Visite du Parc National et volcan Lanín, Patagonie Nord Argentine

Toutes les informations de voyage sur le splendide parc national Lanín, au cœur de la région des Lacs

 

Situation géographique dans le parc national Lanín

Volcan Lanín, Lac Paimun

Créé le 11 mai 1937, le parc national Lanín est l’un des plus beaux de la Patagonie argentine. Ses 412 000 hectares s’étirent entre la frontière chilienne à l’ouest, le parc national Nahuel Huapi au sud et le lac Ñorquinco au nord. Classé au Patrimoine mondial naturel de l’Unesco en 1981, le parc abrite des forêts valdiviennes et andines-patagones, ainsi qu’une biodiversité particulièrement riche.

Les arbres qui constituent ces zones boisées sont majoritairement de grandes tailles, de la famille des conifères et fagacées. On peut observer dans le parc des coihues, lengas, ñires ou encore araucarias. Certains spécimens peuplent uniquement cette région d’Argentine. Autre particularité, l’espace naturel est en partie géré par les 7 communautés mapuches qui y vivent.

De plus, outre une belle diversité naturelle, le parc Lanín est très agréable à visiter. Ses sentiers de randonnées sont bien aménagés, entretenus et peu fréquentés, et donne accès à la plupart des merveilles du site : le majestueux volcan Lanín, à la frontière de l’Argentine et du Chili, haut de 3776 m, les lacs Huechulafquen et Lácar, paradis des pêcheurs de truite et de saumon, la tranquille laguna Verde, l’impressionnant champ de lave l’Escorial, les curatives eaux thermales de Lahuen-Có, et quelques belles plages de sable noir, des cascades etc. Enfin, le parc abrite une portion de la magnifique Route des 7 Lacs, un parcours qui traverse lacs et paysages naturels splendides.

 

Climat : quand se rendre dans la parc national Lanín ?

Volcan Lanin, parc national Lanin

Le climat du parc national Lanín est caractérisé par d’abondantes précipitations dans la zone des hautes montagnes, c’est-à-dire sur la frange qui s’étend du nord au sud, à l’ouest du site. En effet, la zone andine est touchée par des vents humides venant de l’océan Pacifique. Les précipitations se réduisent considérablement à l’Est.

La saison la plus humide est l’hiver, et le mois le plus pluvieux est juin. La neige, qui tombe pendant les mois les plus frais de l’année, rend la pratique de la randonnée dans le parc parfois impossible.

Au printemps, la fonte des glaces peut faire déborder les nombreuses rivières qui coulent sur le site, ce qui compromet là encore la visite de certains lieux : les sentiers peuvent être impraticables.

En automne, la plus belle saison du point de vue photographique, certaines zones du parc sont fermées : c’est la période de chasse.

Enfin en été, les journées sont chaudes, en général ensoleillées, sèches et venteuses. C’est la meilleure saison pour se rendre dans le parc national.

Il est recommandé d’avoir avec soi un coupe-vent, des vêtements chauds, de quoi se protéger de la pluie pendant les mois d’hiver et d’automne, et du soleil l’été (lunettes, crème protectrice…), même si le site est en grande partie recouvert de forêts. Voir notre fiche : Quand partir en Argentine.

 

La flore dans le parc national Lanín

Flore du Parc Lanín

Le parc national Lanín abrite une flore dont la diversité est impressionnante. En effet, elle varie selon les conditions climatiques, l’altitude et la géographie inhérentes au site, éléments qui différent beaucoup d’un endroit à un autre.

Différentes zones sont définies dans le parc, avec au total plus de 450 espèces végétales dénombrées : il y a la frange humide andine qui abrite les forêts subantarctiques, l’est et le sud-est qui logent la steppe patagone, territoire du cyprès de Patagonie, puis l’espace naturel des hauts sommets, où la végétation est presque inexistante, enfin les forêts mixtes, denses, les bosquets valdiviano, d’arbustes, de roseaux.

Parmi les spécimens que l’on rencontre le plus communément dans le parc, on peut citer :

de nombreux arbres : le coihue, le ñire, le lenga, le roble pellín et le raulí. Ces 2 derniers font partie de la famille des Nothofagus. On les trouve notamment dans le bosque de Pehuén, un espace unique en Argentine. Ce dernier peut s’élever jusqu’à 40 m de hauteur, et ses fruits, des pignons, sont utilisés dans la cuisine mapuche.

d’autres espèces comme la caña coihue, une variété de bambou qui peut atteindre 6 m, des arbustes comme le michay, un joli buisson à fleurs jaunes, ainsi que des champignons et des lichens, que l’on trouve au pied des arbres dans la forêt.

