L’altiplano argentin : les hauts plateaux andins de Catamarca et Salta – 6

Ce séjour vous emmène au cœur des paysages uniques de la Puna et de ses hauts plateaux andins.

JOUR 1 : VOL INTERNATIONAL / BUENOS AIRES / PALERMO

Descriptif : accueil en Argentine, à l’aéroport d’Ezeiza (Pistarini) par un chauffeur de notre équipe, qui vous conduit à votre hôtel.
Réunion : en fin de matinée ou en fin de journée, réunion autour des cartes de votre parcours, à votre hôtel, avec l’un de nos responsable opérations.
Que faire l’après-midi à Buenos Aires ? Après l’installation à l’hôtel, vous entamez une visite libre de la ville. Nous vous suggérons de visiter le quartier de Palermo, quartier emblématique, et le plus étendu de Buenos Aires. Palermo Soho, en particulier, est le quartier bohème de la capitale. Ne manquez pas le marché artisanal autour de la place Cortázar, et les boutiques de mode, les bars et restaurants autour de la place Palermo Viejo. En novembre, les Jacarandas illuminent les jardins de Palermo. Puis, en décembre et janvier c’est au tour du Palo Borracho (le Chorisia) de montrer ses couleurs roses, qui se mêlent aux fleurs jaunes des Tipuana Tip (ou Tipa). Toujours dans le même quartier, c’est à Palermo Hollywood que se sont installées les maisons de productions de cinémas, de publicité et les chaînes de télévision. C’est aussi l’un des hauts lieux de sorties nocturnes, notamment le long des rues Fitz Roy et Humboldt, entre Niceto Vega et Soler.
Altitude au point d’arrivée : 15 m, Buenos Aires.
Déjeuner et dîner : libres. Nous vous transmettons notre sélection de restaurants à Buenos Aires.
Nuit : hôtel Casa Calma.

JOUR 2 : BUENOS AIRES / SALTA – VISITE DE LA VILLE DE SALTA

Descriptif : à l’heure convenue, votre chauffeur passe à l’hôtel pour vous conduire à l’aéroport Aeroparque Jorge Newbery. Après un vol de 2 heures environ à destination de Salta, un chauffeur vous accueille et vous conduit à la Finca la Valentina. Il se tient ensuite à votre disposition pour vous conduire à Salta. Il convient avec vous d’une heure pour passer vous prendre.

Que faire ? Vous profitez de l’après-midi pour parcourir les lieux les plus intéressants de la ville de Salta, capitale de la province du même nom. Fondée en 1582, son nom veut dire « très belle » en langue aymara. C’est l’une des villes argentines qui a le mieux conservé son patrimoine architectural colonial. L’activité se concentre autour de la place centrale, la 9 de Julio, lieu de rendez-vous des Salteños. La basilique domine la place de sa façade meringuée rose du XIXe siècle. Le beau Cabildo, avec ses arcades et ses balcons, abrite le musée historique du Nord et le musée colonial. L’église San Francisco, du XVIIIe siècle, impose sa façade rouge et or, dans une rue adjacente. Nous vous recommandons vivement la visite du musée d’archéologie de haute montagne (MAAM), exposant notamment des momies de trois enfants de civilisation Inca retrouvé en 1999 sur les pentes du volcan Llullaillaco.

Distances: 6 km de l’Aéroport de Salta à La Finca Valentina. 18 km de La Finca au centre de Salta.
Altitude au point d’arrivée: 1238 mètres, Salta.
Déjeuner : libre. Nous vous suggérons à Salta le restaurant Doña Salta.
Dîner : libre. Nous vous recommandons le restaurant de la Finca.
Nuit : hôtel Finca la Valentina.

JOUR 3 : SALTA / RANDONNÉE LA YESERA, LAS CONCHAS / CAFAYATE / TOLOMBON

Descriptif : vous partez avec votre chauffeur-guide, qui vous accompagne pendant l’ensemble du parcours, vers les vallées des Calchaquies par la route 68. Après le village La Viña, vous vous engagez dans la vallée de Las Conchas qui vous offre de nombreux prétextes d’arrêts et de promenades. Formations rocheuses multicolores et montagnes semi désertiques, un spectacle aux couleurs ocre, orange et rouge que la nature a préparé pendant des siècles ! À l’heure convenue, un guide local vous retrouve au point de départ de la randonnée au lieu dit d’El Paso. En compagnie de celui-ci, vous marchez dans un décor aux mille couleurs, invisible depuis la route. Après avoir remonté un río et suivi un canyon très étroit, vous débouchez dans la zone de La Yesera, l’un des plus beaux sites de la Quebrada de las Conchas.

