parc Aconcagua

Ce sont surtout les oiseaux qu’il est facile d’observer dans le Parc provincial Aconcagua : au total, plus de 60 espèces peuplent la réserve. La famille des passereaux, les oiseaux de petites tailles, est la plus importante sur le site. Ils vivent plutôt dans les vallées. En altitude, on peut observer le condor des Andes, l’aigle mora ou l’urubu noir (oiseau tout noir qui ressemble au condor). La perdrix des Andes vit également dans le Parc. On compte parmi les mammifères de la réserve des guanacos, des souris des montagnes, des renards, quelques pumas ou encore le lièvre européen, espèce introduite. Enfin, certains lézards se font représentants de la famille des reptiles. À proximité du premier poste des gardes forestiers et de la route principale, se tient une majestueuse lagune de montagne, dont l’eau se fait miroir des hautes cimes environnantes. L’endroit se révèle être une zone privilégiée pour apercevoir des espèces animales et végétales typiques de la région.

Que voir dans le Parc Aconcagua ?

Le Parc Aconcagua abrite de merveilleux paysages, avec d’imposantes montagnes, mais aussi des vallées profondes qui offrent de belles vues. La géologie des monts et des roches qui peuplent l’espace a paré la pierre de charmantes couleurs, créant ainsi un décor presque féerique. Le gris ténébreux, le brun vif et le rose qui tend vers le rouge des parois rocheuses, contrastent admirablement avec le bleu des lagunes, la verdure de la végétation et le blanc des neiges éternelles de l’Aconcagua. L’option la plus commune lorsque l’on visite le site est de parcourir le chemin de randonnée de la Laguna de los Horcones. Cette boucle de presque 2 km vous permet d’atteindre la lagune et ses alentours verdoyants, et bénéficie d’un beau panorama sur la fameuse cime enneigée de l’Aconcagua.

Si vous souhaitez plonger un peu plus dans l’immensité du toit de l’Amérique, vous pouvez envisager de participer à un trekking un peu plus long. Une excursion de 2 jours est possible : elle vous emmène jusqu’au camp de Confluencia, à 3.300 m d’altitude. L’avantage de gagner du terrain en altitude est que vous pouvez alors découvrir los Penitentes (les pénitents), d’intéressants amas de pics glacés, et observer des glaciers suspendus. La flore est moins importante, mais le paysage plus intéressant. Ceux qui souhaitent se lancer dans l’ascension du mythique Aconcagua devront se munir d’un permis qui s’achète à Mendoza (c’est également le cas si vous souhaitez rester dans le Parc plus d’une journée). Il est important d’avoir à l’esprit que l’ascension de cette gigantesque montagne n’est réservée qu’aux personnes expérimentées et habituées à l’alpinisme. Comptez environ 15 jours pour venir à bout du colosse (y compris le temps de s’acclimater à l’altitude). La saison pour gravir le mont va de mi-novembre à mi-mars.

Hôtels et estancias : où se loger près du Parc Aconcagua ?

À Luján de Cuyo : Hôtel Entre Cielos : cet hôtel boutique vous accueille dans un cadre magnifique, typique de la région. Votre environnement : les vignes, et la majestueuse cordillère des Andes comme toile de fond. Lumière, élégance, nature et poésie semblent être les maîtres-mots qui qualifient l’établissement. Profitez des 3 hectares de vignoble pour faire une promenade à cheval, du hammam pour vous détendre, et du restaurant pour déguster une cuisine délicieuse aux saveurs régionales.

À Mendoza :
Hôtel Boutique Huentala : confortablement installé en plein cœur historique de la ville de Mendoza, l’hôtel Huentala allie confort, luxe et originalité. En outre, ce lieu pimpant et branché dispose d’une cave qui compte plus de 500 étiquettes. La décoration ici participe grandement au charme de l’établissement : grands miroirs, tapisseries colorées, lustres, façonnent l’atmosphère chic et extravagante de cet hôtel boutique.

Transports : comment se rendre dans le Parc Aconcagua ?

Plusieurs moyens de transport vous emmènent jusqu’au Parc Aconcagua.
En voiture : c’est la façon la plus simple d’accéder à l’Aconcagua. On parvient jusqu’au Parc en empruntant la Ruta 7, en suivant la signalétique. La réserve naturelle compte 2 entrées : celle de Punta de Vacas (à environ 4 km du Puente del Inca), et celle de la Laguna los Horconos.

En bus : il est possible de rejoindre le Parc en prenant le bus depuis la ville de Mendoza. La compagnie Expreso Uspallata, qui va jusqu’au Chili, dessert le site.

Dans les environs du Parc Aconcagua

Cerro de los siete colores : à 9 km de la ville d’Uspallata, on rencontre une colline insolite : le Cerro de los siete colores. Cette montagne originale jouit d’une géologie formidable, qui a paré les roches du mont de teintes chaleureuses et extravagantes. Les couleurs sont agréablement douces et créent un décor féerique : le rose, le beige, le mauve, le vert, le blanc du Cerro Siete Colores enchantent les yeux et magnifient le paysage. C’est comme si un peintre un peu fou avait aspergé la nature de tons pastels, pour notre plus grand plaisir.

Mendoza et son Río : capitale et région du vin par excellence en Argentine, Mendoza est définitivement une étape à ne pas manquer. Comme une oasis dans le désert, terre de soleil et de vignobles, la ville est charmante. On aime flâner dans ses rues arborées, profiter de sa vie nocturne animée, visiter les bodegas environnantes ou encore s’attabler aux terrasses des cafés, très cosmopolites.