 

La faune dans la Parc national Lanín

Buse aguia, parc Lanín

On compte plus de 165 espèces de vertébrés, 102 d’oiseaux, 33 de mammifères, 11 de reptiles, 10 de poissons et 9 d’amphibiens dans le parc national Lanín. Plusieurs sont endémiques à la région et/ou menacées d’extinction.
Le nord du parc (entre le lago Ñorquinco et le lago Quillén) présente la plus belle biodiversité tandis que le sud (lago Filo Hua Hum) abrite le plus d’espèces de vertébrés.

Parmi les mammifères, on observe : le pudú (petit cerf), le puma, le renard roux, le renard gris, l’huillín (loutre), le ratavizcacha de Lanín, un petit rongeur endémique ou encore le cerf, le sanglier et le lièvre européen, des espèces introduites par l’homme. Ils sont difficiles à observer car assez farouches.

Parmi les espèces d’oiseaux, on peut admirer plusieurs spécimens andins-patagons. C’est le cas du célèbre et digne condor andin par exemple.

Les poissons qui peuplent les lacs et rivières du parc sont principalement la perche, la truite et le saumon (ces 2 derniers là encore introduits par l’homme).

Enfin, 2 amphibiens rares, la grenouille palmée de arroyo et le crapaud buffle, ainsi que des reptiles, également peu communs, comme le lézard à queue annelée, peuplent le site.

 

Que voir dans le Parc national Lanín ?

Lac Huechulafquen, parc Lanin

Zone Lanín – nord : on rencontre tout d’abord dans la partie nord du site le lac Quillén. Ce lac, accessible par une route de terre, se situe en pleine forêt de pehuéns, la plus épaisse du parc. Une réserve mapuche loge dans les environs. Puis, dans un bel ensemble d’arbres araucarias, s’étend le lac Tromen, petit paradis des pêcheurs. Le site donne accès au point de départ de l’ascension du volcan Lanín, qui trône également dans cette partie du parc.

Zone Huechulafquen – centre : le plus grand, le lac Huechulafquen, représente plus ou moins le centre du parc national. D’ailleurs, en langue mapuche, huechu signifie grand et laufquen, lac. Il est accessible depuis San Martín de los Andes mais plus facilement depuis Junín de los Andes. Plusieurs sentiers de randonnée sont dispersés dans les alentours et le lieu offre une belle vue sur le mont Lanín.

Escorial, lac Epulafquen, parc Lanin

Le lac est en fait un ensemble lacustre, constitué du lac Epulafquen, dont l’écosystème est remarquablement préservé, et du lac Paimún. En été, des excursions nautiques partent tous les jours sur le lago Epulafquen, permettant ainsi d’apprécier la dense forêt andine-patagone qui l’entoure, et dont certains endroits sont caractéristiques de la région, comme la salva valdiviana.

Dans la zone centrale, on rencontre également le site de Puerto Canoa. Ici, un chemin monte jusqu’à un point de vue sur le volcan Lanín. De là, il est possible de rejoindre le paso Tromen, qui mène au sentier de randonnée qui permet l’ascension du mont au sommet enneigé.

Le lac Curruhué quant à lui, est cerné par des lieux intéressants comme la laguna Verde et sa vue imprenable sur le volcan, ou encore l’Escorial, un champ de roches volcaniques, au décor improbable. Cette partie au sud du lac est particulièrement sauvage, un peu moins facile d’accès, mais magnifique cependant.

Lac Lácar depuis la Pucará

Enfin, il est également possible de se rendre aux thermes Epulafquen ou des thermes Lahuen-Có, des complexes touristiques, resort & spa, situés dans une vallée parcourue de sources d’eau chaude.

Zone Lácar – centre-sud : cette partie du parc est également très riche. On peut prendre un bus qui longe le lac Lacár, jusqu’au paso Hua Hum. En s’arrêtant sur le trajet (demander au chauffeur), on accède après une marche de quelques km à la majestueuse cascade Chachín, d’une hauteur de 30 m.

Là encore, on peut embarquer pour une promenade en bateau sur le lac Nonthué, la partie ouest du lac Lacár qui apparaît après un rétrécissement des berges.