Vous retrouvez ensuite votre chauffeur-guide à l’intersection de la route 68 et du río Las Conchas. Au passage à Cafayate, il est possible de visiter une ou deux bodegas. Vous avez l’embarras du choix, entre la bodega Mounier (Finca Las Nubes), la bodega Etchart, la bodega Nanni ou encore la bodega Vasija Secreta. Vous découvrez un cépage étonnant dont Cafayate s’est fait une spécialité: le Torrontés. Votre journée s’achève dans les vignes, proche du village de Tolombón.

Note : il est possible d’effectuer la randonnée en VTT ou à cheval. À prévoir avec anticipation.
Commentaire : cette randonnée de niveau très facile et s’effectuant à une altitude de 1800 m permet un acclimatement progressif.
Durée et distances : 189 km, soit 3 heures environ de Salta à Cafayate. 14 km de Cafayate au village de Tolombón. Pour la randonnée, compter 2 à 4 heures, selon votre rythme et les petits détours.
Altitude maximum et point d’arrivée : 1637 m à Tolombón.
Déjeuner : inclus. Pique-nique amené par votre guide. Boissons non alcoolisées incluses.
Dîner et nuit : hôtel Boutique Altalaluna. Boissons non alcoolisées incluses.

JOUR 4 : TOLOMBON / RUINES DE QUILMES / MUSÉE PACHAMAMA / EL EJE / EL PEÑON

Descriptif : cap vers le sud via la célèbre route 40. Vous rencontrez très vite le croisement menant aux ruines de Quilmes. Ces ruines pré-incas sont considérées comme les mieux conservées d’Argentine. Vous quittez la route 40 temporairement, pour gagner Amaicha del Valle. Nous vous suggérons la visite du musée Pachamama. Il s’agit d’une reproduction en taille réelle d’un village, des habitations, outils et artisanat de la vie quotidienne des populations indigènes Calchaquíes.

La route vous fait ensuite traverser une zone désertique, avec de longues lignes droites. Des montagnes colorées annoncent Hualfin, une possible étape pour s’approvisionner. Enfin, El Eje constitue le changement de cap. C’est la lente montée vers le nord-ouest et l’Altiplano de la province de Catamarca, avec des montagnes colorées, des traversées de ríos, des cascades ou encore des dunes de sable. Vous posez enfin le pied dans le grand plateau d’altitude des Andes, La Puna. Après le passage de deux cols, vous arrivez au Peñon, hameau de 180 habitants qui fait office d’oasis dans ce désert minéral.

Distances : 314 km de route, incluant le détour par les ruines de Quilmes (12 km de piste), et 30 km de piste entre Puerta de Corral Quemado et la Cuesta de Randolfo (route en projet).
Altitude maximum : passage sur 2 cols à 4100 m avant d’arriver à El Peñon.
Altitude au point d’arrivée : 3400 m, El Peñon.
Déjeuner : inclus. A l’auberge Casigue Chelemin à Hualfin ou bien au comedor La Morocha à Barranca Larga.
Dîner et nuit : Hosteria de Altura El Peñon. Boissons non alcoolisées incluses.

JOUR 5 : EL PEÑÓN / LAGUNA GRANDE / CAMPO DE PIEDRA POMEZ / EL PEÑÓN

Descriptif : il faut longer toute la Sierra Laguna Blanca pour entrer dans la réserve Laguna Grande. Ce site, d’une beauté singulière, est composé d’une lagune de salinité moyenne, peu profonde et qui se trouve à une altitude de 4240 mètres. Elle se situe en outre au bord de la piste menant au cratère du volcan Galán. C’est en été, de décembre à mars, que l’on rencontre la plus grande concentration de flamants roses, dont le Parina Grande. Mais y on croise également de nombreuses vigognes, moufettes de Gibson (ou moufette des Andes), renards gris, chinchillas, vizcachas ou ñandús (petite autruche). La lagune est bordée d’abondantes roches roses et blanches aux formes extraordinaires, qui permettent un point de vue splendide sur la lagune et ses alentours.

