Voyage à San Antonio de los Cobres, Nord-Ouest Argentin

Découvrez San Antonio de los Cobres et la province de Salta, dans le Nord-Ouest Argentin.

Géographie et climat de San Antonio de los Cobres

Village minier de 5482 habitants (2011), situé à 3760 m d’altitude et à 168 km de la ville de Salta, San Antonio de Los Cobres se trouve en pleine puna salteña, vaste plateau désertique situé 3500 et 4000 m d’altitude. À l’intersection de la nouvelle route nationale argentine nº40 et de la route nº51 qui va vers le Chili (Paso Sico) et la route n°79 qui emmène à Salinas Grandes, ce village, qui vivait autrefois essentiellement de l’industrie minière (la zone est riche en cuivre), est connu désormais du tourisme grâce au Tren de las Nubes (« le train des nuages »), merveille de l’ingénierie, construit pour relier le Chili, et qui passe par San Antonio de Los Cobres. Constitué de maisons basses en pisé, l’endroit est typique des petites villes de la Puna.

Le climat de San Antonio de Los Cobres est de type désertique : plutôt sec et assez chaud en journée mais dont les nuits sont très froides. C’est notamment pour cela que la végétation et les populations sont, à l’image de toute La Puna, rares dans la zone. L’amplitude thermique est très importante entre le jour et la nuit : en effet, il peut faire entre 30-40º la journée et jusqu’à -20º la nuit. Le mois de janvier (été) est le plus pluvieux, tandis que juillet (hiver) est le mois le plus froid. En outre, il gèle très souvent à San Antonio de Los Cobres, soit près de 220 jours par an. De plus, dès que l’on monte en altitude (à plus de 3.700 m), les UV peuvent devenir très agressifs, c’est pourquoi il faut penser à se protéger du soleil et s’équiper en conséquences : eau, lunettes de soleil, crème protectrice. Voir notre fiche : Quand partir en Argentine

Histoire de San Antonio de los Cobres

Comme de nombreuses localités du Nord-Ouest argentin, il est assez difficile de déterminer les origines exactes de San Antonio de Los Cobres.

Néanmoins, il est relativement certain que la bourgade fut fondée par des populations indiennes, qui, au cours du XVIIe siècle, vinrent trouver refuge en ces lieux contre la conquête espagnole.

Il faut attendre jusque janvier 1900 pour que Buenos Aires officialise San Antonio de Los Cobres, qui tient d’ailleurs son nom de la Sierra de Cobre (de cuivre) qui se dresse à proximité. La ville devient alors la capitale du département de Los Andes (Territorio Nacional de Los Andes). Cependant, la localité perd sont titre en 1943, lorsque le territoire est découpé en 3 provinces : Salta, Jujuy et Catamarca.

Tradition, culture et folklore à San Antonio de los Cobres et au Nord-Ouest

À San Antonio de Los Cobres c’est la culture Kolla qui domine. Celle-ci définit les traditions et les coutumes des habitants de la puna (les puñenos), leurs descendants, les habitants des quebradas environnantes ainsi que toute la population d’origine quechua-aimara.

Les coplas sont très pratiquées : ces poésies chantées réunissent les habitants qui se regroupent, forment des cercles et chantonnent pendant des heures.

Le culte à la Pachamama (la « Terre Mère ») est également l’une des traditions religieuses les plus imprégnées et représentatives de la culture locale : pour l’occasion, on ne manque pas de mettre à disposition des offrandes destinées à la Terre Mère, pour la remercier de ce qu’elle apporte au peuple. La cuisine salteña (de la région de Salta), fait également partie intégrante de la culture et caractérise particulièrement la gastronomie de la ville.

L’artisanat est un élément bien ancré dans les traditions : les tisserands sont nombreux dans le village et confectionnent notamment des ponchos et bonnets en laine de lama.

Enfin, le culte du carnaval est respecté à San Antonio de los Cobres : danse, chant, musique, costume traditionnel sont de rigueur.

Fêtes et événements à San Antonio de los Cobres

Le carnaval del Campo – février : cet événement se perpétue de génération en génération. C’est l’occasion pour les agriculteurs d’enfiler leur costume folklorique : les femmes par exemple, portent des jupes à fleurs aux couleurs vives et ornées de dentelle, et des chapeaux à rubans colorés.

La population sort alors dans la rue, agitant ses drapeaux blancs, accompagnée du son de la quena (flûte andine). On se délecte le midi, lors du traditionnel repas, de différents fromages de la région et d’agneau rôti.

On choisi ensuite une maison dans le village, qui servira d’abri pour chanter jusqu’au lever du jour. La fête va continuer ainsi plusieurs jours, jusqu’au Mardi Gras. C’est le « Mercredi des cendres » qui marque la fin du carnaval, notamment par la destruction des instruments ayant servis pendant l’événement.

La fête patronale en honneur à San Antonio de Padua – juin : célébrée dans tous les villages de la région, la Fiesta Patronal San Antonio de Padua est un événement religieux et festif qui rassemble les habitants en grand nombre. Fanfares, processions, messes, chorale, pétards, dégustations des plats typiques du Nord-Ouest sont généralement au programme.