D’autres endroits sont agréables dans les environs : la jolie plage Catrire, logée dans une belle baie et qui dispose de toilettes, d’un restaurant et d’une zone de barbecue, le lac Lolog, une étendue aux eaux tranquilles, ou encore la petite station balnéaire de Villa Quila Quina, dont les environs naturels recèlent d’agréables sentiers de promenade.

Rio Malleo, parc Lanin
Zone Paso de Córdoba – sud : on trouve ici le splendide lac Meliquina, qui reflète merveilleusement la nature qui l’enveloppe, faite de luxuriants bosquets d’arbres coihues et cyprès de Patagonie.
Dans la même zone, on découvre le paso de Córdoba, une superbe portion de route qui traverse des paysages fascinants, faits de roches érodées par le vent, formant ainsi des silhouettes improbables.
Puis il y a le pittoresque et charmant lac Filo Hua Hum, lui aussi encerclé de grands arbres typiques de la région comme le ñire, ente autres. Le lieu est idéal pour un pique-nique ou pourquoi pas pour une sieste !
Pour terminer, sachez que le Parc national abrite 9 sites archéologiques qui sont éparpillés aux alentours des lacs Lácar, Filo Hua Hum, Huechulafquen et Quillén. Des caves ou parapets en pierre sont les refuges d’art rupestre, de vestiges en céramiques ou en pierre travaillée, de caveaux, qui témoignent de la présence de la vie dans la région à l’époque préhistorique.

 

Que faire dans le parc national Lanín ?

Promenade équestre dans le Parc Lanín

L’ascension du volcan Lanín : haut de 3.776 m, le volcan Lanín est la star incontournable du Parc national. Qu’on le gravisse ou non, ses neiges éternelles, sa majesté, son altitude et son environnement naturel en font un site à ne pas manquer.
Son ascension est possible, à conditions d’être physiquement préparé et d’avoir un minimum d’expérience dans le domaine. La période de novembre à mai (été-automne) est la plus adéquate pour s’aventurer sur les pentes du volcan. Il est possible de relever le défi en hiver également, cependant, les conditions d’ascension ne sont plus du tout les mêmes : plus extrêmes, elles requièrent d’avantage d’expérience.
Il est indispensable de se procurer une autorisation avant de commencer l’ascension du volcan. Pour l’obtenir, rendez-vous au bureau du Parc national Lanín à San Martín de los Andes, à la gendarmerie de Junín de los Andes ou au centre d’information qui se trouve à proximité de la montagne tant convoitée, dans le Parc.
L’autorisation vous sera délivrée après vérification de votre matériel. En effet, il vous faudra présenter un équipement approprié : crampons, piquets, gants, bonne protection solaire, trousse de premiers soins basique, notamment.

Pêche dans le parc Lanín
Une fois prêt, dirigez-vous vers le point de départ qui se situe entre la station des gardes-forestiers du Río Turbio (zone de Tromen) et de Puerto Canoa (zone d’Huechulafquen), au niveau de la face nord du volcan (la face sud abrite de nombreux glaciers, elle est plus difficile à escalader). Vous pouvez emprunter le Camino de mulas, qui mène au refuge CAJA à 2.600 m d’altitude, et qui constitue une première étape (comptez 5 à 7h de marche).

Vous pouvez également prendre le chemin nommé Espina de pescado, qui conduit au refuge RIM, à 2.450 m. Ce dernier parcours, plus court et moins ardu, est le plus communément emprunté.

Il faut entre 2 et 3 jours au total pour accéder au sommet du volcan Lanín puis redescendre. Certaines personnes de la région l’effectue en une journée.
Un conseil : l’idéal est de profiter des services d’un guide qui assurera la sécurité et vous fera profiter de ses connaissances et de son expérience.
Accès au site : en été, plusieurs minibus partent de San Martín de los Andes et se rendent à Tromen.

Pêche à la mouche dans le parc Lanin
La pêche : il est nécessaire d’avoir en sa possession un permis pour pouvoir pêcher dans les lacs et rivières du Parc national. En outre, le site, préservant et protégeant une faune et une flore bien particulière, a établi une période ainsi que des zones de pêche bien déterminées.

La saison de pêche s’étend de novembre à avril. Le permis est disponible auprès des professionnels dans les boutiques spécialisées, ou dans la plupart des bureaux disséminés dans le Parc.

Junín de los Andes est le lieu idéal pour ceux qui souhaitent pratiquer la pêche à la mouche. En effet, le village est proche de l’extrémité orientale du lac Huechulafquen, dont les eaux sont peuplées de truites brunes de taille parfois très impressionnante.