Après être repassé par El Peñon l’exploration se poursuit avec le Campo de Piedra Pomez ou Champ de Pierre Ponce, l’un des moments forts du voyage. Le site est un champ d’environ 155 km², à une altitude de 3100 m pour la partie la plus accessible. Il est parsemé d’étranges rochers de 2 à 10 m de hauteur posés sur le sable. À l’aube et au crépuscule, le silence est rompu par le craquement de blocs qui se séparent sous l’effet du changement de température. La Pómez doit sa création à une explosion de la couche strato-volcanique, répertoriée en géologie sous la typologie Pliniana. Celle-ci est si puissante qu’elle se rapproche visuellement d’une bombe atomique et de son champignon. Une fois refroidis, les cendres et les dépôts créent cette roche calcaire, dont la porosité est engendrée par la fuite de gaz durant l’étape de refroidissement.

Cette porosité rend la roche extrêmement friable, et très facile à sculpter pour les vents Puneños, arides et abrasifs. Cette rencontre entre ce souffle sculpteur et son sujet donne lieu à un étrange paysage de roches à la fois chaotiques et harmonieuses. Le labyrinthe blanc qu’elles ont crée au milieu des dunes se trouve le long d’un chemin qui continue au travers des étendues de sable. Il pourrait être décrit comme le rêve des explorateurs et aventuriers de l’Overlanding. Sur le chemin du retour, vous passez tout près d’un jeune volcan, le Carachi Pampa, intégralement recouvert de couleur noir en raison de ses nombreuses coulées basaltiques, témoignage d’une intense vie géologique passée.

Durée et distances : 100 km de piste aller retour pour la Laguna Grande et 60 km aller-retour pour le Campo de Piedra Pomez.
Altitude maximum : 4240 mètres à la Laguna Grande.
Altitude au point d’arrivée : 3400 m, El Peñon.
Déjeuner : inclus à l’hosteria El Peñon. Boissons non alcoolisées incluses.
Dîner et nuit : hosteria de Altura El Peñon. Boissons non alcoolisées incluses.

JOUR 6 : EL PEÑÓN / SALAR DEL HOMBRE MUERTO / ANTOFAGASTA DE LA SIERRA

Descriptif : pour entamer cette journée, le mirador de la Virgen vous dévoile des dessins géologiques sur les parois d’un petit canyon. La route entre El Peñon et Antofagasta de la Sierra sillonne des champs de basalte noir. Parmi les vingt volcans de la zone vous remarquez les volcans Alumbrera et Antofagasta. Après avoir traversé Antofagasta de la Sierra la piste vous fait traverser de somptueux paysages : le Cerro Gordo, le río de la Punilla où l’on pêche la truite, la bordure du cratère du volcan Galán, dont le sommet atteint 5912 m, ou encore la Laguna de Caro.

Vous franchissez le Paso Puntas Gordas à 4400 m, puis le Paso Puntas Negras à 4300 m. Vous redescendez ensuite vers le Salar del Hombre Muerto, à 4000 mètres d’altitude. Après avoir longé les rives vous arrivez à un point de vue tout simplement extraordinaire, celui de la Lagune del Hombre Muerto. Une immense étendue d’eau bleu turquoise aux rivages blancs de sel vous évoque immédiatement une plage de sable blanc digne des caraïbes. Avant que les cimes enneigées ne vous remettent dans le contexte. Le campement Fenix vient à peine rompre le charme de l’environnement. L’entreprise Minera del Altiplano exploite du chlorure de lithium et du carbonate de lithium depuis 1997. Vous profitez des lumières du soir pour admirer les panoramas sur la route du retour. Avant de quitter le Salar, et si l’heure le permet, n’hésitez pas à demander à votre guide un petit détour par l’ancienne mine Incahuasi. Vous rentrez à Antofagasta de la Sierra, village de 660 habitants.