Musée ferroviaire, pont de l'Inca

Mendoza est également une destination très prisée pour s’adonner au rafting. En effet, la ville vaut pour sa proximité avec le Río Mendoza, un espace naturel parfait pour pratiquer le rafting toute l’année. Plusieurs compagnies proposent des excursions pour aller s’aventurer sur les eaux du fleuve, celui-ci offrant des niveaux de difficulté différents, adaptés à tous. Les 2 agences les plus importantes se trouvent à Potrerillos, à un peu plus de 70 km à l’ouest de Mendoza. Le parcours le plus complet est celui qui va d’Uspallata à Potrerillos, et qui s’étend sur près de 55 km. À noter que la meilleure saison pour faire du rafting sur le Río Mendoza reste l’été.

Los Penitentes : à 182 km à l’ouest de Mendoza, sur la Ruta 7, non loin de la frontière chilienne, se trouve la petite station de sports d’hiver Los Penitentes. Modeste mais bon marché, elle jouit de très beaux paysages, d’infrastructures (logement, restauration…) suffisantes, et de bonne neige. Elle tient son nom des formidables roches qui trônent dans les environs : des formations sédimentaires érodées, dont les silhouettes étranges font penser à des moines (pénitents), encapuchonnés.

Le Pont de l’Inca : sur le Ruta 7, à 175 km de Mendoza, à l’ouest. Le Puente del Inca est un site insolite et intriguant, à quelques 2.720 m d’altitude, et tout proche du Parc provincial de l’Aconcagua. À la base, l’arche s’est formée naturellement : c’est la roche, creusée sous l’action des eaux sulfureuses qui coulaient dans la zone, qui finit par former un pont, aux flamboyantes couleurs ocre et jaune. Les Incas, se rendant compte du phénomène, ont intentionnellement détourné le cours d’eau, pour renforcer l’effet, et donc la passerelle. Elle servait à l’époque à enjamber le Río Mendoza. En contrebas, ce que l’on aperçoit sont les vestiges d’une station thermale, détruite par une avalanche. Le village de Puente del Inca est quant à lui une bonne base pour découvrir les environs.

Le Cristo Rendentor : un peu après le Pont de l’Inca, la route mène au poste frontière Las Cuevas. Il se trouve juste avant le tunnel qui donne accès au Chili. De là, une route escarpée en lacets de 8 km monte jusqu’au col Paso de la Cumbre, où trône une imposante statue de bronze, celle du Christ Rédempteur. Cette figure de 7 m de haut et de presque 4 tonnes fut érigée en 1904, et est censée représenter la paix entre le Chili et l’Argentine, après les conflits liés à la définition des frontières.

Cerro 7 colores Uspallata

Le Parc provincial Tupungato : à un peu plus de 100 km de Mendoza et à environ 80 km de l’Aconcagua, dans la Vallée de Uco et Luján de Cuyo. Déclaré Réserve naturelle en 1983, le Parc provincial Tupungato est un bel espace d’environ 150.000 hectares, qui abrite l’impressionnant volcan Tupungato. Ce mont est le plus haut sommet de la partie centrale de la cordillère des Andes. Difficile de définir et évaluer l’altitude exacte de cette montagne, à cause de la calotte glacière que l’on rencontre sur la cime. On dit que le volcan fait entre 6.500 et 6.800 m. D’ailleurs, en plus de protéger une flore et une faune typiques des vallées andines, le Parc préserve aussi la plus importante réserve de glace de la cordillère dans la région de Mendoza. Le Parc provincial compte 2 accès : l’un que l’on rejoint en suivant la route de la quebrada de Las Tunas et Santa Clara depuis la ville de Tupungato, l’autre qui se trouve au poste des gardes-parc dans le refuge de Santa Clara, au nord, dans la zone de Punta de Vacas.

Circuits passant par le Parc Aconcagua

Argentina Excepción propose plusieurs voyages à la découverte de la province de Mendoza, en passant par le Parc provincial Aconcagua. Voici quelques exemples :

Circuit sur la Route 40 : 38 jours exceptionnels sur la mythique Route 40. Ce voyage constitue une expérience unique. C’est l’occasion de découvrir l’incroyable beauté des paysages, l’originalité des sites, les fantastiques coutumes et traditions des habitants, tout ce qui rend le pays si fascinant. Des chutes d’Iguazú aux villages du Nord-Ouest, de la région des Lacs, jusqu’au bout du monde à Ushuaïa.

Autotour Mendoza, Vallée de la Lune : 10 jours pendant lesquels les paysages extraordinaires, splendides et insolites défilent sous vos yeux ébahis. Le long de votre itinéraire fantastique, vous admirez les majestueux panoramas andins, les vignobles, ainsi que les décors hors du communs des Parcs Talampaya et Ischigualasto, d’incroyables sites paléontologiques. Un séjour épicurien et gastronomique.

Séjour thématique, sur la Route des vins : 13 jours extraordinaires à la découverte des meilleures caves des deux principales régions viticoles d’Argentine : Mendoza et Cafayate. Une aventure captivante, qui met en valeur une savoureuse gastronomie et les sublimes paysages des Valles Calchaquíes et de l’impressionnant mont Aconcagua, la plus haute cime des Amériques. Logement en hôtels d’exception ou estancias de charme.

Tous nos séjours en Patagonie et en Argentine