Excursion lacustre au lac Huechulafquen

Une excursion lacustre : il est agréable de profiter de la présence de lacs dans le Parc. Plusieurs excursions lacustres sont possibles : sur le lac Lácar tout d’abord, à la découverte de son décor fait de belles forêts denses qui s’étendent sur les monts environnants, et de jolies plages tranquilles.

Une autre option plus complète comprend la découverte de Quila Quina, petite station balnéaire mapuche, de Hua Hum, jusqu’à la partie occidentale du lac Lácar qui porte le nom de lac Nonthué.

Ou encore : au départ de Puerto Canoa, une excursion en catamaran vous emmène sur le lac Huechulafquen, jusqu’à l’Escorial, un impressionnant paysage volcanique. Enfin, sachez qu’il est possible de louer de petites embarcations type barque ou canoë-kayak, pour la journée.

Golf de Chapelco

La randonnée : le parc national Lanín compte de nombreux sentiers de randonnées. Ils sont plus ou moins longs et de niveaux de difficultés différents. Les plus connues sont :

Auquinco-laguna verde : la balade la plus empruntée. D’une durée de 3 jours, elle vous transporte dans de magnifiques paysages, et se termine dans un décor volcanique surprenant.

Lahuen-có : cette randonnée donne accès aux thermes de Epulafquen ou Lahuen-Có, situés dans une vallée géologiquement riche.

Quila Quina-pucará : ce parcours suit la rive sud du lac Lácar et allie marche et promenade en bateau.

Il existe également des excursions disponibles, au départ de San Martín de los Andes notamment. C’est le cas des circuits lago Huechulafquen et Puerto Canoa, Circuito Tromen ou Circuito Curruhué.

 

Hôtels et estancias : où se loger dans le Parc national Lanín ?

Hôtel Lahuen-Co

– À San Martín de los Andes :

Hôtel Lahuen-Co Lodge : ce lodge moderne et confortable est une référence en matière de développement durable: en effet, il respecte des pratiques écologiques, notamment pour préserver le magnifique décor naturel qui l’entoure. L’endroit est définitivement agréable et un bon point de départ pour visiter la région et ses merveilles : plages de sable noir, cônes volcaniques, sources thermales, lagunes tranquilles, végétation exubérante… En outre, le restaurant de l’hôtel met en valeur une savoureuse gastronomie aux arômes patagons et orientaux, et le spa promet des instants particulièrement relaxants.

– À Villa la Angostura :

Hôtel Luma Patagonia : au bord du majestueux lac Nahuel Huapi, ce bel édifice montagnard dégage une atmosphère magique et enivrante. L’élégance des matériaux, le bois et la pierre, la beauté du panorama et du cadre environnant, le confort des suites, la luxueuse piscine in-out ou le spa, font de cette adresse un petit paradis.

 

Transports : comment se rendre dans le parc national Lanín ?

Lac Curruhué

Les points de départ pour aller visiter le parc national sont les villages de Junín de los Andes, San Martín de los Andes, Aluminé et Bariloche.

En avion : l’aéroport Aviador Carlos Campos, au pied du Cerro Chapelco, se situe à 22 km au sud-ouest de San Martín de los Andes. Vols réguliers depuis Buenos Aires.

En bus : le site est plutôt mal desservi par les bus, cependant, n’hésitez pas à vous renseigner sur place dans les différentes localités environnantes, car certaines options existent.

En voiture : si vous venez du nord, il vous faudra emprunter la route provinciale nº23 pour accéder au parc Lanín. En arrivant du sud, c’est la Ruta 234 ou la Ruta 63 qui vous mènera jusqu’au site, et de l’ouest, la Ruta 60, 61 ou 62.

 

Dans les environs du parc national Lanín

Vallée Enchantée, parc Nahuel Huapi

San Martín de los Andes : ce paisible village montagnard est une sympathique station touristique en hiver mais aussi en été, comme Bariloche. Néanmoins, San Martín de los Andes est plus calme que sa voisine : niché au bord du lac Lácar, le village, moins fréquenté, est enrobé d’une nature sereine et magnifique. Il se prête parfaitement à la pêche, au trekking ou bien à l’escalade. En effet, rien de mieux que de faire de l’exercice en plein air pour profiter pleinement du superbe espace naturel environnant.