Note : pour les passionnés de minéralogie, à Antofagasta de la Sierra un petit musée se distingue par sa riche collection d’agates, de souffres cristallins et divers minéraux.
Durée et distances : 61 km de route entre El Peñon et Antogafasta de La Sierra. 110 km d’ Antogafasta jusqu’à la lagune Del Hombre Muerto.
Altitude maximum : 4400 m au Paso Puntas Gordas.
Altitude au point d’arrivée : 3370 m, Antofagasta de la Sierra.
Déjeuner : inclus. Pique-nique amené par votre guide. Boissons non alcoolisées incluses.
Dîner : libre. Possibilité de dîner à l’hôtel ou dans un des petits restaurants du village.
Nuit : hosteria d’Antofagasta.

JOUR 7 : ANTOFAGASTA DE LA SIERRA / SALAR DE ANTOFALLA / CONO DE ARITA / TOLAR GRANDE

Descriptif : depuis Antofagasta votre expédition ne part pas vers Quinoas, unique piste signalée sur les cartes, mais longe directement le río Calalaste. Une petite vallée sinueuse vous conduit à 4610 m, pour traverser la Sierra Calalaste et redescendre ensuite vers le Salar d’Antofalla. Un très beau point de vue à 4008 m vous offre un panoramique incroyable sur tout le Salar d’Antofalla et le volcan Antofalla (6437 m). Ce Salar est long de 134 km, pour une largeur moyenne de 7 km ! Une multitude d’îlots rocheux au milieu du sel forme un paysage fantasmagorique. Vous traversez celui-ci, puis débouchez sur le village d’Antofalla, à 3380 m, petit oasis de 40 habitants (8 familles) situé sur la berge du Salar. Contrastant avec le désert et l’altitude, cette vallée constituée de peupliers et de saules a fleuri grâce à une source naturelle.

Vous repartez à nouveau, cette fois en direction du Salar de Arizaro. Il faut à nouveau franchir une barrière de montagne, la chaîne Archibarca. Elle doit son nom au Cerro Archibarca, dont les 5630 m dominent le Salar d’Arizaro. Le col est en fait un immense plateau, le « Campo Amarillo » dont le point le plus élevé passe à 4270 m. C’est également dans cette zone que vous quittez la province de Catamarca pour la province de Salta. Frontières humaines dont la nature n’a que faire dans ce désert d’altitude.

La piste descend doucement vers le Salar et contourne par l’Ouest le Cono de Arita, pyramide volcanique s’érigeant mystérieusement au milieu du Salar d’Arizaro. La hauteur de cette formation est d’environ 122 mètres. La piste semblant toute proche du dôme, et une balade semble propice pour le rejoindre ; mais vous vous trouvez en fait à 1 km du pied du cône ! Magie des distances infinies du continent sud-américain. Vous traversez l’Arizaro et partez sur les traces des anciens marchands qui avaient l’habitude d’utiliser ce chemin aux XVIIIe et XIXe siècles. Il s’agissait de bergers qui guidaient des caravanes d’animaux vers le Chili. Le mot Arizaro, qui signifie Cimetière de Vautours, provient de l’époque où beaucoup d’animaux périssaient en traversant le désert de sel et constituaient le repas des charognards de la région. Vous êtes attendus dans les collines rouges du village de Tolar Grande, qui compte 180 habitants.

Distances : 110 km de piste d’Antofagasta de la Sierra à Antofalla. 75 km d’Antofalla jusqu’au cône d’Arita. Enfin, 70 km du cône d’Arita à Tolar Grande, soit 255 km au total.
Altitude maximum : 4611 m pour franchir la Sierra Calalaste.
Altitude au point d’arrivée : 3525 mètres, Tolar Grande.
Déjeuner : inclus. Pique-nique amené par votre guide. Boissons non alcoolisées incluses.
Dîner : inclus. Comedor Llullaillaco de Tolar Grande, boissons non alcoolisées incluses.
Nuit : Casa Andina, Tolar Grande.

JOUR 8 : SALAR DE ARIZARO / SALAR RIO GRANDE / MINA LA CASUALIDAD / TOLAR GRANDE

Descriptif : l’excursion de ce jour a comme destination la ville fantôme minière de La Casualidad, l’un des lieux les plus isolés de l’Argentine. Une formidable expérience pour celui qui recherche un parcours en dehors des sentiers battus. Vous profitez de la route, avec notamment la vue à 360 degrés sur le Salar de Arizaro et le Salar de Río Grande, puis avec la visite à la station abandonnée de chemin de fer de Caipe. Après avoir emprunté une route déserte accrochée à la montagne et passé un col à 4250 m, vous arrivez enfin l’arrivée à la mine La Casualidad, à 4028 m d’altitude.

