Bars et cafés traditonnels à Buenos Aires en Argentine

Bars traditionnels à Buenos Aires

La ville de Buenos Aires a créé une Commission de Protection et Promotion des Cafés, Bars, Salles de Billard et Confiterías en juillet 1998. Elle confère le titre de Notable aux établissements retenus sur les critères de l’authenticité, l’ancienneté, l’architecture et la participation à la vie de quartier.

De San Telmo à Boedo en passant par Almagro, les cafés historiques de Buenos Aires vous invitent à voyager dans le temps ! Nous vous proposons ici une sélection des bars et cafés traditionnels les plus authentiques de la capitale.

Quartier de Almagro, Boedo, Balvanera

																	  																  

Café de los Angelitos

Fondé en 1890, le bar Rivadavia était le lieu de rendez-vous de poètes et petits voyous du quartier, que la police appelait ironiquement les « angelitos », les petits anges. Le café a pris leur nom dans les années 1930. Il a rouvert récemment après des années de restauration. Cela valait la peine d’attendre: le salon de thé est magnifique. Également une grande salle de spectacles de tango.
Adresse : Avenida Rivadavia 2100.

Esquina Homero Manzi

Le coin de San Juan et Boedo fait partie de l’histoire du tango de Buenos Aires. Dans ce bar créé en 1927 sont passées bon nombre de célébrités, dont le parolier Homero Manzi. Des photos et souvenirs sont là pour le rappeler au visiteur avec un brin de nostalgie. Le soir, le café se transforme en salle de spectacle de tango.
Adresse : Avenida San Juan 3601, au coin de Boedo.

Café Margot

Le Café Margot a conservé sa patine, son sol carrelé noir et blanc, ses tables en bois, et ses habitués. Menus sur l’ardoise, copieux et sans prétention. Le Margot attire toujours poètes et artistes. Un jumelage avec un bar de Toulouse est en projet.
Adresse : Boedo 857.

Café Cao

Le lieu ouvrit comme bodegón en 1915, et fut transformé en bar-épicerie en 1930 par la famille Cao, originaire d’Asturies. Un lieu incontournable du quartier, tenu pendant 70 ans par deux frères complémentaires, Vicente à l’épicerie et Pepe au bar. C’est leur voisin Nestor Rosales, un vieil habitué qui reprit le flambeau de 2000 à 2005, date où des propriétaires espagnols lui rendirent l’influence culturelle qui fait son identité depuis les frères Cao. C’est d’ailleurs l’un des rares cafés à conserver l’activité de vente de conserves et marchandise au poids, notamment pour confectionner le guiso traditionnel espagnol, avec lentilles, jambons crus et saucissons.
Adresse : Independencia  2400 (Esquina  Matheu).

El Banderín

Le bar remonte aux années 20, et fonctionna comme épicerie de l’Asturiano jusqu’en 1968. Mario Riesco, le fils du fondateur, lui apporta sa touche en le décorant d’emblèmes de River dont il est socio depuis 1944, puis de pas moins de 500 bannières de football qui donnent son nom actuel au café. Grand fanatique de tango, il fait milonga une fois par semaine, et raconte que des tangueros aussi illustres qu’Aníbal Trolio et Carlos Gardel fréquentaient le café en leur temps. Café Notable depuis 2004, c’est un incontournable de la vie de quartier d’Almagro, pour grignoter des picadas arrosées de vermouth ou boire un café cortado au bar.
Adresse : Guardia Vieja 3601.

Las Violetas

Ne pas manquer cette confitería qui est un petit bijou architectural: vitraux français aux murs et au plafond encadrés par de fines boiseries, sols en marbre italien… Pour ne rien gâcher, la pâtisserie est excellente. Une très bonne adresse pour prendre le thé ou un apéritif. Le must : le « té completo » avec profusion de viennoiseries, pâtisseries, tartines…
Adresse : Avenida Rivadavia 3899.

Quartier de Monserrat et San Nicolás

																	  																  

Café Tortoni

Café mythique de Buenos Aires créé en 1858 en référence au célèbre café du boulevard des Italiens à Paris. C’était le lieu de rendez-vous des hommes politiques, des journalistes, des écrivains, des poètes. Grande salle avec des tables en marbre sous des verrières Art Déco, salle de spectacle de tango, petit musée. Le Tortoni est tellement couru qu’il faut parfois faire la queue à l’extérieur en attendant qu’une table se libère. Même s’il est très touristique, le Tortoni est un incontournable. Spécialités : chocolate con churros, leche merengada (une glace).
Adresse : Avenida de Mayo 825/829.

Confitería La Ideal

Fondée en 1912, la Confitería Ideal dégage un charme suranné donnant l’impression de faire un voyage dans l’histoire de Buenos Aires. Deux immenses salles, au rez-de-chaussée et à l’étage, avec les mêmes serveurs depuis trente ans dans un décor un peu fané de colonnes, boiseries, vitraux, miroirs. La confitería propose du tango tous les jours : cours, milongas, concerts et spectacles.
Adresse : Suipacha 384.

El Verde

Pub au style européen à l’ambiance chaleureuse, amicale et amusante. Déjeuners avec menu du jour et une grande variété de bières, alcools et whisky. Happy hour de 19h à 21h. Spectacles en direct tous les soirs. Ouvert du lundi au samedi.
Adresse : Reconquista 878.

La Cigale

Le bar français La Cigale est situé en plein micro-centro, au premier étage d’un bel immeuble ancien, décoré dans le syle du Quartier Latin. La carte exhaustive des cocktails et les concerts de tous les styles attirent un public cosmopolite. Le décor moderne, la musique lounge et la kyrielle de DJs et qui mixent créent une atmosphère festive qui vous enchantera. De délicieux burgers, pâtes et pizzas y sont servis midi et soir.
Adresse : 25 de Mayo 597.