En été, optez pour une excursion lacustre sur le beau lac Lácar, et en hiver, allez glisser sur la poudreuse de la station de sports d’hiver de Chapelco.

rio alumine, parc lanin

La Route des 7 Lacs : connue également sous le nom du Camino de los Siete Lagos, la Route des 7 Lacs est une portion de route qui offre à ceux qui l’empruntent des paysages grandioses, un environnement naturel d’une richesse impressionnante et des sites d’une beauté sauvage admirable.
Sur le chemin, vous croisez 7 lacs splendides : le Correntoso, l’Espejo, l’Escondido, le Villarino, le Falkner, le Machónico et le Lácar, et traversez pas moins de 2 parcs nationaux, celui de Lanín et celui de Nahuel Huapi. Sur 107 km, vous avez l’occasion de profiter des alentours et des trésors de la région des Lacs en vous adonnant à la pêche, en faisant une promenade en bateau ou une randonnée pédestre ou équestre.

Lac Nahuel Huapi

Villa la Angostura : petite station chic, Villa la Angostura se trouve sur les berges de l’immense lac Nahuel Huapi. Ancien lieu de villégiature de la famille Perón, le village vaut pour ses environs et sa tranquillité. À 70 km au nord de Bariloche, il donne accès à la magnifique Route des 7 Lacs, au splendide parc national Nahuel Huapi, à la station de ski du Cerro Bayo, à l’insolite Parc national Los Arrayanes… En outre, Villa la Angostura est une étape plaisante pour profiter de la belle nature patagone : de nombreuses activités de plein air comme le VTT, la randonnée, l’équitation ou encore le ski, permettent de jouir du somptueux décor local tout en se divertissant.

lago quillen

Parc national Nahuel Huapi : ce parc national, sûrement l’un des plus beaux d’Argentine et de Patagonie, a été classé au Patrimoine mondial naturel de l’Unesco en 1981.
Ce bel espace de 7000 km² doit sa réputation notamment à la richesse des forêts qu’il abrite et à sa biodiversité. On trouve ainsi dans le parc différents spécimens animaux et végétaux typiques de la région, parfois rares et/ou en voie de disparition. De nombreux sentiers de randonnée amènent le visiteur à traverser de denses et somptueuses forêts andines-patagones, à rencontrer la faune aviaire locale, à faire une balade en kayak ou encore à admirer les majestueux lacs, monts enneigés et plages de sables noir qui s’éparpillent sur le site.

Bariloche : station hivernale par excellence en Argentine, Bariloche est une ville qui se visite toute l’année. Situé au bord d’un lac, entouré d’une forêt de sapins, avec ses chalets et sa célèbre station de ski, cet endroit se révèle une étape sympathique et pittoresque dans la belle région des Lacs. VTT, randonnée dans le parc national Nahuel Huapi, équitation, rafting, excursion lacustre, difficile de s’ennuyer à Bariloche ! La ville est également réputée pour sa gastronomie qui reflète merveilleusement les saveurs de Patagonie. Sa spécialité : le chocolat artisanal.

 

Circuits passant par le parc national Lanín

Circuits touristiques dans le parc Lanín

Argentina Excepción propose plusieurs voyages à la découverte de la Patagonie et de la région des Lacs, en passant par le Parc national Lanín. Voici quelques exemples :

Circuit dans le fabuleux Nord-ouest argentin et la région des Lacs en Patagonie : 14 jours exceptionnels avec chauffeur-guide à la découverte de 2 espaces hors-du-commun, peuplés d’horizons épatants, de curiosités et de trésors à chaque recoin. Vous appréciez les pittoresques villages andins du Nord-Ouest, leur charme et leurs traditions, et vous admirez la beauté sauvage et insolite de la région des Lacs, aux alentours de Bariloche. Un voyage aux pays des merveilles. Logement en hôtels de charme.

Autotour en Patagonie, de Bariloche à El Calafate : 11 jours en catégorie exception pour visiter les plus beaux sites de Patagonie. Ce voyage est comme une chasse aux trésors : vous parcourez les routes de la région à la recherche des joyaux qu’elle abrite. De splendides lacs, de somptueux glaciers, de vertigineux pics granitiques, d’attachants villages de montagnes, de denses forêts verdoyantes : une découverte de l’Argentine fascinante, entre nature et culture.

Séjour trekking en Patagonie, dans les plus beaux parcs nationaux de la région : 11 jours d’exception pendant lesquels vous évoluez dans les fabuleux parcs nationaux Nahuel Huapi et Lanín, dans la région des Lacs. Vous partez à l’ascension du majestueux volcan Lanín et de l’impressionnant mont Tronador, deux forces de la nature, deux sommets relativement accessibles, pour deux panoramas fascinants.

error: Contenu est protégé.