La Fiesta de la Pachamama – août : cette célébration est incontournable dans la région, même si c’est tout l’année que l’on rend hommage à la Terre Mère. Mélange d’un mythe inca et de la religion catholique, le culte de la Pachamama est comme enracinée dans les traditions de San Antonio de los Cobres. Au cours de la célébration, on festoie et on remercie la Madre Tierra en lui offrant de la nourriture, des boissons ou encore des cigarettes.

Musées et monuments : que visiter à San Antonio de los Cobres?

Le musée ethnique et archéologique ANTAPU : le musée de San Antonio de los Cobres fut conçu dans le but de créer une interaction entre la communauté, et le patrimoine et les traditions ancestrales de la région. La collection de ce lieu imprégné d’histoire est sans prétention, mais permet la préservation de la culture, des rites, des croyances du passé. Le musée encourage l’utilisation du patrimoine comme richesse auprès des populations, en organisant notamment des activités et des projets communautaires.

La petite église du village vaut le coup d’œil également car elle est construite en une mosaïque de pierres de plusieurs couleurs : elle est unique et très jolie.

Il faut visiter les alentours de San Antonio de los Cobres pour réellement profiter des centres d’intérêts de la région : le site de Salinas Grandes, la cité précolombienne de Tastil, le viaduc de la Polvorilla.

À noter : le soroche ou apunamiento, plus communément appelé mal des montagnes, peut être ressenti à partir de 3000 m d’altitude chez certaines personnes, et peut donc sévir à San Antonio de los Cobres. Pour lutter contre ce mal des montagnes, il est important de prendre son temps en favorisant une ascension progressive, pour permettre au corps de s’adapter au mieux. Il convient en outre de s’hydrater de manière très régulière. Si néanmoins un problème survient, la solution est la descente. En cas de mal de tête, un remède antidouleur peut aider momentanément. La population locale a comme usage de mâcher des feuilles de coca. Celles-ci ont la vertu de lutter contre la fatigue, la faim et le mal des montagnes.

Gastronomie : que manger à San Antonio de los Cobres?

On rencontre à San Antonio de los Cobres, les plats qui font la réputation du Nord-Ouest argentin, à savoir :

Empanadas : les traditionnels petits chaussons fourrés au fromage, à la viande ou aux légumes font partie des incontournables de la région et du pays.

Tamal : pâte à base de farine de maïs, farcie à la viande, et cuite dans une feuille de maïs.

Locro : ragoût à base de maïs, haricots blancs, courge, bœuf (parfois porc), tripes, lard. La texture de ce plat nourrissant est en général assez crémeuse.

Humita : pâte à base de choclo (maïs jeune), de sucre et de lait, cuite dans la feuille du maïs.

Quinoa : céréale andine que l’on consomme comme accompagnement, comme le riz : en salade, en risotto, en dessert. C’est un aliment riche en protéine, en fer et en acides aminés.

Cayote : un fruit local, à consommer en confiture ou pâte de fruit.

Coca : on trouve les feuilles de Coca dans les épiceries de la région, et des infusions dans les cafés. Il faut savoir que la possession de ces feuilles de coca en grandes quantités ou leur vente, est interdite en Argentine, mais que la consommation en petite quantité, pour l’infuser ou la mâcher, est tolérée.

Restaurants : où manger à San Antonio de los Cobres?

Le restaurant de l’Hostería de los Nubes présente une carte limitée, mais les plats sont bien traditionnels et nourrissants. De bons fromages de chèvre sont servis dans l’établissement ainsi que des desserts typiques de la région.

Le restaurant le Quinoa Real propose une cuisine andine à base de produits régionaux. Au menu, viande de lama ou d’agneau accompagnée de quinoa, de différentes variétés de maïs ou de pommes de terre locales.

Bars et peñas : où sortir à San Antonio de los Cobres?

La rue Belgrano abrite quelques restaurants paisibles et assez sobres, qui servent des plats classiques. On peut aussi y boire un verre ou prendre un café tranquillement.

Shopping : qu'acheter à San Antonio de los Cobres?

À côté du fameux viaduc de la Polvorilla se trouve un parking qui compte plusieurs stands d’artisans. L’endroit est atypique et c’est l’occasion de ramener des souvenirs ainsi que de beaux clichés.

Hôtels et estancias : où se loger à San Antonio de los Cobres et environs?

Notre sélection d’hôtels à San Antonio de los Cobres et ses environs :

À San Antonio de los Cobres :

Hostería de las Nubes : probablement la meilleure adresse de la ville pour se loger et se tenir au chaud pendant les nuits fraîches de la région. Certes les chambres sont simples, mais elles sont surtout spacieuses et confortables. La salle commune, équipée d’une cheminée, est chaleureuse, et le restaurant dont la carte est assez sobre, propose néanmoins des plats traditionnels appétissants.

À Salta :

Hôtel Boutique Kkala : petit établissement luxueux, situé au pied des montagnes, cet hôtel-boutique allie architecture hispanique et artisanat régional avec brio. Élégance, raffinement, calme sont les maîtres-mots qui qualifient cet endroit. La vue sur la ville et les montagnes est agréable, le restaurant propose de savoureuses spécialités de la région, et la piscine est splendide.