Ici, entre 1951 et 1979, 2000 travailleurs et leurs familles vivaient par et pour l’extraction du souffre. Le minerai était extrait des montagnes jaunes à 5200 m, à la Mina Santa Julia, puis transporté par téléphérique jusqu’à la Casualidad. Il était ensuite chargé par camion jusqu’à la station de Caipe, sur un train qui lui-même partait au Chili. De là, enfin, la cargaison remontait jusqu’aux clients nord-américains par bateau. Étrange endroit que cette ville fantôme, où l’on se promène seul parmi les témoignages d’un âge d’or, entre constructions dernier cri et casino. Lorsque la demande nord-américaine s’arrêta, la mine cessa d’être rentable et fut fermée.

Option panorama intermédiaire Cerro Azufre : il est possible de poursuivre la montée en voiture jusqu’à 4550 m, avec un point de vue intermédiaire pour admirer les différents sommets offrants une palette multicolores, dominées par le jaune du souffre. Au nord, on aperçoit ainsi le volcan Socompa (6050 m) et le Llullaillaco (6739 m), quatrième sommet et troisième volcan le plus haut des Andes.

Option Mina Julia : en partant de bonne heure et en vérifiant les conditions météorologiques, il est aussi possible, depuis la Mina La Casualidad, de monter en voiture jusqu’au campement Mina Julia situé à 5200 m. On y découvre les anciennes habitations des mineurs qui extrayaient le minerai pour le redescendre à la Mina la Casualidad. L’endroit offre également un panorama vers le Chili. Tout au long de la route on navigue dans un paysage surnaturel tant les différentes couleurs sont intenses et peu ordinaires. La Mine Julia est située sur la pente sommitale du Cerro Escorial (5451 m), mais on observe aussi les autres sommets recouverts de souffre : au sud le Cerro Moño (4830 m), le Cerro Azufre, appelé également Lastarria (5706 m), et au nord, le Cerro Negro (5579 m).

Distances et durée : 140 km dont 77 km en piste Tolar Grande à Caipe et 63 km de route goudronnée de Caipe à la mine La Casualidad, soit 2 heures 30 à 3 heures, puis retour. Compter 10 km / 20 minutes pour l’option « point intermédiaire » et 25 km / 1 heure 15 pour la Mina Julia, puis retour.
Altitude maximum : 4250 m si vous vous contentez de la Mina La Casualidad, 4550 m pour le point de vue intermédiaire sur le Cerro Azufre et 5200 mètres pour la Mina Julia.
Altitude au point d’arrivée : 3525 m, Tolar Grande.
Déjeuner : inclus. Pique-nique amené par votre guide. Boissons non alcoolisées incluses.
Dîner : inclus. Comedor Llullaillaco ou encore au restaurant San Cayetano.
Nuit : Casa Andina, Tolar Grande.

JOUR 9 : SALAR DE TOLAR GRANDE / DÉSERT DU LABYRINTHE / SALAR DE POCITOS / SAN ANTONIO

Descriptif : dès les premiers kilomètres, de nouvelles surprises vous attendent. Vous débutez ainsi avec un arrêt aux Ojos del Mar, situés sur le petit Salar de Tolar Grande. Il s’agit de puits d’eau, bordés par du sel et aux couleurs bleutés de toute beauté, dans lesquels se reflètent les volcans environnants. La piste s’élève ensuite dans le Cordon Sacrado del Macom. Outre le Salar del Diablo, cette autre barrière détient des formations géologiques extraordinaires, appelées désert du Labyrinthe (Desierto del Laberinto), ou encore désert Rouge. Il s’agit de dunes fossiles, âgées de dix millions d’années, constituées de milliers de pointes d’argile et de cristaux, paraissant du plâtre de couleur rouge. La traversée de cette merveille de la nature constitue une formidable étape pour les amoureux de la photographie.