Quartier de Recoleta et Barrio Norte

																	  																  

Café Ateneo Grand Splendid

Inauguré en 1919, la librairie Ateneo Grand Splendid classée deuxième plus belle librairie du monde par le Guardian. À l’heure du thé, on y vient partager un chocolat chaud et une medialuna en compagnie de Jorge Luis Borges, Julio Cortazar, Manuel Puig au cœur d’un des monuments du patrimoine littéraire argentin. Lecture, relaxation et découvertes littéraires sont au rendez-vous sur la scène de cet ancien ciné théâtre.
Adresse : Santa Fe 1860.

Clasica y Moderna

Cette librairie fondée dans les années 1930 s’est convertie en librairie-restaurant-salle de spectacles. L’ambiance est chaleureuse et intime, les activités culturelles de bon niveau et la programmation variée : chanson, jazz, tango, contes, poésie, etc.
Adresse : Callao 892.

La Biela

Face à la Plaza Francia et au cimetière de la Recoleta, La Biela était dans les années 1940-1950 le lieu de rendez-vous des fans de course automobile, dont le célèbre Fangio, puis de figures des arts et de la politique. Agréable terrasse à l’ombre d’un gigantesque caoutchouc.
Adresse : Avenida Quintana 600.

Gato Negro

Le café Gato Negro est l’un des cafés emblématiques de l’Avenue Corrientes. Classé au Patrimoine culturel de la capital, cette arboriste et salon de thé n’a rien perdu de sa superbe. Le choix entre les thés et tisanes est immense. Une bonne adresse pour marquer une pause dans la visite du centre-ville.
Adresse : Avenida Corrientes 1669.

Café Celta

Le Celta a été fondé en 1941 par un autre immigrant espagnol, Claudio Fernández, qui lui donna ce nom en souvenir de la culture des Asturies dont il venait. Successivement épicerie de quartier, bistrot et club de jazz à l’origine des “Jazz Club” et “Jam Session”, il a rouvert ses portes en 2012, en intégrant le groupe des Cafés. La restauration très réussie n’a rien oubliée aux codes des bon vieux cafés portègnes; doubles portes vitrées, tables et chaises de bois, grandes fenêtres guillotine, parquet au sol et grandes étagères croulant sous un capharnaüm de vieilleries, tout y est pour se sentir comme à la maison au beau milieu de l’avenue bruyante de Corrientes.
Adresse : Sarmiento 1702 y Rodriguez Peña.

The Kilkenny

Bar et restaurant à l’esprit des pubs de Dublin et premier en Amérique latine qui ait obtenu l’autorisation de vendre la fameuse bière noire Guinness. On y trouve toutes les boissons alcoolisées imaginables, avec une forte prédominance de bière et whisky.
Adresse : Marcelo T. de Alvear 399.

La Dama de Bollini

La Dama de Bollini a toujours été fréquentée par les artistes, dans l’un des plus beaux passages de Buenos Aires. Expositions et concerts. On peut y dîner des spécialités de pâtes. Happy hour de 18h à 21h tous les jours sauf le samedi.
Adresse : Pasaje Bollini 2281.

Milión

Dans une belle maison du début du XXe siècle, restaurant, bar avec grand choix de cocktails et tapas, jardin, salle de projection, expositions, salon, cycles de musique… Il y en a pour tous les goûts et à toutes les heures au Milión !
Adresse : Paraná 1048.

Notorious

Bar jazz qui propose des concerts et des tables équipées d’écouteurs permettant de choisir sa propre programmation musicale parmi 60 000 titres. Salle de restaurant, agréable jardin et décoration moderne.
Adresse : Callao 966.

Quartier de San Telmo

																	  																  

El Federal

Superbe bar en contrebas datant du début du siècle, enfilade de salles où on vient goûter la très bonne tortilla ou bouquiner tranquillement. Le Federal est l’un de ces vieux cafés sympathiques de San Telmo.
Adresse : Carlos Calvo 395, au coin de Perú.

El Hipopótamo

Face au parc Lezama, l’Hipopótamo, né en 1904, a conservé son vieux bar en bois, les jambons pendent du plafond… on vient lire le journal, regarder les passants, prendre son temps. Juste en face, le Británico, ouvert en 1926, était le lieu de rendez-vous d’anciens soldats britanniques qui logeaient dans une pension toute proche, qui ont fini par inspirer le changement de nom. Clientèle de quartier et de touristes dans ce vieux café ouvert 24 h/24.
Adresse : Brasil 401 et Defensa.

Bar Plaza Dorrego

Les photos et les murs jaunis donnent une idée de l’âge (150 ans) de ce vénérable café de la place Dorrego, le cœur de San Telmo. Il a vu passer quelques célébrités comme Jorge Luis Borges et Ernesto Sabato, et aujourd’hui beaucoup de touristes. Grande terrasse sur la place.
Adresse : Defensa 1096, sur la place Dorrego.

Café La Poesía

Le café littéraire La Poesía a rouvert ses portes après 26 ans d’interruption grâce aux efforts de Pablo Durán et Laura Carro pour ressusciter les Cafés Notables de Buenos Aires. Fondé par le poète Rubén Derlis en 1982, le café fut le refuge des intellectuels et artistes des années 80, dans le renouveau qui suivit la fin de la dictature. Situé dans une vieille bâtisse du 19e, il tire tout son charme dans ses poutres apparentes, ses étagères chargées de livres et ses vieux bibelots. On peut aussi admirer les portraits de figures littéraires argentines du siècle dernier. Le poète parolier uruguayen Horacio Ferrer, qui écrivit beaucoup pour Astor Piazolla, y rencontra sa femme, Lucía Micheli.
Adresse : Chile 502.