Transports : comment se rendre à San Antonio de los Cobres?

Plusieurs routes et moyens de transport vous emmènent jusqu’à San Antonio de los Cobres.

En voiture : au départ de Salta, à 168 km de là au nord-est, il faut emprunter la route nationale nº51. Le trajet s’effectue en partie dans la magnifique Quebrada del Toro qui vaut le coup d’œil.

Si l’on vient du nord (Susques est à 117 km de San Antonio de los Cobres), c’est la mythique route nationale nº40 qu’il faut parcourir pour atteindre le village.

Si l’on arrive de l’ouest, du Chili notamment, le route nº51 emmène jusqu’à San Antonio de los Cobres en traversant les splendides Pasos de Sico et Socompa.

En bus : plusieurs compagnies desservent la ville. Il faut compter environ 4 heures de trajet au départ de Salta pour rejoindre San Antonio de los Cobres.

En train : la liaison ferroviaire C14, grâce au merveilleux Tren de las Nubes, donne accès au village. Le voyage est exceptionnel car il permet d’observer des paysages d’une beauté à couper le souffle.

Dans les environs de San Antonio de los Cobres

Le Viaduc de la Polvorilla : la construction de ce pont, qui a eu lieu de 1930 à 1932, a été initiée par le gouvernement argentin qui souhaitait relier certaines villes du pays quelque peu négligées par les chemins de fer privés.

Ce viaduc, à 18 km de San Antonio de los Cobres, incroyable structure s’élevant à 64 m de hauteur, est unique : en effet, il supporte la voie ferrée la plus élevée du monde, à 4182 m d’altitude (à l’entrée du pont).

Le Viaduc de la Polvorilla est désormais très connu car il se situe sur le parcours du Tren de las Nubes, le Train des Nuages, qui transite entre la gare de Salta et le col Paso Socompa à la frontière du Chili, en passant par la Cordillère des Andes. Il traverse de splendides paysages fait de hautes montagnes et de vallées merveilleuses, offrant ainsi un spectacle enchanteur à ses voyageurs.

Le site de Corralito : situé à 25 km de San Antonio de Los Cobres, cet endroit abrite des roches témoins de l’histoire locale ; sur celles-ci sont gravés d’intéressants pétroglyphes (dessins gravés dans la roche, souvent avec une intention religieuse), représentant notamment des cérémonies chamanistes.

Les sources thermales d’Incachuli et de Pompeya : à quelques kilomètres de San Antonio de los Cobres se trouvent deux sites d’eaux chaudes qui peuvent constituer une excursion plaisante. Celui de Pompeya, à environ 10 km de la ville, dont les eaux curatives sont d’excellente qualité, et celui d’Incachuli, à 28 km, dont les eaux sulfureuses offrent un bain très agréable dans une cadre magnifique.

Le site archéologique de Tastil : à 63 km de San Antonio de los Cobres, le site de Tastil, déclaré Monument National en 1997, est particulièrement intéressant par sa richesse archéologique, car il abrite des ruines précolombienne gigantesques. Cette ancienne cité dont les fondations étaient labyrinthiques, fut construite, à l’origine, par le peuple Atacameño, qui a prospéré ici au XVe siècle, avant la domination de l’Empire Inca. Le musée régional de Tastil présente une collection d’objets et de matières retrouvés sur le site et ses environs, notamment une momie.

Salinas Grandes : à une soixantaine de kilomètres de San Antonio de los Cobres se trouve l’étonnant site de Salinas Grandes. Ce lac salé couvre 12 000 hectares : un immense désert de sel sur lequel on peut rouler pour aller admirer le travail des ouvriers qui font encore la récolte du sel de manière traditionnelle.

Circuits passant par la ville de San Antonio de los Cobres

Argentina Excepción propose plusieurs voyages à la découverte de la région du Nord-Ouest Argentin en passant par San Antonio de los Cobres. Voici quelques exemples :

Autotour dans le Nord-Ouest argentin: 12 jours d’exception pour le Nord-Ouest, avec son exotisme, ses couleurs, ses traditions et sa géologie époustouflante.

Voyage dans la Puna Argentine, circuit sur la route des Salars, entre Catamarca et Salta: 12 jours d’exception avec chauffeur-guide, dans l’exceptionnelle Puna andine. Un voyage magique, festival géologique et minéral, entre montagnes multicolores, salars immenses, lagunes d’altitudes, volcans millénaires et sommets enneigés. Logement en hôtels de charme.

Voyage entre l’Argentine, la Bolivie et le Chili, combiné de Salta à Uyuni en passant par Atacama: 18 jours d’exception avec chauffeur-guide à la découverte des plus exceptionnels panoramas de l’Altiplano argentin, du Lipez en Bolivie et du désert d’Atacama chilien. Un parcours incroyable jalonné de volcans, déserts de sel, lagunes colorées, geysers et montagnes multicolores.

Tous nos séjours en Patagonie et en Argentine