Vous poursuivez, puis gagnez le Salar de Pocitos, que vous traversez en ligne droite. Vous bifurquez vers l’Est, traversez les villages de Olacapato et Caucharí. Le col Alto Chorrillos à 4560 mètres est le point de passage obligé pour atteindre votre étape du jour, San Antonio de los Cobres, petite ville de 4300 habitants. Environ 14 km avant San Antonio, un arrêt s’impose au viaduc de la Polvorilla, étape finale de l’actuel trajet touristique du Train des Nuages. Construit entre 1930 et 1932 ce viaduc est l’ouvrage supportant la voie ferrée la plus élevé du monde, à 4182 m. Il a une hauteur de 64 m et une longueur de 238 m.

Alternative entre Pocitos et San Antonio : route 129 via le Salar de Patos Grandes et le village de Santa Rosa de Los Patos Grandes.
Distances : 248 km de piste de Tolar Grande à San Antonio de Los Cobres.
Altitude maximum : 4560 m, Paso Alto Chorrillos.
Altitude au point d’arrivée : 3750 m, San Antonio de Los Cobres.
Déjeuner : inclus. Pique-nique amené par votre guide. Boissons non alcoolisées incluses.
Dîner : libre. Nous vous recommandons le restaurant de l’hosteria même.
Nuit : hosteria de Las Nubes.

JOUR 10 : SAN ANTONIO DE LOS COBRES / RUINES DE TASTIL / SALTA

Descriptif : c’est une journée plus détendue qui vous attend pour reprendre pied avec la civilisation. Même si les ruines de Tastil vous transportent d’emblée 5 siècles en arrière ! Celles-ci dominent la route 51 à hauteur de l’actuel village de Santa Rosa de Tastil, à une altitude de 3195 m. Tastil fut habité par environ 2000 habitants à l’époque de son apogée, à la fin du XVe siècle. Cette population d’origine atacameña fut d’abord soumise aux Incas, puis a finalement déserté Tastil face à l’arrivée des Espagnols. Vous poursuivez votre route, avec l’émotion de la Quebrada del Toro : une palette de couleurs à laquelle la végétation vient se mêler, grâce à l’important río Toro. Le vert reprend petit à petit de l’importance au fur et à mesure de la descente, une couleur oubliée après ces journées passées dans des paysages minéraux.

Distances : 145 km de San Antonio de Los Cobres à la Finca Valentina. La route est désormais entièrement goudronnée entre San Antonio et Salta.
Altitude maximum : 4080 m, col Abra Blanca.
Altitude au point d’arrivée : 1238 m, Salta.
Déjeuner : libre. Possibilité dans diverses auberges sur la route.
Dîner : libre. Nous vous recommandons le restaurant de la Finca même ou bien en ville au restaurant Las Leñitas situé en centre ville, près de l’ancienne gare.
Nuit : hôtel Finca la Valentina.

JOUR 11 : SALTA / BUENOS AIRES – MICRO CENTRO / PLAZA DE MAYO / SANS TELMO

Que faire ? Vous profitez de la Finca Valentina, de sa piscine, de son environnement champêtre et d’une éventuelle balade à cheval, jusqu’à l’heure de départ !
Descriptif : à l’heure convenue, un chauffeur vous conduit à l’aéroport de Salta. Après un vol de 2 heures environ, vous êtes attendu à Buenos Aires et conduit à votre hôtel situé dans le Microcentro, près de la Plaza San Martín. L’opportunité de découvrir un autre quartier de la capitale argentine.

Distances : 6 km de La Finca Valentin à l’Aéroport de Salta.
Déjeuner : libre. Possibilité en brasserie à l’aéroport de Salta.
Dîner : libre. Nous vous transmettrons notre sélection de restaurants à Buenos Aires.
Nuit : hôtel Casa Calma.

JOUR 12 : BUENOS AIRES / VOL INTERNATIONAL

Descriptif : journée libre à Buenos Aires. Selon l’heure de votre vol international, un chauffeur passe à votre hôtel pour vous conduire à l’aéroport international d’Ezeiza Pistarini.
Durée : il faut compter entre 50 minutes et une heure et demie de trajet du centre de Buenos Aires à l’aéroport d’Ezeiza.
Déjeuner : libre.
Dîner et nuit : dans l’avion.